• Indes Galantes à la sauce naturiste

     
        Comme vous pourrez le constater (voir ici), l'interprétation des Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau (1683-1764) offerte au Capitole de Toulouse par Laura Scozzi (metteur en scène et chorégraphe) est aussi exotique que dénudée...

      Indes-Galantes-2.jpg(Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo, qui peut être visionnée en grand écran)

     

       Traité ici d'indigent, cet opéra-ballet qui compte parmi les œuvres les plus célèbres du XVIIIe siècle, flamboyant de l'exotisme des Grandes Découvertes et de l'engouement ressenti alors par les philosophes pour la critique de la civilisation occidentale face à d'autres modèles humains (voir par exemple Voltaire, Micromégas et Montesquieu, Lettres Persanes), se voit revisité de telle manière que le pauvre spectateur, s'il ne l'a pas déjà étudié auparavant, n'y comprend plus rien, écartelé entre des scènes de nudité totalement inattendues...

    Indes-Galantes-1.jpg

     

       ...et une transposition moderniste encore moins compréhensible.

    Rameau_indes_galantes_rousset_toulouse.jpg

     

        Une catastrophe (malgré l'enthousiasme affiché) qui fait que le message plaqué par la mise en scène éclipse non seulement la musique, mais même toute la part de chorégraphie (réduite, le concède-t-on, à son extrême minimum).

     

            Cette oeuvre en fait avait pour but de présenter, sous forme d'un prologue où s'opposent la déesse de la jeunesse (Hébé) à celle de la guerre (Bellone) et au dieu de l'Amour (Cupidon) puis de quatre "entrées" (= actes), plusieurs histoires où l'amour calqué sur les modèles en vogue à la cour de France est sensé gagner la partie, dans plusieurs régions exotiques du monde découvertes depuis peu : en Turquie (on pense à Monsieur Jourdain), au Pérou, en Perse (on songe à Montesquieu et au Voltaire de Zadig) et enfin chez les Indiens d'Amérique (appelés "Sauvages").

        Voici mon air préféré, dans une version antérieure exécutée au Châtelet : l'Hymne au soleil des Incas du Pérou ("Clair flambeau du monde, L'air, la terre et l'onde Ressentent tes bienfaits ; Clair flambeau du monde, L'air, la terre et l'onde Te doivent leurs attraits ")

     

     

     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Mai 2012 à 12:00
    on a parfois des surprises... avec les choix d'interprétation et de mise en scène...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :