• L'alouette des champs


        En ce moment les alouettes font leur nid dans les champs. Et j'ai été éblouie aujourd'hui de la variété incroyable du chant de l'alouette - que je n'avais hélas pas le moyen d'enregistrer ni de photographier. Elle entonnait comme des couplets au cours desquels elle répétait 3 à 4 fois la même phrase musicale, puis changeait systématiquement de phrase ensuite ; en principe il y avait un appui sur un son aigu que l'on pourrait identifier avec "tii" et devant cet appui, toutes sortes de sons et de rythmes, qu'elle modulait soit en articulant avec son bec ("tio") soit en roulant le son ("tllll"), tout en battant vigoureusement des ailes dans une sorte de "vol sur place" à une quinzaine de mètres au-dessus du sol. On ne voyait qu'un point noir s'agitant dans le ciel (ou parfois plus rien...) et on entendait :

      " Tiotio tii, tiotio tii, tiotio tii,
          Tio tii, tio tii, tio tii,
         Tllll tii, tlll tii, 
          Tlll tio tii, tlll tio tii, tlll tio tii..."

        Et ainsi de suite avec des variantes à l'infini ! 
       L'alouette, qui s'élève en solitaire vers le soleil, est en quelque sorte le symbole de la jubilation et incarne pour nous l'exultation de l'amoureux du Ciel.

       Je vous propose donc de relire un poème que j'ai composé pour cette occasion il y a deux ans, et d'écouter ensuite l'oiseau lui-même dans un enregistrement où malheureusement on ne le voit pas voler, mais qui est excellent avec un chant encore différent de ce que j'ai noté ci-dessus.

     

    Au ciel qui scintille,
    L'alouette s'égosille
    En multiples trilles.
     

    La campagne brille,
    Tandis qu'elle tourne en vrille
    Turlute et frétille.
     

     


     

     
    « Du côté de Saint-Ambroix (Cher)Instantanés »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Avril 2013 à 12:00
    Que du bonheur dans l'air et sur ton blog ! Envie de chanter des trilles aussi...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :