• L'éléphant qui est à la maison

     

           - Qu'est-ce qui fait vivre le monde ?

           - Dieu, qu'on L'appelle comme on voudra.

          - Et comment le fait-Il ? Est-Il caché dans les nuages en envoyant des ordres vers la terre ?

         - Certainement pas, puisque les nuages, le ciel, l'espace, le cosmos même font également partie du monde qu'Il anime.

          - Alors où Le chercher ? N'est-ce pas plutôt à l'intérieur du monde ?...

     

          Et nous, ne faisons-nous pas partie de ce monde ? Ne sommes-nous pas des créatures vivantes et donc, comme tout ce qui apparaît ici-bas, animées par un Dieu qui nous serait intérieur ?

          En conséquence, ne pourrait-on pas se Le représenter comme une main dont tous les phénomènes apparents, nous compris, seraient le gant ?...

     

         Je pense alors à cet amusant dessin de Saint-Ex, dans Le Petit Prince, représentant un éléphant englouti par un boa :


    L'éléphant qui est à la maison


           Vu de la sorte, il peut ressembler à un chapeau. De même, nous désignons chaque chose sous divers noms et nous-mêmes de la même façon, sans voir qu'il s'agit d'une simple enveloppe recouvrant le principe même de la Vie : cet "éléphant" qui peut être appelé "Dieu", ou le Soi !

    L'éléphant qui est à la maison

           Faisons au passage un clin d'oeil à Hergé qui a repris cette idée dans Tintin au Congo, en imaginant Milou avalé par un boa. Son dessin montre à merveille combien le contenu (Milou) anime la simple enveloppe apparente (le boa), et ce malgré la naïve croyance de ce dernier d'être à l'origine des mouvements produits, quand en réalité il n'y est pour rien :


    L'éléphant qui est à la maison

     

         Et puisque nous voici revenus à la vision orientale du Dieu éléphant, citons un extrait du beau poème du lama Guendune Rinpoché (emprunté à ce site):

     

    Ne croyez pas un instant que soient réelles
    les expériences positives ou négatives.
    Leur nature est aussi éphémère
    que celle du temps qu'il fait aujourd'hui
    ou que celle des arcs-en-ciel au dessus de nos têtes.

    À vouloir saisir l'insaisissable
    vous vous épuisez en vain.
    Dès que vous ouvrez et relaxez le poing serré
    de l'avidité,
    l'espace infini est là – ouvert, accueillant
    et réconfortant.

    Faites usage de cet espace, cette liberté
    et aise naturelle.
    Ne cherchez pas plus en avant,
    ne pénétrez pas l'inextricable jungle
    en quête de l'éléphant suprême,
    qui est déjà tranquillement à la maison
    devant votre propre foyer rougeoyant.

    Lama Guendune Rinpoché

     

        Qu'est-ce que ce "à la maison" (home - chez vous) si ce n'est en vous, comme en toutes choses ?

     

    Ganesh jouant à son jeu virtuel
    L'éléphant Ganesh tirant les manettes de son monde virtuel
    (Création de Namaste Om)


               

     

           


  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Mars 2017 à 09:42

    Bonjour Aloysia, en parlant d'éléphant, mon petit fils a choisi d'aller les soigner, les laver, les nourrir, les brosser, les promener, plutôt que de monter dessus !!! Un choix dans un centre où on essaye de les réintroduire à la vie sauvage.

    Je suis fière de lui. 

    Bises

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 15:54

        Bravo à lui !

    2
    Jeudi 16 Mars 2017 à 09:49

    Un bien bel article calmant dans ce monde de fous

    A chacun d'y puiser  ce qui lui semble se rapprocher de sa vérité , de son ressenti, de ses besoins 

    Bonne journée à toi et les tiens 

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 15:55

        Sais-tu où j'ai puisé tout cela, chère Rose ? Dans ton beau pays, où j'ai séjourné ce week-end... wink2

    3
    Jeudi 16 Mars 2017 à 11:03

    Bonjour Aloysia,

    Je me suis permis de recopier pour moi le poème tant il me parle. L'image de la main à l'intérieur du gant en dit davantage que longues phrases. Merci pour cet article très enrichissant comme toujours, et ou l'humour même pointe le bout de son nez.

    Amitiés

    Alain

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 15:56

        Amitiés, Alain, fabuliste avisé.

    4
    Jeudi 16 Mars 2017 à 18:24

    j'aime bien dans ton billet du jour: la main le gant, l'éléphant, la poésie (l'arc en ciel, le temps, le poing serré de l'avidité, aise naturelle, l'éléphant qui est dans notre propre maison...)

    oui, tout cela me parle et je crois bien entendre. 

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 20:24

        smile  Peut-être ai-je relevé le gant que tu m'as lancé, Jamadrou ?

    5
    blandine
    Jeudi 16 Mars 2017 à 20:09

    En ce moment  devant ma porte , un gros éléphant blanc attend que le premier Ministre donne l'ordre de venir  le ramasser. Je crois que le sage soleil va se pointer et faire fondre le gros éléphant blanc avant que l'ordre sorte de la bouche de nos dirigeants.  Les hivers se suivent et se ressemblent , mais les *hommes* ne comprenne pas encore la leçon. bisesxxx

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 20:27

        Apparemment, ça n'a pas l'air rigolo du tout alors cette tempête... Te voilà bloquée à la maison chère Blandine ? Nous nous imaginions aussi que les canadiens étaient armés jusqu'aux dents contre la neige et le gel ! J'imagine une petite maison de trappeurs ensevelie sous la neige et dont l'unique sortie doit être dégagée à la pelle par des bras athlétiques... sarcastic

    6
    Jeudi 16 Mars 2017 à 21:09
    durgalola

    oui ne pas se casser les méninges à expliquer ce qu'est le divin. Merci pour ce très beau texte de Lama Rinpoché. Bises 

      • Jeudi 16 Mars 2017 à 22:21

        S'il y a bien qqchose à ne pas expliquer, c'est le divin !... Pfff... cela me fait penser à un tricot à détricoter... jusqu'à ne plus avoir qu'un pur fil de laine.

    7
    Vendredi 17 Mars 2017 à 11:02
    Daniel

    Je ne cherche plus Dieu. Je suis Dieu, comme tout le monde d'ailleurs....

      • Vendredi 17 Mars 2017 à 17:42

               Sacré Daniel !! (C'est le cas de le dire...)

      • Samedi 18 Mars 2017 à 18:47
        Daniel

        Un peu de dévotion, s'il te plait !!( je plaisante !)

      • Samedi 18 Mars 2017 à 21:07

        J'ai de la dévotion pour l'éléphant qui est en toi, mais tu n'es pas l'éléphant.

    8
    gazou
    Dimanche 19 Mars 2017 à 13:47

    un beau poème !

    Merci !

      • Dimanche 19 Mars 2017 à 16:26

        Bises, Gazou.

    9
    Dimanche 19 Mars 2017 à 20:37
    Durgalola
    Pour te répondre, mes voisins accueille aussi notre chatte... ce sont eux qui s'occupent avec gentillesse de durga et de griselle quand nous sommes absents. Bises et bonne soirée.
      • Dimanche 19 Mars 2017 à 21:36

        Ah ! Tout s'explique !! Ils sont adorables en effet. Bises et bonne soirée.

    10
    Lundi 20 Mars 2017 à 16:10

    Réflexion et sagesse éléphantesques qui me plaisent bien Aloysia...

    Le divin on le trouve où on veut...

    Bises Aloysia

     

      • Lundi 20 Mars 2017 à 18:51

        Non, pas où "on veut"... Où il se manifeste à nous !

      • Mercredi 22 Mars 2017 à 13:31

        Oui tu as raison !

        Bizzz

    11
    Hélène ***
    Lundi 20 Mars 2017 à 20:06

    Ne sommes-nous pas la Main qui vient palper le monde qu'Il a créé?

      • Lundi 20 Mars 2017 à 20:24

        Oui, cette écorce sensitive qui "boit" Sa Beauté...

    12
    Mercredi 22 Mars 2017 à 11:20

    Beau poème, merci Aloysia! Je suis allé voir le site du lama, belle tête, yeux brillant, oui, oui, j'ouvre ma main, je ne serre rien, je me relaxe et je lis le poème, tranquillement.
    J'ai vu récemment le film "La nuit des éléphants" et j'apprends plein de choses. Né sage, vit sagement, mais la vie est devenue difficile pour les éléphants...

      • Mercredi 22 Mars 2017 à 13:28

        Oui, il semble que les éléphants ne soient pas si heureux qu'on se l'imagine. Ce sont des animaux si attachants !

    13
    Vendredi 24 Mars 2017 à 15:31

    En harmonie avec Daniel, y compris l'humour !

      • Vendredi 24 Mars 2017 à 16:59

        Alors si vous êtes deux je vais devoir m'incliner... sarcastic



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :