• L'Art, une approche de Dieu par défaut de Vérité


         Je vous ai parlé plusieurs fois d'Olivier Messiaen, musicien et poète d'une grande foi catholique.

           Malgré sa formation très poussée rendant ses œuvres parfois difficiles d'accès au profane il baigna sa musique d'un tel amour pour Dieu que certaines pages sont pure contemplation. 

      C'est le cas notamment dans le gigantesque opéra mystique sous-titré Scènes Franciscaines qu'il composa à la fin de sa vie en hommage à Saint François d'Assise (voir ici).

          Il en écrivit lui-même le livret en s'inspirant de textes franciscains et un passage m'a particulièrement frappée : celui où, dans le 2e acte, François cherche à s'approcher du Mystère de Dieu, quoique sachant que ce mystère n'est que Silence et Invisibilité.

     

    Saint François d'Assise

          Voici comment il s'exprime : 

    FRANÇOIS : « Ô Dieu éternel, Père Tout-Puissant, (...) montre-moi combien est grande l'abondance de douceur que tu as réservée à ceux qui te craignent ! »

        S'approche alors un ange resplendissant de lumière tenant dans sa main gauche une viole et dans la droite un archet recourbé (en fait l'Ange était là depuis quelque temps, connaissant François et l'affectionnant particulièrement...). Voici leur échange et surtout, ce que dit l'Ange : 

    FRANÇOIS : « Pardonne ma prière, bel Ange de Dieu. 

    L'ANGE      :    Ah ! Dieu nous éblouit par excès de Vérité. La musique nous porte à Dieu par défaut de Vérité. Tu parles à Dieu en musique : Il va te répondre en musique. Connais la joie des bienheureux par suavité de couleur et de mélodie. Et que s'ouvrent pour toi les secrets de la Gloire ! Entends cette musique qui suspend la vie aux échelles du Ciel, entends la musique de l'invisible... » 

     
        Cette vision de l'Art qui selon Messiaen permet une approche du Divin par défaut de Vérité, me séduit particulièrement, et je vais vous faire entendre de quelle manière le compositeur fait jouer à l'Ange la "musique de l'invisible"... 

     

    Ange jouant de la viole - Memling

     

       Évidemment il va utiliser pour remplacer la viole que l'on voit sur les peintures du moyen âge le son délicatement flûté de l'Onde Martenot, cet instrument rare et précieux qu'affectionnait Messiaen, dont j'ai déjà parlé ici  et sur lequel vous trouverez des détails inspirants accompagnés d'une belle présentation vidéo ici.

     

        En voici le résultat : 

     

     

          Dans l'Opéra, Saint François s'évanouit en l'entendant... 

        Si vous êtes intéressés, l'oeuvre est disponible dans son entier sur youtube et vous pouvez écouter cette scène en particulier ici à partir de 42'10 (développez les commentaires  dessous pour avoir les débuts des différentes plages).

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Avril 2015 à 01:42

    Merci pour ces citations, et ce très beau "défaut de vérité", qui permet à l'art d'être infini, puisqu'il "échoue" toujours à tout dire, et doit toujours recommencer. Et merci aussi pour les ondes Martenot.

    2
    Jeudi 2 Avril 2015 à 08:34

    Bonjur chère Aloysia, tout ce que je sais de François d'Assise, c'est qu'il parlait aux oiseaux et j'en avais fait une statuette en galets le représentant ! Je vais ajouter, j'aime beaucoup les "musiques silencieuses" ! Bonne journée à toi et bises.

    3
    Jeudi 2 Avril 2015 à 09:08

    Bonjour à toutes deux et merci de votre écoute attentive. Je suis heureuse que vous aimiez les Ondes Martenot, cet instrument "magique"... Bises et belle journée !

    4
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:28

    Bonnes fêtes de Pâques à toi...

    A lundi

    Jean

    5
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:30

    Il y a des musiques qui sont de purs extraits de la grande symphonie de la Totalité Cosmique. Amitiés.

    6
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:57

    Bonne fête de Pâque (=Passage), mon cher Jean !

    Merci, Ariaga, oui, des extraits plus épurés que d'autres... Amicalement.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Jeudi 2 Avril 2015 à 12:14

    Tu as raison, c'est merveilleux ! Merci de nous avoir fait connaître cette "pure contemplation"...

    8
    Jeudi 2 Avril 2015 à 13:58

    happy   De plus je vais te faire une confidence (j'aurais dû l'écrire) : avant de se rendre auprès de François qui prie dans son oratoire (une grotte) l'Ange a frappé à la porte du monastère ; et à Frère Bernard qui lui demandait son nom il a répondu : "Ne me demande pas mon nom ! Il est merveilleux".  Et moi, quand je l'ai entendu pour la première fois j'avais compris que "Merveilleux", c'était Son Nom... 
    Bises, chère Marlène.

    9
    Jeudi 2 Avril 2015 à 18:39

    Merci Aloysia pour ce billet profondément spirituel. A propos de François, je te recommande ce formidable petit livre de François Cheng "Assise".

    Et puis, s' il y a "musique des sphères", je l'imagine bien avec les sons aériens de l'onde Martenot.

    Belle soirée ! 

    10
    Jeudi 2 Avril 2015 à 19:25

    Et Merci à toi, Yanis, de ton commentaire toujours inspiré. Il faut que je me procure ce petit livre qui me fera rêver de mon voyage à Assise, il y a déjà longtemps ! Belle soirée à toi également !

    11
    Vendredi 3 Avril 2015 à 06:25

    Vous me faites penser que je n'ai pas écouté Olivier Messiaen depuis trop longtemps. Merci de ce rappel ! Très bon week end de Pâques.

    12
    Vendredi 3 Avril 2015 à 10:01

    Bon week-end, chère Bonheur du Jour ! je suis heureuse de découvrir en vous une amoureuse de Messiaen. 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :