•     Hier avait lieu à Issoudun le vernissage de l'exposition de poèmes illustrés présentée par le Groupe Poétique François Villon qui y réside, dans le cadre du "Printemps des Poètes".

    Printemps-poetes13-05.jpg


         Le thème imposé sur le site mis en lien n'avait pas inspiré tout le monde, et certains avaient eu recours à des poèmes de tous ordres choisis dans leur production existante ; mais l'on s'était en général accordé à penser qu'il s'agissait de l'inspiration en général, et en ce qui me concerne j'avais trouvé dans mes réserves plusieurs textes déjà écrits sur ce sujet, parmi lesquels j'en avais sélectionné deux. 

    Printemps-poetes13-01.jpg


       Durant l'accrochage, qui avait eu lieu mardi 12, mes poèmes (ici, "les facéties du mot") avaient été placés aux côtés de ceux de Robert, bien connu pour les magnifiques dessins dont il illustre lui-même ses textes (en suivant le lien précédent ou celui-ci, vous en trouverez de nombreux exemples).

    Printemps-poetes13-02.jpg


       Ici le second tableau de moi 
    (Les mots du poète), aux côtés d'un autre de Robert.

       Nous fûmes donc photographiés côte à côte devant nos chefs d'oeuvre, qui trônaient dans le Hall d'accueil de la MELI, ou Maison d'Expression et de Loisirs d'Issoudun...

    Printemps-poetes13-03.jpg


       Ce jeudi 14 mars à 18h 15 nous nous réunîmes à nouveau, accueillis par le directeur de la maison, Dominique Delpoux, artiste lui aussi (à droite sur la photo ci-dessous), qui nous adressa un discours sympathique auquel répondit le président-fondateur du groupe poétique, Jean-Noël Baglan, un poète plein de sensibilité et très attachant.

    Printemps-poetes13-06.jpg


        Comme le souligne le présentateur qui inséra cet article dans le journal local (où bien sûr Robert était très à l'honneur !) il évoqua d'abord l'intention des organisateurs de la manifestation dans le thème choisi ("voix du poème", parce qu'un poème est avant tout écrit pour être dit, exprimé à haute VOIX), puis s'attarda sur le souvenir de Pablo Neruda, en citant une strophe d'un de ses poèmes, une strophe où il était question d'étoile...


    Printemps-poetes13-04.jpg


        Pour vous faire découvrir ce poète discret et profond qu'est Jean-Noël, je vous propose ci-dessus la photographie de l'un des quatre poèmes qu'il a écrits spécialement pour l'occasion et exposés ce jour.

     

     

     

    1 commentaire

  •        Beaucoup de personnes m'ont signalé, depuis cet article, que les grues cendrées passaient tout de même parfois l'hiver en Centre France, et même que le site "Champagne Ardenne" auquel je m'étais référée l'avait noté. Moi qui m'étais contentée du petit jeu "Le voyage de grupette"   je n'avais rien remarqué 
    en effet de cette carte qui figure pourtant en bonne place dans la section consacrée aux "couloirs migratoires" :

    grues-hivernage

     


        Or hier, nous étions en randonnée. Et en prime, nous profitions d'un temps radieux... Si radieux que j'ai marché bras nus au soleil ! Nous avions rendez-vous à Villecelin dans le sud du Cher, petit village à 20 km environ au sud-est d'Issoudun et que je me suis permis de vous rajouter en rouge sur la carte proposée par "Champagne-Ardenne".

       J'ai pris quelques photos de la promenade que je vous montrerai ultérieurement; mais quel ne fut pas notre étonnement lorsque nous aperçûmes au loin tout un troupeau de grues, rassemblées comme il se doit (si l'on a bien suivi "le voyage de Grupette") dans un champ de maïs ! Elles adorent le maïs paraît-il, elles s'en gavent... même s'il n'en reste que la paille apparemment.

    Grues-7mars13-01.jpg


       Evidemment elles étaient loin et je n'avais emporté qu'un appareil rudimentaire pour ne pas être gênée dans la marche. 

    Grues-7mars13-02.jpg


       De plus, c'était évidemment à contre-jour, et cet appareil, petit et maniable certes, met des taches sur l'image.... Mais enfin on voit qu'il s'agit de grues.

    Grues-7mars13-03.jpg

     
       Cependant, ce sont des animaux farouches, et
     dès qu'elles perçurent notre présence, frrrt !

    Grues-7mars13-04.jpg 

       Elles se sont envolées pour se poser plus loin...

    Grues-7mars13-05.jpg  

       Puis nous les avons observées en vol, tournoyant puis prenant un instant la formation en V, avant de redescendre en piqué, comme si le temps ne leur paraissait pas favorable à un départ immédiat.

    Grues-7mars13-06.jpg 

        J'ai tenté de les filmer pour qu'on entende leurs cris, mais avec le contrejour et mon faible appareil je ne pouvais bien les fixer, et surtout, elles ne criaient pratiquement jamais ! Indice sans doute qu'elles n'avaient pas l'intention de voyager...

        Un monsieur à mes côtés m'indiqua que si je les observais en vol, je pourrais remarquer que la grue "meneuse", qui crie à l'avant pour entraîner les autres, est sans cesse relayée, comme si elles travaillaient en équipe ainsi que les cyclistes dans les championnats.
       Mais hier, pour s'amuser au soleil, elles n'avaient pas besoin de s'interpeller beaucoup. Le seul cri que l'on entendait parfois signifiait peut-être : "on redescend !"...

       Durant cette jolie promenade qui tomba vraiment à point nommé, car aujourd'hui il pleut, nous avons vu beaucoup d'animaux autres que ces grues... Je vous en parlerai demain. 

     

     

     

    1 commentaire

  •    Aujourd'hui, ciel mitigé sur la champagne berrichonne : les brumes avaient tendance à s'écarter pour laisser entrevoir l'azur étincelant. Quelle chance ! 

       Vers 16h je suis sortie pour prendre un peu la température extérieure, et j'ai cru entendre des cris d'oiseaux, évoquant à la fois les mouettes par leur puissance, et les colombes par leur roucoulement : les grues ? Où étaient-elles ?

    Grues-28fev-3.JPG


       Je remarquai bientôt qu'il n'y en avait qu'un groupe, mais que ce groupe tournait sur place comme une nuée de corbeaux - passant tantôt devant le nuage, tantôt devant le ciel bleu.

    Grues-28fev-2b.jpg


      Que se passait-il ? Avaient-elles, comme on le dit si bien, "perdu le nord" ?

    Grues-28fev-2a.jpg


        Ou cherchaient-elles tout simplement un bon pré pour se reposer ? En effet elles étaient assez éloignées et j'avais peine à les fixer avec mon appareil photo.

    Grues-28fev-1b.jpg


         Tournoyant et caquetant, cherchaient-elles une nourriture essentielle à leur bonne forme, avant de continuer leur avancée vers la Finlande et les régions septentrionales ?

    Grues-28fev-4.JPG


        Puis soudain, elles se remirent en formation, on se demande comment ; elles reprirent le cap. Mes photos ayant toutes été prises à ce moment et en pointant dans la même direction, vous remarquez aisément leurs hésitations et leurs tours sur place avant que le fameux delta ne se reforme.

    Grues-28fev-5a.jpg


        Et cette fois en effet elles filaient droit vers le nord-est, descendant peu à peu sous le nuage à mesure de leur avancée vers l'horizon.

       Avaient-elles cherché à se réorienter ? Avaient-elles attendu un courant favorable dans l'atmosphère ? Ou avaient-elles simplement voulu reposer un instant leurs ailes fatiguées en planant au soleil, comme les martinets qui tournoient en bande sous les feux du couchant ? (1)

        Quoi qu'il en soit, j'ai cherché un petit complément sur le net, et j'ai trouvé cette carte, sur laquelle j'ai ajouté le point où je me trouve (Issoudun).

    repartition_grues.jpg


       Ainsi il est sûr que chaque année nous les voyons passer, en octobre-novembre dans leur descente vers le sud-ouest puis en février-mars dans leur remontée au nord-est, et que celles que je viens de voir sont exactement les mêmes qui sont passées sur Bordeaux le matin même (ne volent-elles pas à près de 80 km/h ?) chez mon amie Viviane.

        Un voyage extraordinaire, dont le site "Champagne-Ardenne" à qui j'ai emprunté cette carte se fait l'écho passionnant, notamment à travers ce petit jeu, "le voyage de Grupette", que je vous recommande chaleureusement - à vous ou à vos enfants.

        Cependant, il semble que depuis quelques années certains groupes aient plaisir à s'arrêter définitivement pour l'hiver dans la Brenne voisine (80km à l'ouest d'Issoudun), comme l'atteste cet article.

     

    Einojuhani Rautavaara (compositeur finlandais né en 1928)
    Cantus Arcticus - concerto pour oiseaux et orchestre - op.61
    3e mouvement : "cygnes en migration". 
    (1) La lecture du jeu "Le Voyage de Grupette" m'a permis de trancher : les grues utilisent les "ascendances thermiques", c'est à dire la chaleur qui monte du sol (or je vous ai dit que nous avions eu du soleil quasiment toute la journée !), pour planer et se laisser emporter en hauteur, pour ensuite se laisser glisser sans effort dans la direction voulue.
     

    1 commentaire
  •  

    Foire-pomme2.jpg(Extrait d'une photo que vous verrez plus bas)

     

       Aujourd'hui avait lieu à Issoudun la traditionnelle "Foire à la Pomme", qui se tient chaque année le dimanche suivant le 11 novembre principalement dans le quartier de Villatte, que les commerçants animent avec de belles recettes à base de ce fruit.
       Bien sûr je m'y suis précipitée avec mon panier. J'avais oublié mon appareil photos, mais ne pus résister au plaisir d'utiliser le téléphone portable pour un petit reportage.  

     

    Villatte1.jpg

     

       "Villatte" est un quartier encaissé à proximité de la rivière Théols (qui d'ailleurs fut entièrement inondé en 1910). En y descendant on bénéficie d'une belle vue sur l'église Saint-Cyr (XVe siècle, sauf le clocher reconstruit au XXe s.), puis sur le beffroi (XIIe et XVe siècles).

     

    Villatte2.jpg


      Comme vous pouvez le constater, nous n'avons pas eu de pluie aujourd'hui, contrairement aux promesses de la météo, ce qui fut apprécié car en bas l'atmosphère était fort gaie (musique, vin chaud, jus de pomme, cidre, châtaignes ; longues files d'attente et surtout plaisir de se retrouver et de discuter, car la ville est petite et les gens se connaissent) !

    Villatte3.jpg


        De quoi mettre l'eau à la bouche, ce beau pressoir alimentant force bouteilles en jus 100 % bio ! Avec son tracteur derrière, il trônait comme l'acteur principal de la Foire.

    Villatte4.jpg


        Alors on en a goûté évidemment beaucoup, comme en témoignent les nombreux sacs poubelle remplis de verres en plastique usagés.

    Villatte6.jpg


        Mais vite je m'effraie : pas de marchand de pommes !! Moi qui étais accoutumée à en voir un peu partout à la file, cette fois, impossible d'en dénicher un ! Il y avait bien un marchand de châtaignes, un marchand de fromages et même un marchand d'huîtres... Mais alors, d'où venaient les gens que je voyais porter des sacs de pommes ? Me lançant dans la direction indiquée, je découvris enfin un producteur qui, ouvrant les bras d'un air d'impuissance, m'avoua : "Je n'ai plus rien ! Je suis désolé mais j'ai déjà tout vendu !" Pourtant il était à peine 11h30 du matin...

        Désappointée, je repartis en sens inverse, rencontrant au passage une connaissance qui m'expliqua : "Cette année il y a eu très peu de pommes ; ce n'est pas une bonne année pour les pommes !" Je ne m'attendais pas à cela.

         Mais enfin... miracle ! 

     

    Villatte5.jpg

     

        Il restait un petit étalage à l'autre bout du marché ! Ravie, je m'emparai de deux sacs de trois kilos de pommes mélangées (là encore, c'est tout ce qui leur restait).

        Je n'avais plus qu'à m'intéresser aux réalisations des deux commerçants du quartier : le traiteur et le pâtissier. 

     

    Villatte7.jpg

     
       Je regrette la mauvaise qualité de mes photos (et le pillage là aussi de l'étalage !) car le charcutier-traiteur avait vraiment fait preuve d'une belle imagination. Vous voyez là des "feuilletés boudin-pommes ", des "pommes surprise", des "papillottes de poulet surprise" ; à droite évidemment le fameux boudin aux pommes dont j'achetai quelques morceaux, à gauche quelques desserts ; et au fond, la dernière des petites coupelles contenant une noix de St-Jacques posée sur une pomme découpée en dentelle (et farcie à...?) entre deux moitiés de grain de raisin noir, dans une sauce au cidre. Heureusement pour moi, je m'étais fait servir avant de prendre cette photo.

    Villatte8.jpg


        Ici l'on voit mieux la dernière coupelle sur le point d'être vendue, et on devine à côté un feuilleté très sympathique, en forme de barque, avec des morceaux de pommes cuites et du boudin haché.

    Villatte9.jpg

     
       Quant au boulanger-pâtissier (c'est à la porte de sa boutique que j'ai emprunté le morceau d'affiche reproduit en début de cet article), il proposait toutes les tartes et gâteaux possibles et imaginables, tous à la pomme évidemment, pour le grand plaisir d'une foule de badauds à la recherche de son dessert dominical.

     

    Foire-pomme1.jpg

     
     Encore un extrait de cette photo... Je regrette de n'avoir pas mieux vu à quoi ressemblait cette "tarte tatin". 

     

    Parterre-de-feuilles.jpg

     
          Au retour, un beau parterre de feuilles colorées nous rappelle que l'automne est à son apogée.
     

            Pour terminer avec un sourire, un charade que vous connaissez peut-être :

    - mon premier est un fruit,
    - mon second est un fruit,
    - mon troisième est un fruit,
    - mon quatrième est un fruit,
    - mon cinquième est un fruit,
    - mon sixième est un fruit... etc.
    - Mon tout est un hymne national.

       Je vous laisse trouver ! 

     

     

     

     

     

    1 commentaire

  •    Contrairement à tout ce qu'on a pu entendre, c'est dans l'Indre qu'il a fait hier le plus chaud... ! C'est du moins ce qu'affirme la Nouvelle République du Centre Ouest avec cet article montrant qu'à Montgivray (commune limitrophe de La Châtre au sud du département) il y avait hier 42°3.

    Eguzon-18aout12.jpgBaignade de Fougères, sur le lac d'Eguzon, le 18 août12 (photo Nouvelle République du CO)


        C'est bien ce qu'il me semblait, quand je voyais mon thermomètre de jardin vissé sur 40° hier jusqu'à plus de 19h (à l'ombre), ainsi que l'affichage météo à l'écran de mon ordinateur.

       Mais il est évident que dans l'Indre, mis à part l'équipe de notre télévision locale BIPTV, aucun cameraman ne se montre jamais ! Ils préfèrent rester dans les grandes villes où est basée leur administration autour d'FR3.

     

        Cela dit, je ne me plaindrai pas pour le moment du moins, car un pic de chaleur isolé est supportable, et aujourd'hui le ciel est couvert, ce qui promet moins d'excès côté thermomètre. De plus, comme nous ne sommes pas en pleine ville, la nuit nous laisse tout de même une impression de fraîcheur, avec un thermomètre à 20° ce matin. Mais qu'en sera-t-il des jours à venir ... ? Plus de vent, le temps orageux s'installe... 1

    Jardin-19aout.JPG


       J'ai fait ce matin un tour de jardin, et vraiment il est plus que triste. Que se passe-t-il cette année ? Malgré tous mes soins (mais il est vrai que je ne suis guère experte) tout dépérit. D'abord les gelées, puis la sécheresse, puis trop de pluie, puis trop de chaleur, rien n'est comme d'habitude.

    Jardin-19aout-01-vegelia.JPG

     
      Le jeune végélia a la moitié de ses feuilles fanées.

    Jardin-19aout-05-Rosier2.JPG


         Idem pour ce rosier très fourni.

    Jardin-19aout-02-hortensia1.JPG

     
      Les hortensias n'ont jamais fait aussi triste mine.

    Jardin-19aout-03-hortensia2.JPG

     
      Surtout celui-ci qui a été frappé de plein fouet par le gel et ne s'en est jamais remis !

    Jardin-19aout-12-mufliers.JPG

     
       Le mufliers, plantés récemment peinent à reprendre. Et je ne parle pas des glaïeuls que j'ai plantés au printemps et qui, non contents de ne pousser qu'à un sur 3, n'ont réussi à fleurir qu'avec deux mois de retard et n'ont donné que des fleurs fanées avant même d'être ouvertes.

    Jardin-19aout-07-Roses1.jpg


       D'ailleurs il n'y a qu'à voir ces rosiers-là, habituellement très vivaces toute l'année : le bouton du haut pendouille, et celui de gauche est déjà taché et abîmé.

    Jardin-19aout-13-oeillets.JPG


        Pourtant, j'arrose (tard le soir en principe). Et là, les petits oeillets semblent tenir le coup. Mais pour la pelouse, l'autre jour mon voisin me voyant armée d'un jet d'eau (car la citerne est vide) me cria : "Arrête ! Tu vas brûler ton gazon !". Cela m'a surprise, mais il faut croire que oui... En fait, ce n'est pas vraiment du gazon, et la terre n'est pas vraiment riche ; mais en attendant ça craque sous les pieds. Ce qui m'a rassurée c'est que c'est pareil dans les espaces publics.

     

    Jardin-19aout-16.JPG

     

       Un petit espoir cependant : ce rosier semble avoir répondu "présent " à mes arrosages... Et puis avec la saison qui avance il bénéficie de davantage d'ombre dans la journée. Mais on peut voir toutes les feuilles sèches qui tombent dans mon jardin depuis les platanes de la rue. S'ils nous protègent un peu, ceux-ci par contre me donnent bien du travail côté feuilles - notamment à l'automne, car ce n'est pas la voiture-balai qui viendra sur les trottoirs (et j'en ai long !), et encore moins dans mon jardin les ramasser !

     

         En attendant, restez bien au frais et profitez du reste d'été si possible !

     

    v19-1-7.gif

     

    Note :

    1 - En effet, les nuages se sont dissipés rapidement et cet après-midi la chaleur est de retour.

     

    1 commentaire