• La bataille de l'ego


            Ceux d'entre vous qui sont abonnés à ma newsletter ont constaté ces derniers temps bien des revirements. Il y a, dirait-on, une forte houle en ce moment et finalement, si dans les vagues on a un peu mal au cœur (là où l'ego rugit comme le vent), c'est le moment ou jamais de découvrir la bonne méthode pour plonger profond, là où ça ne bouge plus du tout (dans le Soi).

         Il se trouve que je suis conduite actuellement à recopier sur ordinateur des épisodes de ma propre vie vus par ma mère... et j'ai beau me dire : "c'est sa vision, je dois la respecter", quelle difficulté de ne pas bondir en découvrant que ce que les autres voient en nous n'est pas du tout ce que nous avons vécu !

          Ah ! oui, Nisargadatta avait totalement raison lorsqu'il affirmait que nous avions tous notre monde, et que nous vivions tous dans un monde différent. Mais s'il nous est déjà difficile d'accepter que la vision du monde de notre voisin soit différente de la nôtre, comme il l'est davantage de nous mettre en scène dans un texte rédigé par quelqu'un d'autre, et de nous y faire vivre des situations différentes de celles que nous avons gardées en mémoire ! Cette personne qui porte mon nom et qui est la fille de ma mère ne correspond pas avec ce que je suis, ce que je crois être, ce que je pense avoir été... et pourtant c'est moi qui le tape maintenant sur mon ordinateur.

           Tourment pour le mental, qui rue en tous sens, torture pour l'ego à qui le mental intime de se taire. Bien sûr, discussions et mises au point ne cessent de surgir. Mais je ne puis m'empêcher de penser qu'il y a là-dessous un enseignement à intégrer : Qui suis-je vraiment ? Et quelle est la valeur réelle de cette personne que je crois menacée et cherche à défendre ?

           Pourquoi accorder tant d'importance à des choses du passé, à des circonstances maintenant évanouies ? Pour faire reconnaître quelle identité suis-je partie en croisade ?

           Et comme toujours dans le débat intérieur, à la question profonde qui s'exprime répond tôt ou tard la découverte d'une réponse surgissant d'ici ou de là, spontanément... La voici pour ce soir, cette belle réponse.

     

    N'aie pas de compassion pour ton ego-mental.
    Ne laisse aucune place à ses pensées,
    qui sont non seulement négatives,
    mais aussi destructrices et oppressantes pour l'âme.
    Quand tu es conscient(e) du Soi,
    l'ego-mental ne veut rien dire pour toi.
    Absolument rien. Rien ne peut croître ici.
    Il n'y a plus de terreau pour l'ego.
    L'ego ne peut croître que s'il reste encore de l'intérêt,
    de la croyance, de l'identité et un investissement vis à vis de lui.
    Alors il te faudra te battre contre lui - c'est inévitable.
    Et il ne suffit pas d'un fusil.
    Il te faut avoir un fusil, des grenades, un bazooka, un tank...
    une bombe atomique, et tu ne peux toujours pas pulvériser l'ego !
    Je te dis : Demeure uniquement en tant que le Soi.
    Si quelque chose est fait de rêve,
    comment pourrais-tu le tuer si ce n'est en t'éveillant ?
    Si ton ennemi est fait de rêve,
    comment vas-tu le détruire ? Avec des balles en argent ?
    Non, tu ne peux le tuer qu'en t'éveillant.

    ~ Mooji

     

         Quand on se le dit à soi-même, cela ne résout pas forcément le problème ; et plonger profond n'est pas évident quand le flots grondent...

          Mais quand le soir descend et que l'on découvre ces lignes, sous la plume souriante et tranquille de Mooji... ça fait du bien.

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Novembre à 11:29

    De gens qui brillent de par  leur silence 

    Et d'autres qui éclaboussent de par leur manque de savoir vivre 

    Et ceux qui s'invente une personnalité qui ne leur va pas du tout 

    Oups pardon 

    Mais c'est pas un peu cela la vie 

    Moi je suis brut de coffrage mais au moins je suis moi et pas une autre ...  

    Bonne journée 

    @ Bientôt 

     

      • Mercredi 22 Novembre à 11:52

        J'adore "brut de coffrage" !! wink2

    2
    Mercredi 22 Novembre à 11:43

    Tu as raison, on se fait une idée de soi-même et pourtant les autres ne nous voient pas de la même façon ! Ce n'est pas si important, l'important est d'être soi-même comme on dit "bien dans sa peau" !

    Bises Aloysia

      • Mercredi 22 Novembre à 11:56

        Chacun a une vision colorée de ses propres émotions, ressentis, aspirations, pensées, croyances ; et autant nous sommes différents les uns des autres, autant il y a de visions différentes de ce qui nous entoure. Il faut réussir à laisser toutes ces couleurs couler comme dans le kaléidoscope, mais quand il s'agit de soi, c'est le plus difficile ! C'est comme de décoller de soi des milliers de sangsues...

    3
    Mercredi 22 Novembre à 16:05

    Mon frère aîné, retraité, a effectué 10 ans de recherche et d'écriture pour  mettre par écrit l'histoire de notre famille en trois tomes. C'est une œuvre remarquablement bien documentée et plutôt bien écrite…

    Un chapitre m'est consacré. Lorsque je l'ai lu, je me suis reconnu à environ 15 % correspondant «  à la surface de moi », et comportant ce que j'ai estimé un certain nombre d'erreurs. Lorsque je lui ai indiqué tout cela il a répondu : — je te connais très bien ! La discussion fut donc rapidement close.

    Un certain nombre de proches, dont ma compagne de vie, a lu le chapitre en question.  Ma compagne déclara : — c'est curieux, ton frère ne te connaît absolument pas…

    Cela m'a plutôt amusé J'ai en effet souvent observé combien nous connaissons très mal les gens qui nous sont soi-disant proches…  Lorsque j'ai changé de métier, pour exercer enfin celui qui me correspondait vraiment, des gens de ma famille on dit : — c'est curieux, en on te voyait absolument pas dans ce genre de métier !

    Faut croire que les gens de ma famille  ne voient guère plus loin que le bout de leur nez. À moins que ce ne soit moi qui soit un énorme dissimulateur !…

    ;-)

      • Mercredi 22 Novembre à 21:05

        Merci Alainx de ce témoignage qui décrit parfaitement la situation ! smile

    4
    Mercredi 22 Novembre à 17:22

    La question n'est pas, à mon avis, de savoir comment les autres nous voient. On le sait qu'on a chacun notre vision du monde. La question est la publication de ces textes. Toujours difficile d'être membre de la famille d'un écrivain. Ce qu'il écrit (ou elle, pour vous en l'occurrence) n'est pas LA vérité. Elle n'existe pas, cette vérité.

    Bon courage.

      • Mercredi 22 Novembre à 21:08

        Merci à toi aussi, chère "Bonheur du Jour", de nous apporter un autre éclairage sur la question, celui de l'écrivain. En ce sens tu as parfaitement raison - et même en dehors, car qu'est-ce que la vérité, lorsque l'on relate des événements du passé ? Tout cela étant évanoui...

    5
    Mercredi 22 Novembre à 18:27

    Les autres ne nous voient pas tels que nous sommes...

    Même nos proches, nous connaissent-ils vraiment ?...

    J'accorde beaucoup d'importance aux choses du passé... Et ce n'est pas simple à gérer...

    Bon courage Aloysia

    Bisous

     

      • Mercredi 22 Novembre à 21:10

        Le problème, Béa, c'est "surtout les proches"... Et je ne veux pas relancer de vieux démons, mais entre enfants et parents tout n'est pas toujours aussi clair qu'on le souhaiterait.

      • Jeudi 23 Novembre à 10:43

        Bien d'accord avec toi Aloysia.

        Bises

    6
    Mercredi 22 Novembre à 20:57
    Durgalola
    J'ai tapé aussi les memoires de mon pere (écrit vers ses 45 ans)..... ma soeur ne l'a pas lu. Et moi aussi j'ai eu quelque surprise. Le fond ce fut son bonheur de voir ses memoires reliées. Bises
      • Mercredi 22 Novembre à 21:11

        Tu as fait là une oeuvre pie, Durgalola. Et s'il en fut heureux, bravo à toi !

    7
    Jeudi 23 Novembre à 09:30
    Daniel

    Je comprends tes tourments. Pas évident de recopier les ressentis de ta mère à ton égard. Chacun a sa propre vision de l'existence. Chacun vit dans son monde avec ses interprétations et ses illusions. Mais tu ne peux rien à ça. Tu ne peux pas changer la vison de ta mère et le passé s'est enfuit depuis longtemps. Il n'y a plus qu'à accepter en serrant bien les dents !

    Tu es toi en cet instant ....Point final !

      • Jeudi 23 Novembre à 09:41

        Merci de tes encouragements, Daniel ! Mais je m'efforce de ne pas "serrer les dents", ce serait sacrifier à l'ego tout ce qu'il  demande !! J'essaie l'autre formule : "je ne suis pas cela". C'est le moment où jamais !! happy

    8
    Vendredi 24 Novembre à 08:41

    Bonjour Aloysia

    J'ai constaté en discutant avec mes enfants soit qu'ils n'avaient pas de souvenirs précis ... soit ils ne correspondaient pas exactement aux miens. Difficile dans ce cas là de calmer l'égo qui s'insurge. Rester serein en disant seulement raconte pour découvrir un autre aspect serait bon mais bon !

    Belle journée 

    Bisous

      • Vendredi 24 Novembre à 09:58

        Oui, les souvenirs sont souvent confus ; mais les blessures, elles, se ravivent aisément.

    9
    Dimanche 26 Novembre à 02:12

    Mais c'est aussi que nous avons une multitude de "moi"(s). Celui que voient les autres n'est pas forcément faux, il est seulement l'une des multiples faces de ce que nous sommes. Mais nous voir réduits à ce tout petit morceau de nous-mêmes est toujours surprenant.

    Chacun, aux prises avec ses innombrables "moi"(s), a tant à faire qu'il ne lui est plus possible d'observer la multiplicité de l'"autre". C'est ainsi.

      • Dimanche 26 Novembre à 10:04

        Tu as raison, Carole ; mais en ce cas, si nous nous regardons dans un miroir brisé, bonjour la schizophrénie ! Il est d'autant plus essentiel de prendre du recul pour constater qu'aucun de ces "moi" ne correspond vraiment à ce que nous sommes.

    10
    Jeudi 7 Décembre à 23:51

    Tu es courageuse d'entreprendre ce travail d'écriture, et d'un autre côté, tu as bien de la chance de pouvoir donner la parole à ta mère. Ma mère n'aurait rien pu dire, avant, et elle le pourrait encore moins maintenant, avec sa maladie. On se trompe toujours lorsqu'on veut donner des qualificatifs à une personnalité. On peut s'appuyer sur des faits, c'est plus objectif, mais même les faits sont des mouvements extérieurs que l'intériorité oriente, d'une façon ou d'une autre, en fonction de l'observateur (et cela en amont autant qu'en aval).

    Aller vers l'éveil est notre seul salut.  

      • Vendredi 8 Décembre à 09:38

        Merci Carmen ; tout dans tes propos est lumineux.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :