• L'Autre


        Grande amatrice de littérature jeunesse de par ma fonction, je me suis bien sûr délectée de la lecture de "Harry Potter et les reliques de la mort", dans lequel j'ai à nouveau admiré l'immense talent de J.K. Rowling pour provoquer les situations les plus périlleuses et les péripéties les plus dangereuses sans jamais verser dans l'invraisemblable ni déroger à la plus parfaite logique - et tout en maintenant une atmosphère quasi "chaleureuse", en insufflant chaque fois que possible une bonhomie qui lui est toute particulière dans le caractère ou le comportement des personnages ; la bienveillance, la générosité, l'enthousiasme tissent des liens indissolubles et de plus en plus déterminants entre les héros qui, de plus en plus nombreux, font bientôt figure d'une immense famille autour du jeune Harry à tel point qu'on peine à accepter, dans l'épilogue, qu'il retombe dans un quotidien quasi ennuyeux. Mais nous rétorquera-t-elle, c'est là le propre de l'âge adulte : on devient détaché, quand la tâche d'éducateur vous revient... Maintenant c'est au tour des enfants, de vivre leurs propres aventures (vite dit !)

    Harry Potter et les Reliques de la Mort


        Cependant si le titre de mon article est "Autre", c'est précisément parce que je veux vous présenter ma trouvaille la plus récente, je veux parler du romancier Pierre Bottero qui, quoique bien jeune encore (il a 43 ans), a produit une vingtaine de romans dont certains lui ont garanti un succès mérité : je veux parler de la double trilogie d'Ewilan (La Quête d'Ewilan, en trois parties, puis les Mondes d'Ewilan, en trois parties également), une série dans le genre fantastique. 

        Désireuse de le découvrir et peu séduite par le genre "fantasy" d'Ewilan, je me suis lancée plutôt dans sa plus récente trilogie, celle intitulée précisément "l'Autre" :  du Fantastique également , dont le mérite est de nous présenter, sur le thème classique du couple de jeunes gens appelé à sauver l'humanité, une sorte de cosmogonie expliquant l'invasion du Mal sur la Terre par le réveil d'une entité maléfique bien définie et dont la destruction reste possible, celle que l'on appelle évasivement "l'Autre", et dans laquelle on pourrait bien reconnaître la vision judéochrétienne de "la Bête de l'Apocalypse", ou tout simplement du Démon.
        Pour preuve de son réveil et de ses sévices, il récupère une part de l'actualité que nous vivons : les guerres, les épidémies, les désordres climatiques, tout cela est son œuvre. Enfin, du moins de sa partie "émotionnelle" - sujet du second livre "le Maître des Tempêtes".
        C'est ce volume que je viens de terminer et qui force mon admiration.

    L'Autre - La Maître des Tempêtes

     
        Après une première partie, intitulée "Le Souffle de la Hyène", où il campe la situation et les personnages - qui ont tous leurs souffrances et leurs difficultés, leurs divergences surtout - et où il montre l'Entité démoniaque formée de trois parties (comme une trinité), la première physique, la seconde émotionnelle et la troisième mentale, où il montre enfin avec brio la destruction par les héros de la partie physique (structure classique d'un roman fantastique où les arts martiaux trouvent leur place), la seconde partie s'articule sur un tout autre projet : comment vaincre le mal au plan émotionnel ? Ou encore, comment le démon agit-il dans le coeur des hommes ?
        Et de montrer la haine et ses racines, la jalousie et la rancune, l'orgueil et les préjugés, l'envie et la colère... Petit à petit, passées les premières impressions d'étrangeté face à un monde de plus en plus envahi de monstres peu engageants, on s'aperçoit qu'on évolue en pleine allégorie. Il y a un sens à trouver à tout cela, sous-jacent, et dont les héros doivent faire l'épreuve en eux-mêmes. Mieux ! C'est un adulte, c'est le propre grand-père du héros qui montre la voie et lui donne l'exemple : il doivent apprendre à pardonner. C'est la voie royale vers la destruction de la seconde partie de "l'Autre" (sa part émotionnelle), qui va conduire à inverser la marche vers la violence qui s'était amorcée en ramenant la Paix et l'Amour sur la Terre.

    L'Autre - le Souffle de la Hyène


        Thème connu, me direz-vous, au cœur de la saga d'Harry Potter et remontant au moins à la Tétralogie de Richard Wagner.
        Oui, mais tellement bien mis en valeur, dans un ensemble brûlant d'actualité et mis à la portée de jeunes d'aujourd'hui. Dans le bain de régénération qui permet à Shaé, transformée en Dauphin, de diluer en elle tout ce qui restait de colère et de rage - un poison affirme-t-elle - on reconnaît certaines thérapies par le sommeil ou par l'eau, et surtout la pratique de la méditation, qui sont comme suggérées, en contrepoint d'une histoire apparemment toute simple et pleine, elle aussi, de péripéties inattendues.

        Vous me croirez si vous voulez, mais je n'ai pas encore lu le troisième volume : cela ne saurait tarder, il est sur mon bureau !


    L'Autre - La Huitième Porte



        "La Huitième Porte", témoin de la structure symbolique de l’œuvre puisque, elle-même construite en trois parties, elle repose sur la puissance des nombres : le nombre trois mais surtout le nombre Sept, omniprésent et qui assure la perfection, alors que l'intervention du Huit - ou de l'Autre - la casse.
        Nos héros doivent s'attaquer à la part la plus puissante du Mal, sa part mentale (celle qui manipule les gouvernements, les pensées des hommes, et notamment les fanatismes). Comment vont-ils s'y prendre ? Je crois qu'il va falloir pour cela de très jeunes enfants, mais chut ! J'ai juste tourné les pages pour me faire une idée. Je vous le dirai plus tard !
     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 12:00
    Ton article est très intéressant et éveille ma curiosité. Je prends note de la référence livresque et le lirais bientôt bientôt... PS : Harry Potter ? C'est qui ça ? Moi j'ai jamais lu ces romans. C'est ma Lucie (bonne fête aujourd'hui) qui s'en charge.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :