• L'ego

      
    Suite de cet article

     

    «  Ne cherchez pas Dieu ou la Vérité, libérez-vous de l'ego et le reste vous sera donné par surcroît. »

    Rajneesh, "Zen - Retour à la Source" - chapitre 5.

     

    L'ego

     

       Oui, mais comment ? Toutes les voies spirituelles, toutes les religions prétendent donner des recettes, la première de celles-ci étant "occupez-vous des autres"... Mais est-ce suffisant ? Osho explique lumineusement le problème sur 20 pages... Pourrai-je en exprimer ici le principal sans trop de longueurs ? Je vais essayer.

     

    I - Utilité de l'ego


         « Le nouveau-né ne sait pas qui il est et la première chose dont il prend conscience n'est pas lui-même, mais l'autre. (...) Progressivement il découvre son propre corps, mais ce dernier est également un "autre", il appartient au monde.(...) Peu à peu, par contraste avec ce qui est "autre" il se rend compte de lui-même. (...) L'enfant apprend ce qu'on pense de lui et mémorise quel comportement lui vaut un sourire (...), quel autre lui vaut une réprimande ou un rejet. (...) C'est ainsi que se forme son ego, un centre factice en lui. Il ignore sa nature réelle, tout ce qu'il sait de lui-même est fourni par l'extérieur.

         (...) Totalement isolé, l'enfant ne développerait pas d'ego et ce serait une calamité, car il ne dépasserait pas le stade animal. (...) Le Soi réel est trouvé grâce au faux "moi", l'ego. Pour percevoir la Vérité, il faut avoir vu ce qui n'est pas vrai.

          (...) La société favorise la fabrication de l'ego parce que les gens peuvent être manipulés par l'intermédiaire de leur "moi". (...) L'enfant a vitalement besoin d'être aimé, (...) tout au long de son existence il sera affamé d'attention et perpétuellement inquiet, l'appréciation extérieure étant sa seule référence. »


    II - Nature de l'ego

         « Ce que vous croyez être vient des autres. Les gens qui vous entourent vous présentent jour après jour des images de vous-même que vous acceptez comme étant votre "moi". (...) L'homme qui s'identifie à son ego est aliéné (...), il essaie de se conformer aux modèles extérieurs et quand il n'y parvient pas il se sent nul, désespéré. Sans valorisation sociale, son ego se dégonfle comme une baudruche.

         (...) Chasser l'illusion du "moi" n'est pas facile. Il faudra traverser une période intermédiaire durant laquelle la notion de "je" sera effacée, mais où vous ne saurez pas encore qui vous êtes ni où vous allez. (...) La mort de l'ego ressemble beaucoup à une dépression nerveuse. (...) Vos peines et vos soucis font partie de "vous", sans eux vous auriez l'impression de ne plus exister. (...) Soyez courageux, ne rebroussez pas chemin, ne retombez pas dans le piège. (...)

          Le grand avantage de l'ego est qu'il ne peut mourir puisqu'il n'a jamais existé. C'est un écran de fumée. En outre, il est facile à obtenir,(...) il vous est automatiquement fourgué par les autres. C'est dire qu'à moins de dépasser le mental et de partir à la recherche de l'inconnaissable qui est la source mystérieuse de votre être, vous n'êtes pas un individu, vous êtes brisé comme un miroir cassé en mille morceaux. Vous reflétez la foule, vous êtes multipsychique. (...) À cause de ce "moi", vous vous identifiez à un lieu, à une époque, à une langue, à un groupe humain.

        (...) Est-ce que cela ne vous a jamais traversé l'esprit que toutes vos souffrances pourraient être dues à votre "moi" ? L'enfer n'est rien d'autre que votre ego. (...) L'ego fait de vous un esclave. (...) Essayez de comprendre. (...) Chaque fois que quelque chose vous irrite ou vous peine, fermez les yeux, cherchez la cause de ce malaise. Vous verrez que c'est toujours une blessure d'amour-propre. (...) La cause de vos souffrances est toujours à l'intérieur de vous-même. »


    III - Se libérer de l'ego

         « Retenez toutefois que l'ego ne peut pas être supprimé délibérément. "Qui" luttera contre votre ego ? Votre ego. Ne le prenez pas de front, vous le rendriez très rusé. Il vous fera croire qu'il n'existe plus, que vous êtes devenu bon, sage et humble.

          La bonté, la sagesse, l'humilité ne peuvent être cultivées. Les qualités que vous créez sont hypocrites.  Quand l'idée d'une identité séparée s'efface, l'humilité réelle apparaît spontanément en tant qu'ombre projetée par votre temple intérieur. La sensation d'être quelqu'un de bien vient en ligne droite de l'ego. Le vrai sage n'est ni humble ni égoïste, il est naturellement simple. (...)

       Soyez très prudent et très attentif. L'ego est extrêmement malin. N'essayez pas de l'améliorer, contentez-vous de le débusquer, car tant qu'il subsistera, il vous trompera. Il restera le maître, quoi que vous fassiez. La seule solution est de prendre de la distance et de l'observer. (...) Le jour où vous serez définitivement centré dans l'état de témoin, il n'y aura plus d'ego. (...) La seule manière de se libérer de l'emprise du faux centre est de le reconnaître pour ce qu'il est : une illusion très pernicieuse qui défigure la vie. L'ego ressenti comme un poison est vomi. Ce n'est pas le résultat d'une étude ou d'une décision, ce n'est pas "vous" qui le laissez tomber, il tombe tout seul. »

        Rajneesh,"Zen - Retour à la Source" - chapitre 5

     

    L'ego

     À suivre ici.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Août 2016 à 10:26

    Bonjour Aloysia,

    L'ego est véritablement bien ancré en nous et c'est très difficile d'essayer de s'en débarrasser aussi j'admire ta recherche et tes efforts et te remercie pour cette étude bien approfondie.  Bisous et belle journée à toi

      • Samedi 20 Août 2016 à 21:41

        Toi aussi tu as tout dit... Grosses bises, bonne nuit gentille Danaé. money

    2
    Samedi 20 Août 2016 à 14:39
    durgalola

    comment rajouter quelque chose à ce que tu nous transmets ? Bosho s'exprime clairement. Et tous les différents enseignements et religions sont présents pour chacun d'entre nous, là où nous vivons, où nous sommes. Bises et très bon samedi.

      • Samedi 20 Août 2016 à 21:19

        Oui, c'est clair... Et il n'y a plus qu'à... Bises, Durgalola, merci de ta visite et bonne nuit.

    3
    Dimanche 21 Août 2016 à 12:01

    Lumineux...Quon on sait a quoi s'en tenir ! Ton article est bien utile.Bon dimanche Aloysia.

      • Dimanche 21 Août 2016 à 14:01

        Bises, chère Marlou.

    4
    manadou
    Dimanche 21 Août 2016 à 19:49

    Coucou le voilà... et puis, il s'en va... peut-être...clown

    Bonsoir Aloysia!

     

      • Dimanche 21 Août 2016 à 21:37

        money  Comme dit un de mes amis : "Tu crois qu'il est parti, et soudain... Voilà qu'il te rattrape par derrière ! C'est affreux..." Et il m'attrape par les épaules en riant. he

        Bonsoir, Manadou.

    5
    Dimanche 21 Août 2016 à 19:55

    ai-je vraiment envie de me libérer de l'égo?

    le connaître, le reconnaître j'essaie, il est avec moi depuis si longtemps!

      J'ai l'impression d'avoir des moments sereins quand il dort...

    je crois qu'on peut faire bon ménage

     "s'il tombe un jour", ne serai-je pas (peut-être) plus désorientée que libérée?

     

    Un article fort bien mené Aloysia, merci.

      • Dimanche 21 Août 2016 à 21:41

        Tant qu'on est "bien" avec l'ego, il n'y a pas de raison qu'il disparaisse... Il prend ses aises ! C'est comme mon voisin que sa femme menace de quitter, il est super mignon avec elle, aux petits soins, et tout. J'ai bien peur que mon ego ne me fasse ce coup-là en ce moment... wink2

        Mais sois tranquille, il ne "tombera" pas tout seul, il est bien accroché.

        Merci de ton appréciation flatteuse, Jamadrou. Mon ego s'en lèche les babines.

        Bisous, bonne soirée avec tous tes petits lutins.

    6
    Lundi 22 Août 2016 à 08:08

    Si tu ne cherchez pas, laisse-toi trouver ...

    Bon début de semaine Aloysia

      • Lundi 22 Août 2016 à 10:14

        Laissons-nous trouver, Fontaine... Bises. smile

    7
    Mardi 6 Septembre 2016 à 00:31

    Quand on parle d'égo je parle du mien, de mes réactions émotionnelles, car je ne peux parler de celui d'autrui, nourri par d'autres histoires quand bien même le fonctionnement est similaire*. Nous n'avons aucune prise sur l'égo des autres (sauf pour l'attiser ou manipuler la personne), nous n'avons pas à lutter contre notre propre égo (c'est perdu d'avance - dans le sens où s'il y a résistance, lutte, l'égo s'accroche)... je ne dis pas qu'il n'y a rien à faire, certains y sont parvenu... j'admire que tu t'y attèles, Aloysia. En ce qui me concerne je me recentre sur l'amour ou j'essaie d'être attentive à mon corps lors des postures de yoga (mais ceci je te l'ai certainement déjà dit).

    *je dis cela, Aloysia, mais en réalité souvent je préfère me taire et écouter l'autre quand mon niveau d'énergie me le premet (dans le cas contraire je  me préserve en  m éloignant).

    Tes publications sont toujours intéressantes. 

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 09:45

        Merci de ta visite et de ton appréciation, Carmen. Tu es dans le vrai. Se centrer sur soi est illusoire et sans intérêt ; et parler d'un "ego des autres" est sottise car il est projection de notre part. Il faut juste être attentif et laisser en soi se faire la Volonté du "Père" : tout vient à nous, mais nous ne sommes pas l'auteur de nous-même. "Aimer" n'est pas une chose dont nous puissions nous flatter, c'est juste une inspiration qui nous traverse, comme le souffle de la Vie.

    8
    Mardi 6 Septembre 2016 à 10:58

    Tu as raison de parler de fluidité de l'amour. L'amour ne se retient pas, ne se fixe pas sur une personne ou quelques unes... il est comme le parfum de la vie. Quand on est loin d'être sage (comme moi-même), et que les évènements nous bousculent, faisant surgir des réactions de protection égotiques (qui me rendent malade) je tente de revenir à l'état d'amour. Evidemment il y a un rappel à la mémoire de cet état qui n'est pas l'amour, pas encore.... les idées reviennent, rappel, elles reviennent encore, rappel et puis tout à coup j'y suis il n'y a plus rien à porter. C'est laborieux tout ça !  Les insouciants par nature ont de l'avance sur moi.

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 15:00

        La religion chrétienne comme le bouddhisme (c'est pourquoi je les mets souvent dans le même sac, au grand dam de certains) vantent l'intérêt porté aux autres : "amour" qui est une traduction nouvelle pour "charité"  pour les uns, et "compassion" qui est également un terme "difficile à comprendre et qui nécessite éclaircissements" pour les autres. Phène nous disait que tant qu'on n'a pas atteint l'éveil on ne peut pas connaître cet "amour" ou cette "compassion" ; il faut d'abord travailler suffisamment à détruire son ego. Sinon ce ne peut être que de la mascarade. Mais évidemment la mode est à l'altruisme, et personne ne conçoit à quel point c'est un effet de mode, et une production superégotique. Il est vrai que "s'occuper de soi" n'est pas mieux... Le nombrilisme n'est pas la solution... "Aimer son prochain comme [étant] soi-même" est la bonne formule, car il faut réussir à s'observer suffisamment pour comprendre que nous sommes tous le même avec des particularités apparentes, mais identiques en profondeur. Alors on s'accueille, on se soutient... L'Amour, énergie de l'âme, n'apparaît que chez les Éveillés.

    9
    Mardi 6 Septembre 2016 à 15:33

    Dans ce cas, Aloysia, c'est effrayant... si l'homme sur Terre est incapable d'amour il n'y a pas d'espoir. Dessous le vernis de l'égo je ressens tant de bonnes choses en chacun et c'est cet amour qui est là et veille (juste une impression que rien ne valide).

    Le père qui voit revenir l'enfant prodigue est dans l'amour.

    Les parents qui viennent de donner vie et se réjouissent ne sont-ils pas dans l'amour ?

    L'enfant qui a toute confiance en son père, l'amour se lit dans ses yeux.

    L'amie qu'on porte dans son coeur en connaissance de ses travers (et des nôtres)...

    ... bien sûr il ne faut pas s'oublier soi-même puisque nous ne pouvons voir le monde qu'à partir de nos fibres.

    (je fais une liste superficielle et bizarre qui n'a de logique !)

    Si seuls les illuminés accèdent à l'Amour... nous l'atteindrons tous à notre mort. L'amour serait d'un autre plan et avec mon étrange logique  je me dis qu'il sera toujours temps de le connaître, en attendant j'enlace tous ceux que j'aime mal, assurément, de tout l'amour que la vie sur terre peut me permettre de manifester.  

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 18:25

        Là c'est l'amour humain ; c'est un premier pas... Nécessaire et super chouette !! money

         

        Bisous.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :