• Ivan Wyschnegradsky, encore !

     

        Je reviens à ce prodigieux compositeur méconnu qu'est Ivan Wyschnegradsky, après avoir découvert que - comme c'est souvent le cas - une association s'est créée après sa mort qui a réussi à faire enregistrer certaines de ses oeuvres, tandis que plusieurs d'entre elles ont été mises en ligne sur youtube.

    wyschnegradsky.jpgWyschnegradsky en 1925 (à l'âge de 32 ans)


        « J’aurais pu être poète, philosophe ou musicien. J’ai choisi la musique : je suis donc compositeur. » a-t-il paraît-il déclaré.

       Lorsque l'on écoute cette oeuvre fabuleuse qu'est "La Journée de l'Existence", profonde méditation sur la Vie qui est à la fois une profession de foi philosophique, un très long et vibrant poème, et un monument musical de cinquante-deux minutes, on s'aperçoit qu'il sut en fait être les trois - à l'instar de Richard Wagner, dont il fut très admiratif mais qu'il ne suivit nullement dans son style, se voulant résolument contemporain dans la lignée russe d'après Scriabine.

        Né en 1893 à Saint-Pétersbourg dans une grande famille très cultivée (son grand-père était un mathématicien renommé, son père quoique financier de profession était compositeur à ses heures, et sa mère, poète), Wyschnegradsky étudie la musique et la composition très jeune ; quoique séduit par les idées de la révolution, il quittera la Russie en 1920 et s'installera à Paris, où il poursuivra son oeuvre jusqu'à sa mort en 1979.

        En 1915, marqué par la disparition du grand compositeur Scriabine, il vit une expérience spirituelle et mystique intense (il était passionné depuis un moment par les philosophies orientales) qui le conduit à écrire ce qu'il pense être l'oeuvre de sa vie, la Journée de l'Existence, pour Récitant et grand orchestre symphonique - une page extraordinaire dont j'ai parlé plusieurs fois sur ce blog

         Cependant il était encore jeune, et bien sûr beaucoup d'autres œuvres suivront, souvent hardies car dans la mouvance contemporaine - le compositeur s'intéressant entre autres particulièrement à l'utilisation des quarts de tons (il utilisa même à cet effet un piano spécialement conçu pour rendre les quarts et même les huitièmes de ton).

         Très respecté de la plupart de ses contemporains, il laisse derrière lui un important catalogue (voyez aussi ici), mais ce n'est qu'à la fin de sa vie, vers 1976, que l'on commença à l'enregistrer et à l'interviewer.

    wyschnegradsky_1.jpgWyschnegradsky en 1978 (à l'âge de 85 ans)

     
      Je vous laisse découvrir aujourd'hui cette "Méditation sur deux thèmes de la Journée de l'Existence" op.7, composée par lui pour violoncelle et piano et enregistrée à l'occasion d'un concert qui lui fut consacré par Radio France en janvier 1977.

        Le violoncelliste - qui vous l'entendrez esquisse parfois des quarts de tons, voire des 6e de tons - est Jacques Wiederker, mais le pianiste (utilisant un piano en demi-tons) est Martine Joste. L'oeuvre date de 1918 et fut révisée en 1976.

     

     
     Une oeuvre sublime, bouleversante d'un jeune homme de 25 ans, évoquant les douleurs, les luttes de l'homme d'aujourd'hui...  Comme vous le percevrez peut-être elle n'existe qu'en vinyle et reste donc introuvable. Merci donc à celui qui nous l'offre sur youtube, avec bien d'autres pages de l'artiste !

     
     
     

  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Août 2012 à 12:00
    Bonjour Je te souhaite une très bon mercredi Amitiés bises Qing et René


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :