• L'Amour, ou notre aspiration vers la Lumière


           Aujourd'hui j'ai tant entendu parler d'Amour ! Un terme qui nous fait tous rêver car il évoque la conciliation, la réunion entre les êtres. C'est une aspiration si impérieuse à sortir de nous-mêmes que nous la mettons volontiers au premier plan de nos préoccupations, nous la représentant dans sa plus belle expression : l'oubli de soi !

        Mais en fait elle n'est la plupart du temps qu'un simple sentiment émané de l'ego et qui signifie : désir d'être reconnu ; désir d'être aimé, apprécié, et ensuite remercié pour ce que l'on aura pu faire ou montrer...

     

    L'Amour,


         Les différentes lectures ou méditations que j'ai pu trouver aujourd'hui s'y rattachant m'ont rappelé qu'on en fait le point central de la Rencontre avec le Divin, le mot "Amour" semblant apparenté au mot Âme et paraissant au cœur de toute démarche visant à s'oublier soi-même au profit de plus grand que soi - c'est-à-dire la Volonté du Tout-Puissant, qui est alors présentée Elle-même comme un acte d'amour du Père à notre égard.

         Mais si l'on veut véritablement évoquer le Divin et sa Puissance de par le monde, on revient à ce Prologue de l’Évangile de Jean que j'ai cité précédemment, et l'on constate qu'il n'y est pas parlé d'"Amour", mais de Verbe (trop difficile à traduire décidément : aujourd'hui je le rendrais volontiers par Expression), puis de Vie et de Lumière.

           Et pourtant l'Amour, je me suis très longuement interrogée à son sujet, à travers notamment la mystique et le soufisme ! Il ressort de ces réflexions que c'est plutôt une voie d'accès pour l'ego, un moyen pour lui d'apprendre à se dépouiller peu à peu de lui-même. Mais ce sentiment reste toujours du domaine de l'humain, apparenté à la recherche et à l'aspiration ; il reflète tout à fait l'illusion de séparation que nous connaissons ici-bas.

           Je me suis rappelé alors ces misérables amoureux de l'inaccessible qui hantent les légendes post-romantiques, comme Valdemar, dans les Gurrelieder  de Schönberg : la femme qu'il aime, nommée Tove, meurt et se transforme en une colombe (de l'allemand "Taube" et du Danois "Dove" : colombe). Il devient fou et erre de par le monde en hurlant sur son cheval emballé... ! C'est l'image de l'archétype du masculin qui nous habite - à savoir notre besoin de maîtriser les choses, d'agir sur elles, de les voir se conformer à notre volonté - qui est totalement désorienté lorsqu'il s'agit de lâcher prise sur notre destinée, d'accepter les pertes, les échecs, l'impossibilité de satisfaire nos désirs.

     

    L'Amour, ou notre aspiration vers la Lumière



          Tel est également le Golaud du Pelléas et Mélisande de Debussy, dans son incapacité à obtenir l'amour de la douce et mystérieuse Mélisande qu'il a pourtant épousée, lorsqu'à son chevet (car elle se meurt elle aussi) il lui demande instamment "la vérité" sur ses relations supposées avec Pelléas, et que sans accepter ses réponses évasives il s'écrie : "Je vais mourir ici comme un aveugle !" (En effet dans son désespoir il envisage de se suicider après la mort de la jeune femme).

         Brusquement il m'est apparu évident que l'objet de l'amour est perçu comme la Lumière même ! Et c'est là que nous revenons au Prologue de Saint Jean. L'Amour est donc ce qui nous pousse vers cette Lumière, qui est aussi la Vie. Il est donc ressenti comme une urgence absolue.

        Mais ce qui en nous éprouve cette attraction est l'ego, autrement dit : ténèbres. Et pour que la Lumière soit, il faut qu'il disparaisse... Comme le disait Jean-Baptiste ("un homme" selon le prologue, donc un ego) : "Il faut qu'Il croisse et que je diminue".

          Et comme dit Jésus ailleurs : "Ils seront jetés dehors, là où sont les pleurs et les grincements de dents".

          Je ne comprenais pas ces propos autrefois ; je ne comprenais pas qu'il puisse y avoir un "dehors" à la Vie divine (à "l'Amour" de Dieu !). Mais les pleurs et les grincements de dents (qu'éprouvent parfaitement Valdemar et Golaud) sont des expressions de l'ego : des sentiments, des émotions. Et l'ego fait partie des ténèbres, et ces ténèbres ne comprennent pas la Lumière !

        Aussi dois-je aujourd'hui rectifier la traduction que je faisais du Prologue dans l'article précédent : au verset 5, oui, les ténèbres n'ont pas étouffé la Lumière bien sûr ; mais aussi : elles ne l'ont pas comprise comme le dit bien le texte latin !! En effet la Lumière est Dieu en Expression : le "Je Suis" qui s'adresse à Moïse sur le mont Sinaï, ou Verbe Divin ; et les ténèbres sont les ego qui ne peuvent l'atteindre en aucun cas... !

            Cette pensée m'a inspiré cette petite image très parlante :


    Lumière dans les ténèbres

     

         Au centre, j'aurais volontiers écrit Lui à cause de la relation avec le verbe Luire... Cette Lumière est autosuffisante et rayonnante ; étant Logos, elle est Intelligence pure et donc parfaite évidence (le mot latin Verbe, plus riche que le mot français "parole", ne rend pas toute la profondeur du terme grec employé par Saint Jean, le Logos qui veut dire aussi Pensée rationnelle).

         Autour, il y a l'ego ; et si l'ego cherche à comprendre la Lumière il ne le peut pas. Il répète donc sans cesse "Je ne comprends pas", "je ne comprends pas"... et c'est tout ce qu'il peut faire : battre la campagne en pleurant ou "mourir ici comme un aveugle", mais certainement pas "comprendre la Lumière". C'est pour lui un Mystère...

        Je terminerai cette réflexion avec la fin magistrale de l'oeuvre de Schönberg (Gurrelieder) qui est le triomphe de la Lumière Divine dissipant les Ténèbres. La vidéo qui suit, outre qu'elle illustre relativement bien ce chœur final, offre une traduction anglaise des paroles prononcées.

         Il faut savoir aussi que juste avant ce prodigieux lever de soleil, il y a toute une préparation qui est superbe mais que malheureusement on ne peut suivre qu'en comprenant l'allemand, durant laquelle un voyageur émerveillé s'extasie de la montée progressive de l'aube qui éclaire peu à peu chaque chose, offrant de ci, de là des spectacles aussi fabuleux que fugaces... Si vous le souhaitez vous pouvez l'entendre ici.

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Février 2016 à 10:19

    Bonjour Aloysia,

    tu mets une bien jolie interprétation sur l'Amour divin mais quand on parle d''amour dans notre monde humain, on pense plutôt au partage avec une personne aimée que ce soit de l'amour physique ou de l'amour tendresse. C'est un terme un peu galvaudé de nos jours et l'amour que l'on pensait éternel n'existe plus ! Oui c'est notre ego qui est heureux que l'on s'intéresse à notre propre personne et cela est humain (et ne fait pas partie des ténèbres !!!)

    Aujourd'hui le plus souvent on dit "je t'aime" comme on dirait "je vais à la douche" !!!  On aimerait que ce soit autrement !

     

      • Lundi 15 Février 2016 à 12:54

        Mais non, Danaé, ce n'est jamais galvaudé. Quand on dit "je t'aime" au début, on s'illusionne sur la personne parce que l'on voit la Lumière qui est en elle et ensuite on est déçu de retrouver l'ego ; mais quand on dit encore "je t'aime longtemps après, en passant par-dessus sa désillusion, c'est de la tendresse, c'est du don, c'est un effort de partage, et c'est toujours magnifique !

    2
    Lundi 15 Février 2016 à 10:20

    En ces jours commerciaux et sirupeux au sujet de l'amour avec un tout petit a cela fait plaisir de lire ton texte qui parle vraiment de l'Amour.

      • Lundi 15 Février 2016 à 12:55

        Merci, Ariaga, de ta lecture pénétrante et empathique. Je t'espère en bonne santé et te fais plein de bises.  

    3
    Lundi 15 Février 2016 à 15:35

    j'aime l'Amour.

      • Lundi 15 Février 2016 à 18:33

        Qui n'aime pas l'Amour ? 

      • Lundi 15 Février 2016 à 18:54

        Peut-être celui qui ne s'aime pas Aloyia?

    4
    Lundi 15 Février 2016 à 19:23

    Le mot"amour" est souvent galvaudé...on croit parler d'amour et l'on ne pense qu'à profiter de l'autre, à se l'attacher...Alors qu'un amour vrai ne peut être que gratuit...Pourtant comment ne pas aimer...Même imparfait, seul l'amour donne de la saveur à la vie

      • Mardi 16 Février 2016 à 09:40

        Tu as raison, Gazou ; c'est pourquoi  l'Amour est un chemin ; et qu'il ne faut jamais oublier qu'il est perfectible.

    5
    Mardi 16 Février 2016 à 14:17
    Daniel

    Je me demande toujours ce qu'est l'amour. je me demande aussi si j'ai vraiment aimé un jour.....Certainement, mais j'ai comme un doute....

      • Mardi 16 Février 2016 à 16:45

        L'Amour, c'est la voix de Dieu qui nous appelle ; mais L'entendons-nous ?

    6
    Mardi 16 Février 2016 à 17:37

    c'est un texte très riche très littéraire 

    cela me fait revenir un petit souvenir ; mon frère, athée, pourtant  me dit si je devais croire, ce serait au soleil.

    La lumière, toujours.

    Et l'amour que nous percevons, vivons, dans notre incomplétude (et c'est déjà un aperçu, une force) est semblable à la lumière que tu décris. 

    Vivre l'amour est toujours plus exigeant de jour en jour. 

    et être sur notre chemin, peut éclairer celui de l'autre ;

    bises 

     

      • Mardi 16 Février 2016 à 22:07

        Oui, Durgalola, tu complètes bien mon discours - que je n'ai pas souhaité spécialement "littéraire" mais il est vrai que ma réflexion est nourrie de lectures. L'amour est finalement une notion si intense pour nous qu'on ne finirait pas d'en parler... Et après l'avoir évité, esquivé, j'ai de plus en plus envie de lui consacrer des pages !  

    7
    Mardi 16 Février 2016 à 23:14

    Je reviendrai Aloysia. Souvent, ce que mes amies appellent Amour, je ne le comprends pas... puisqu'à l'évidence il a pris de multiples visages dans leurs vies. L'amour humain est la tendresse accordée, la vie partagée avec une personne dont on aime la présence, la personnalité, avec qui l'on se sent bien, toujours (puisqu'il y a un soutien réciproque, quand l'un flanche, l'autre est là) et cet amour nous rend plus réceptif à l'Amour de la vie, l'amour pour toute chose et l'indulgence dans le regard qu'on porte au monde, ensemble et séparément.

    Tes réflexions s'appuient toujours sur des recherches sérieuses. Je ne donne que mon ressenti, poétique.

      • Mercredi 17 Février 2016 à 10:44

        L'amour est un sujet inépuisable, Carmen ; il est Tout et Rien à la fois... 

    8
    Robert
    Mercredi 17 Février 2016 à 00:10

    Merci chère Aloysia pour ce beau texte plein-vol qui chante, qui danse , qui vit 

    merci pour ce beau texte qui fait du bien au cœur, qui fait du bien à l'âme

    Tu as raison d'écrire, tu es ce don

    Merci Aloysia, bisous et bonne nuit 

      • Mercredi 17 Février 2016 à 10:45

        Robert, ta Parole et tes Écrits sont Merveille ! Merci d'être là.

    9
    Mercredi 17 Février 2016 à 00:34

    De la banale saint-Valentin tu as su tirer lumière et musique. Merci à toi.

      • Mercredi 17 Février 2016 à 10:46

        De ta part, Carole, parfaite Alchimiste, ces mots me vont droit au cœur.

    10
    Mercredi 17 Février 2016 à 07:03

    L'Amour est relation, accueil, don.

    L'Amour est un besoin universel, vital, fondateur.

    Seul Dieu est l'Amour parfait, pur (sainteté).

    Merci de nous faire réfléchir sur ce qu'il y a de plus difficile et de plus beau dans notre vie.

      • Mercredi 17 Février 2016 à 10:47

        Et merci à toi, DJ34, de nous apporter ton ressenti sur cette Merveille qui nous dépasse et nous enveloppe.

    11
    Jeudi 18 Février 2016 à 09:26

    juste une histoire d'amour et de lumière

    clic

      • Jeudi 18 Février 2016 à 10:16

        Merci ma chère Jamadrou.

    12
    Jeudi 18 Février 2016 à 14:07
    Daniel

    C'est bien trop abstrait pour moi ! J'ai besoin de concret !

      • Jeudi 18 Février 2016 à 15:42

        Des bisous ! Des bisous !! 

         

    13
    Jeudi 18 Février 2016 à 17:24

    Je suis en accord avec Danae, le mot amour est tellement galvaudé. Heureusement que tu es là pour rehausser le niveau . Amitiés.

      • Jeudi 18 Février 2016 à 17:31

        On en parle beaucoup mais c'est un chemin difficile ! Bises, Ariaga.

    14
    Vendredi 19 Février 2016 à 16:39

    On en revient toujours à cet état de fait que nous sommes le jouet de l'ego, de notre mental, un merveilleux instrument au demeurant,  mais qui cherche toujours à sortir de son rôle. De là toute une confusion d'où il est bien difficile de sortir si nous tournons le dos à cette Lumière qui pourtant vient vers nous.

    Mes amitiés

    Alain

      • Vendredi 19 Février 2016 à 18:05

        Tu parles juste, Alain. Merci de ta visite, bises et belle fin de journée !

    15
    Samedi 27 Février 2016 à 08:56

    est on capable d'entendre la voix de l'amour, souvent on est tombé dans la voix de l'ego..

      • Samedi 27 Février 2016 à 09:44

        Hélas oui, Witney... Il nous reste à Le prier de tout notre cœur et bientôt sa voix deviendra plus impérieuse...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :