• Jugement dernier


          Depuis que je me suis remise en quête de Vérité, il y a maintenant un peu plus de deux ans, je n'ai pas cessé de voir survenir autour de moi des décès.

          Jusque là cela avait été fortuit, exceptionnel. Mais depuis deux ans, c'est sans cesse, comme un martèlement perpétuel, tout d'abord dans ma famille ou dans celle de très proches, puis maintenant parmi mes voisins immédiats, des gens que je côtoyais sans cesse et dont je partageais presque l'existence.

     

    Rose


           Non seulement je m'y implique de plus en plus, mais à chaque fois la cérémonie d'obsèques relance le questionnement  et porte à réfléchir.

            Je ne fréquente plus beaucoup les offices catholiques et pourtant trouve qu'il est essentiel qu'au moment d'un décès il y ait cette ouverture vers l'affirmation d'une vie qui dépasse l'apparence, et que le départ du disparu soit accompagné d'un rituel apaisant. Cependant c'est bien plus que cela : la cérémonie réunit à l'église des quantités incroyables de gens, qui en l'espace d'une heure, autour d'un défunt, sont en parfaite communion. Communion par le cœur, car ce sont les sentiments d'amour qui les rapprochent, et communion par la destinée, car chacun est soudain renvoyé à sa condition mortelle, et obligé de méditer sur ce qu'il est, ce qu'il croit, ce qu'il sait de lui-même.

            Et alors, étrangement, c'est précisément celui dont le corps se trouve là-devant exposé, anéanti comme fumée, qui nous rappelle le bonheur d'être en vie, par le souvenir qu'il nous laisse de sa gaieté naturelle, de son goût pour la danse et l'accordéon musette, de son amour des fleurs ! Et chacun sourit en songeant que même pour ses obsèques il nous a convoqué le soleil.

           Des lectures sont apportées pour nous permettre de réfléchir, et l'une d'elles m'a interpellée si bien que j'aimerais vous en donner mon interprétation.

             C'est le discours prêté à Jésus sur le Jugement dernier dans l’Évangile selon Matthieu au chapitre 25, versets 31 à 46. Je ne recopie pas le texte qui est long, mais vous le trouverez en suivant le lien indiqué.


                En effet, c'est pour des affirmations de ce genre que l'on quitte la religion catholique. Il y a dans ce dogme des aberrations, une vision de "Dieu" et de son "comportement" qui prêtent à sourire voire incitent au rejet. Si Dieu il y a, ce n'est pas un père fouettard, ni davantage un individu quel qu'il soit !! Ce texte, qui avait été choisi parce que le défunt avait toujours mis au centre de sa vie le dévouement aux autres, méritait sans doute que l'on rappelât à chacun le second commandement : "tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Matthieu 22, 39), qui est central puisque nous sommes un seul Être dans l'Amour.

           Mais comment pouvez-vous imaginer une minute qu'à "la fin des temps" (quand ça ?), le "Fils de l'Homme" (c'est-à-dire Jésus ?) vienne "dans la gloire" (accompagné d'anges sonnant de la trompette dans le ciel ?) pour mettre les "moutons" à sa droite et les "boucs" à sa gauche, afin de féliciter les premiers et les faire rentrer dans son Paradis, et de condamner les seconds en les jetant dehors ? Mon père me dit-on, était farouchement contre l'incinération car il espérait "ressusciter au dernier jour" pour connaître ce "Jugement dernier". Quel mythe ridicule !

          Ce texte est à comprendre tout à fait différemment. Il est imagé, comme toutes les paraboles...

     

    Jugement dernier

     

            Ne croyez-vous pas qu'en réalité ce "Jugement" se déroule en nous-même, et qu'il n'est "dernier" que parce qu'il intervient au moment où enfin, nous nous dévoilons à nous-même et comprenons qui nous sommes ? Ce n'est pas de la fin des temps qu'il s'agit, mais de la fin du temps, c'est-à-dire de notre sortie de l'univers mental.

            Le Fils de l'Homme alors n'est pas Jésus, l'homme Jésus qui fut un instructeur mais a disparu depuis bien longtemps - emporté avec tout l'univers mental d'ailleurs - mais l'instance la plus élevée de nous même.

              Et à ce moment, à cet instant qui est hors temps et qui donc est maintenant - maintenant quand nos yeux s'ouvriront - , nous prenons conscience de tout ce qui doit être abandonné, de tout ce qui pèse inutilement en nous retenant dans l'inconscience ("les boucs" : nos attachements, nos pensées illusoires) et nous devenons capables de nous en détacher ; tandis que nous apparaissent clairement les qualités divines qui sont en nous, l'Amour qui nous permet de voir le Divin resplendir en toutes choses et de nous y consacrer, de nous y abandonner (comme des "moutons", remplis de douceur et d'innocence).

               Je dirai même qu'à chaque instant le "Fils de l'Homme" en nous voit cela et que notre identification négative (attachement au matériel, croyance à un soi séparé) fait de nous des malheureux coupés de la Source (des boucs dans la peine éternelle), tandis que la vision du Divin en tous et en toutes choses dans un joyeux don de soi nous apporte une félicité sans égale. En effet, les souffrances évoquées (avoir faim ou soif, être malade, étranger ou en prison) sont exactement celles dans lesquelles se maintiennent les premiers, qui n'ont pas su se nourrir de la Source, boire à la Source du Divin en eux, mais sont demeurés dans la prison de leurs croyances, étrangers à leur véritable nature, et malades de ne pas se connaître en tant que pure émanation du Divin.

     

    Bouddha

     

           Nous sommes tous les "bénis de notre Père", car comment pourrait-il en être autrement ? La Création est immaculée, les scories sont poussière et tomberont d'elles-mêmes...

             Que la Pure Lumière soit toujours avec vous.

     


  • Commentaires

    1
    Rose63au
    Jeudi 16 Février à 11:50

    J'ai lu avec respect et attention 

    Je te souhaite une journée agréable 

    @ bientôt 

      • Jeudi 16 Février à 18:08

        Merci. Qu'il en soit de même pour toi.

    2
    Jeudi 16 Février à 14:02

    J'ai lu aussi tes réflexions...

    Nous avançons en âge et il est vrai que nous voyons de plus en plus de personnes de notre entourage qui décèdent...

    Oui on peut s'interroger sur le sens du "Jugement dernier".

    Catholique, je ne vais pas souvent à l'église. Je m'y rends juste pour les cérémonies... Se rassembler autour d'un défunt, ces moments de communion, c'est important, réconfortant...

    Bises Aloysia

    Béa kimcat

      • Jeudi 16 Février à 18:10

        Merci, Béa. Sans doute ce passage est-il utile et nécessaire, mais c'est juste un regard externe qui n'a rien à voir avec la douleur de l'arrachement d'un très proche.

    3
    Jeudi 16 Février à 14:19
    Durgalola
    C'est triste de se séparer de gens que nous aimons. Triste et pourtant non car il est certain qu'ils poursuivent leurs routes. Tu peux le dire les ecrits ont des incohérences. N'oublions pas qu'ils sont ecrits par des hommes. Même inspiré par Dieu, un homme est toujours incomplet. De plus en plus de gens ne passent plus par l'eglise. Cela a été ainsi pour ma mere et mon père. Pour papa nous etions 9. J.avais préparé un texte. Cela apaisé ma soeur qui s'etait beaucoup occupé de lui. Je suis pratiquante et je sais comme nous sommes de petites gens. Pourtant personnellement cela fait chaud au coeur d'être en route ensemble même si nous sommes de moins en moins nombreux et que les prêtres sont surchargés d'activités et réunions diverses. Bises et merci pour ta lumière.
      • Jeudi 16 Février à 18:17

        Oui, j'ai assisté à une cérémonie funèbre qui se limitait à la chambre funéraire ; c'était bien aussi. Mais on a beaucoup de services religieux ici, qui sont animés à l'église même par un couple qui force mon admiration, car ce sont d'anciens "notables" de la ville (il dirigeait une entreprise d'électricité, elle je ne sais pas si elle a travaillé) qu'à l'origine j'aurais snobés mais qui assurent avec une régularité et une qualité extraordinaire tous les services d'"obsèques de la ville, lui en tant que diacre faisant office de prêtre, et elle en tant que son assistante pour lancer la musique ou lire les textes. Finalement, connaissant presque tout le monde, ils y mettent d'autant plus de coeur qu'ils se sentent toujours plus ou moins concernés par le deuil du moment.

    4
    blandine
    Jeudi 16 Février à 14:27

    Il est très sain ton texte Aloysia. J'aime aller aux enterrements où chacun vient parler du défunt, Soit une blague qu'il aimait faire, soit parler de sa profondeur de pensées. Les gens puisent en eux-mêmes ce qui les as touchés  dans le défunt. Souvent je pleure  en écoutant les chansons  (je dis bien chansons et non chant)  choisis pour le défunt et parfois par lui de son vivant . Je me dis toujours, bientôt ce sera mon tour , au lieu de : un jour ce sera mon tour. bises xxx

      • Jeudi 16 Février à 18:19

        Oui, Blandine, il arrive un moment où l'on se projette, et j'avoue que je ne l'ai pas encore vraiment fait... Mais comme toi je suis toujours très émue par les chansons ou musiques choisies, ainsi que par les textes spécialement écrits par les proches à l'intention du défunt.

    5
    Jeudi 16 Février à 19:01

    Dans ces versets sur le Jugement Dernier, je ne retrouve rien de ce que j'ai pu jusque-là apprendre de la vie. Comment faudrait-il les comprendre ? Je l'ignore. Où est le véritable Amour dans un tel comportement ? Je partage tes interrogations.

    Mes amitiés

    Alain

      • Jeudi 16 Février à 20:08

        Et mes réponses ?  C'est juste une image apportée comme support d'investigation de soi, un avertissement peut-être de la conduite qu'il faut adopter et de celle qu'il faut éviter en sachant qu'en définitive le seul Juge qui existe est soi-même.

    6
    Vendredi 17 Février à 10:15
    Daniel

    Pourquoi émettre l'enseignement sous forme de parabole? Pourquoi ne pas dire les choses tout simplement ? Tout le monde n'est pas capable d'interpréter les paraboles.....Le catholicisme n'est pas la religion qui m'intéresse le plus mais ton texte était intéressant

      • Vendredi 17 Février à 12:22

        Dans l'Antiquité c'était ainsi partout : on ne parlait directement qu'aux "initiés". Chez les Grecs et les Égyptiens également. Et même en Orient l'enseignement, par exemple du Bouddha, passait par une forme de silence.

        Ce que tu dis n'atteint que le mental. la Vérité est au-delà. Elle nécessite donc d'autres formes que le langage pour être communiquée.

        Toutes les religions sont excellentes chacune dans leur approche ; mais elles ne sont jamais qu'approches.

    7
    Vendredi 17 Février à 14:25

    Ton texte demande à être médité plutôt que commenté car il touche profond. Amitiés.

      • Vendredi 17 Février à 16:53

        De mon côté je suis allée lire ton dernier article sur Jung (le grand oui à la vie), qui est également très impressionnant.

    8
    danae
    Vendredi 17 Février à 17:51

    Bonjour Aloysia,

    J'aime beaucoup la réunion de gens autour du défunt unis dans une même pensée ce qui lui donne plus de force et on se retrouve aussi à penser à soi, c'est un peu naturel. Pour ma part je suis surtout triste de voir la famille qui pleure et j'aimerais leur apporter consolation ! Bises

      • Vendredi 17 Février à 18:22

        C'est ce qu'on fait... Tout ces gens autour d'elle ! Par contre il faudra continuer par la suite, mais elle ne sera jamais seule avec tous les amis qu'elle a, par les associations auxquelles elle a participé. Aujourd'hui je suis allée couvrir les fleurs au cimetière pour qu'elles ne gèlent pas... 

    9
    Samedi 18 Février à 03:33

    Bonjour Aloysia,

    Un petit coucou entre deux dessins.

    Les enterrements me remuent l'âme. Certaines cérémonies plus d'autres. Tout dépend, je pense, si je suis très proche de la personne décédée, de mon état mental du moment.

    Nous sommes tristes de perdre quelqu'un que l'on aime ou que l'on apprécie. Alors que l'on devrait se réjouir qu'il ou elle, soit libéré de son enveloppe charnelle et prêt pour une nouvelle aventure,  un nouveau départ ou d'avoir rejoint la paix dans la grande lumière qui est Amour..

    La musique, les paroles , les échanges de souvenirs sont autant d'apaisements.

    Bises

     

      • Samedi 18 Février à 13:41

        Merci de ta visite et de ton témoignage, Martine.

    10
    Samedi 18 Février à 19:55

    Je te lis avec attention et respect. Nous sommes bouddhistes et croyons à la réincarnation. Un autre système de pensées sur la vie et la mort....
    Bonne soirée à toi.

      • Samedi 18 Février à 21:04

        Et alors, mon évocation de la "Pure Lumière" du Bouddha ne te semble pas correcte ? La perte  des êtres chers ne vous fait pas souffrir ? La vision de la vie des bouddhistes consiste-t-elle à prendre plaisir à demeurer éternellement dans le samsara ? Je fais là précisément la critique du point de vue catholique. Le bouddhisme est souvent ma référence, par exemple ici.

    11
    Lundi 20 Février à 09:02

    "Et mes réponses?" me demandes-tu. Je pense comme toi que le jugement a lieu en nous-même. Jugement ou plutôt observation de soi. Observation détachée sans aucun jugement justement, car le jugement est le fait du mental, il est un frein pour avancer.

    Amitiés et bonne semaine

    Alain

      • Lundi 20 Février à 11:16

        money  Ah ! Merci Alain. Bonne semaine à toi, ami philosophe.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :