• Irréversible

     

     

     

     

     

     

    Et puis je suis partie sans être condamnée ;
    J'ai regardé le fleuve à jamais arrêté,
    Sourire de métal obscur, et j'ai rêvé
    La pente descendant vers l'enfer inhumain,
    La mort du devenir dans l'envol éclaté,
    La cigale cassée comme un jouet d'enfant...
    Morte à demi, et presque effacée de la vague
    Traînant encor sur soi l'écume du grand large,
    Je m'en fus au pays où tout se décompose,
    Étrangère au soleil opaque de la nuit…


     
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 25 Septembre 2008 à 12:00
    "Etrangere au soleil opaque de la nuit", voilà des mots qui font frissonner...Amicalement


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :