• Komentétou

     

    Komentétou

     


            C'est l'histoire d'un mental. Un mental qui commentait sans arrêt, qui observait sans arrêt, remarquant tout, donnant son avis sur tout... Si bien qu'on l'appelait "Komentétou".

     

        Dès le matin, ce mental observait : 

    - Il fait beau aujourd'hui !

        Ou bien :

    - Toujours ce fichu temps !

        Et puis :

    - J'ai bien dormi !

         Ou encore :

    - Il faut se lever ! Je suis crevé !

    - Quelle tête j'ai ce matin ! Je vais m'arranger un peu...


       Enfin, vaille que vaille la journée se déployait et on l'entendait faire ses remarques au fil du temps :

    - Regarde comme il conduit celui-là ! Ce n'est pas possible... Il va me mettre en retard !

    - Chic ! Une place comme j'aime ! J'ai de la chance aujourd'hui !

    - Il y a un monde au supermarché...   

    - Tiens, mais c'est untel ! Qu'est-ce qu'il fait là  aujourd'hui ? «  Bonjour ! Comment vas-tu ? ... »

    -  Oh ! Le dernier Bobin au rayon livres ! Je vais le feuilleter... Allez, bon, je le prends... Ça va me faire une nouvelle lecture pour ce soir. 

    - Oh ! Mince ! J'ai encore choisi la mauvaise file de caisse, ça bouchonne. 

      L'après-midi se présente, et avec lui la promenade.

    - Par où je vais ? 

    - Qu'est-ce que je mets sur mon dos ? J'ai un peu froid. 

    - Ah ! Non, finalement j'ai chaud en marchant ! Zut, je n'aurais pas dû prendre ça.

    - Les feuilles jaunissent ; ça sent l'automne... C'est joli avec ce rayon de soleil !

         Etc... etc...


        Et vous, vous observez... Un petit peu comme l'auteur d'un roman face à son héros, vous découvrez ce personnage qui frétille à l'intérieur de vous.

           Il s'appelle "Komentétou" : rien ne lui échappe, il voit, il entend, il commente ; il décide, il réfléchit, il choisit.

    - Qu'est-ce que je vais faire dimanche ? 

    - Qu'est-ce que je vais faire demain ?

    - Qu'est-ce que je décide pour Noël ?!... 

      Ou bien :

    - Cette haie est vraiment mal taillée et avec la maladie du thuya qui fait des espaces roussis, ce  n'est pas joli. 

    - Oh ! Chic ! Mon autoradio diffuse juste ma musique préférée !

     Ou encore :

    - Le monde va de plus en plus mal... Quelle tristesse !

    - C'est vrai, on se plaint mais il y a vraiment plus malheureux que soi. 


         Ce personnage qui voit, qui entend, qui pense, est-ce vraiment vous ?

       Ou n'est-il pas plutôt contenu en vous, beaucoup plus petit que vous qui l'observez, tantôt absorbé dans ses sentiments, émotions et sensations, tantôt amusé de ses réflexions et conscient d'en être distinct ?

          A-t-il vraiment le choix de ses actes, lui qui pense réfléchir utilement ? Ses jugements sur ce qu'il voit, entend ou ressent lui sont-ils d'une quelconque utilité ? A-t-il  le moindre poids sur les aléas de son existence, qu'il voit se dérouler avec une forme d'anxiété permanente, un sentiment de responsabilité aussi puissant que s'il tenait la barre d'un navire ?

           Quel est ce petit "je" qui pérore sans arrêt dans votre tête, avec ses pensées, ses idées, ses désirs, ses peurs, ses douleurs et ses joies ?

     
              Il n'est pas "vous". Il est juste un agglomérat de pensées et de ressentis dont vous prenez acte, mais sans plus.

          Vous n'êtes pas ce mental, pas plus que ce corps qu'il anime comme une marionnette et dont il prétend traduire les besoins.

       
            Par contre tous les ressentis, toutes les pensées, tout ce que vous percevez et éprouvez, tout cela vous prouve que vous êtes, tout cela vous renvoie à votre Vérité, Vérité pure et immuable contemplant son propre déploiement à l'infini.

             Et en découvrant ce murmure perpétuel du mental qui, comme l'eau d'un ruisseau, chante en s'écoulant, vous comprenez que tout est Beauté, tout est Joie, tout est Votre Vie s'ouvrant comme une fleur dans un perpétuel épanouissement.

     

    Chemin de forêt

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Octobre à 16:37
    durgalola

    ton texte chante et chante ! et la fin.. Vive la Vie ! 

    C'est un poème. 

    Musique, soleil et chat endormi sur le rebord de la fenêtre, 

    cela s'harmonie bien.

    Bises et merci

      • Vendredi 13 Octobre à 18:18

        J'ai rêvé ce petit mot en marchant dans la matinée d'hier et ensuite il n'a jamais voulu me lâcher...

    2
    Vendredi 13 Octobre à 16:56
    Daniel

    Il juge, il compare, il cloisonne, il trie, il accepte, il rejette.......Un illusionniste !!.....Une usine à gaz !!

      • Vendredi 13 Octobre à 18:19

        Comme tu dis ! Une radio dans une pièce vide... wink2

    3
    Vendredi 13 Octobre à 18:56

     Oui ce petit "je" qui pérore sans arrêt dans notre tête nous empêche de voir qui nous sommes vraiment !!

    Bisous Aloysia

      • Vendredi 13 Octobre à 20:45

        Bisous Kimcat.

    4
    Samedi 14 Octobre à 13:52

    Bonjour Aloysia

    Parfois quand "Je" radote je me bouscule je m'invective 

    Mais je fais la différence entre "Je" qui soliloque et moi qui discute.

    Bel après-midi Aloysia

    Bisous

      • Samedi 14 Octobre à 14:19

        Il me semble en effet qu'il faut faire la différence entre les radotages automatiques qui viennent du mental, et la parole inspirée qui arrive du cœur.  Bisous, Océanique.

    5
    Lundi 16 Octobre à 11:56

    J'ai beaucoup aimé faire la connaissance de "KOMENTETOU"...

    je te laisse en commentaire cette citation de Mathieu Ricard

    "La véritable liberté exige de s'affranchir de la dictature de l'ego et de son cortège d'émotions"

      • Lundi 16 Octobre à 14:49

        Bonjour, Marie Minoza !

        smile  Il est bien de citer les maîtres, encore faut-il connaître le moyen d'appliquer leurs préceptes. J'espère que Matthieu Ricard en donne les méthodes !

        Belle fin de journée ensoleillée. wink2

    6
    Mardi 17 Octobre à 00:33

    Je l'aime bien, pourtant, moi, cette bavarde qui n'arrête pas de "me" parler. 

    Peut-être qu'avec "elle" la solitude est moins lourde ?

      • Mardi 17 Octobre à 09:43

        Oui, l'écouter c'est comme écouter le chant des sirènes, c'est génial... Seulement un jour on s'aperçoit qu'il faut arrêter, car cela mène à la mort... sarcastic

        De plus, c'est lui le petit malin qui te fait croire à la solitude !! Quand tu en es affranchi et pénètres dans le vrai Silence de la vraie Liberté, tu entres simultanément dans un tel Amour que le mot solitude n'a plus de sens. 

    7
    Jeudi 19 Octobre à 10:41

    Martine, si souvent j'ai cette image en moi d'une rivière qui coule et je me laisse emporter par sa douceur, son courant, sans réfléchir au pourquoi du comment, en me laissant simplement imprégnée par sa lumière, son chant, la grâce de son mouvement et .....ma joie !

    Se fondre dans l'univers sans penser à soi, à cette petite voix qui voudrait nous faire parler alors que la vie n'est belle qu'à travers le silence et qu'il n'y a pas plus authentique message alors ....

    Ton chant me parle INFINIMENT ......................

    Je pose un bisou châle-heureux sur la berge en fleur : sabine

      • Jeudi 19 Octobre à 18:28

        Merci Sabine.      

    8
    Jeudi 19 Octobre à 13:32

    Sabine m'emmène par ici... et si je dois commenter cet article sur ce mental qui nous titille en permanence,
    c'est en reprenant ta phrase: "Une radio dans une pièce vide"

    Ravie de découvrir ta bulle

      • Jeudi 19 Octobre à 18:29

        Bonjour Passion. Toi aussi tu as le mot qu'il faut : ma "bulle" !! wink2

    9
    gazou
    Jeudi 19 Octobre à 18:41

    vive la vie  etn'écoutons pas trop ce bavard impénitent..ou du moins prenons de la distance

      • Jeudi 19 Octobre à 18:49

        Bisous, Gazou ... smile

    10
    Mercredi 25 Octobre à 18:53

    Merci pour tes mots, Aloysia !

    Mon petit malin, qui voit la vieillesse et la maladie, me joue des tours en ce moment.

      • Mercredi 25 Octobre à 20:50

        En effet. Mais c'est pour mieux te montrer l'amitié des autres peut-être - ou la beauté des mots qui peuvent en naître ... ?

        Courage ; tu es plus forte que lui !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :