• Feuille

     

    Feuille sèche

     

     

    Ta main
    m'a broyée
    comme une feuille sèche

     

     

    Feuille écrasée

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 16:52
    renee

    court mais hyper percutant! Bisousssss

    2
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 16:54

    Coucou Aloysia,

    A vrai dire je préfère une main chaude et affectueuse qui offre une caresse !!!

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 16:55

        C'est vrai.

    3
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 18:49

    Celles que j'ai cueillies aujourd'hui avaient la beauté de la caresse du vent ,

                                      A mes pieds tombées,

    Ramassées pour être séchées 

                                           Et en bouquets d'automne 

    ----Meubleront le silence 

    .................................Jusqu'au printemps prochain 

    Que la vie ne recommence yes

     

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 19:02

        Tu arrives à les ramasser sans qu'elles s'écrasent entre tes doigts ? Douce Rose...

    4
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 19:13

    Ce jour j'ai ramassé des feuilles qui venaient de tomber donc pas craquantes ensuite insérées entre les feuilles d'un livre avant de terminer dans un vase , j'en est encore de l'année dernière , et pour la poussière , dehors tu souffles  délicatement wink2 comme pour lui susurrer des mots doux yes.......... 

     

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 19:14

        Merci, Rose.

    5
    thierry
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 19:59

    Il y a des mains dures, du travail accumulé et des cals déposés, pour autant une main amicale doit sentir et répondre avec le juste niveau de fermeté, même si serrer des mains molles n'est pas une sinécure.

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 21:31

        Une main aimante peut achever de faire disparaître ce qui n'a pas lieu d'être.  Bonne soirée Thierry !

    6
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 21:14

    elle va rejoindre et nourrir la terre. 

    merci pour ta visite .... bises

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 21:30

        Durgalola, tu as exactement le mot qu'il faut. Bonne fin de soirée, et bises du coeur.

    7
    Cécile
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 22:02

    Attendre le souffle, le frima qui me dispersera
    Et plus tard encore, le givre qui de moi fera,
    Petits grains écrasés que plus ne rattraperas,
    Des diamants, des grenats, des sutra de sherpa,
    Mille mots, mille cristaux étincelant sous leurs pas
    Qu' yeux, cœur et mains fermés, tu ne verras pas.

     

    Avec élan et douceur.

      • Dimanche 11 Octobre 2015 à 22:32

        Merci, Cécile, pour ce magnifique poème qui me va droit au coeur. Douce nuit à toi.

    8
    Lundi 12 Octobre 2015 à 07:13

    Triste

      • Lundi 12 Octobre 2015 à 09:57

        Un peu, en effet.

    9
    Cécile
    Lundi 12 Octobre 2015 à 21:56

     Oui, mais c'est précisément ce qui a suscité en moi l'envie d'écrire une sorte de "répons" à  ce "haïku"... J'ai hésité puis me le suis permis, car l'expérience relatée par Aloysia me parlait trop. En privant le frimas de son s, shame on me!

     Comme Rose, je collecte des feuilles sèches et les insère aussi entre d'autres de papier, pour les utiliser en mail-art, elles volent encore ; et comme Durgalola, j'en dépose dans un pot avec un peu de terre, elles fertilisent les deux bacs qui composent mon jardin. Il y a tout à la fois de la sève, de l'encre, du sang dans leurs plis nerveux ; ce sont des sculptures, toucher ou pas?

    Belle nuit à vous.

     

      • Lundi 12 Octobre 2015 à 22:59

        Je vous en remercie donc, avec de plus la joie de mieux vous connaître. Mais vous n'avez pas de blog ?

    10
    Cécile
    Mardi 13 Octobre 2015 à 01:33

    Non, je pèlerine.

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 09:35

        glasses  Ah ! Saine occupation ! Bon pèlerinage alors, Cécile.

    11
    Mardi 13 Octobre 2015 à 11:24

    Une goutte de rosée peut tout changer... Bises.  brigitte

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 15:22

        Une goutte qui la ferait fondre ?... smile

    12
    Cécile
    Mardi 13 Octobre 2015 à 18:45

    Merci Aloysia, j'aime marcher et c'est aussi ce que je fais sur le web. Et il est vrai qu'il permet des découvertes aussi bien que des assises, des contemplations, des recherches, des départs. Vous savez bien cela, à ce que j'ai lu. Mais je suis attachée au papier -vous l'aurez compris wink2-, donc correspondance -d'où le mail-art-, poèmes et journal intime, calligraphie, reliure, création de marque-pages, d'images... Mais pas de blog. Pour le moment, j'en suis 3 très régulièrement.

    Trouvé hier ceci pour vous, en feuilletant mon agenda, de Philippe Jacottet, dans 'La Semaison, carnets, 1980-1994' :

    "On a vécu ainsi, vêtu d'un manteau de feuilles ;

    puis il se troue et tombe peu à peu en loques,

    mais sans nous appauvrir...

    Nous n'aurons bientôt plus besoin que de lumière."

    A bientôt.

     

     

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 19:08

        Merci, Cécile... Et que le "mail art" ne soit pas dans son sens médiéval d' "art mauvais" ! money

    13
    thierry
    Mardi 13 Octobre 2015 à 20:05

    On peut être dur de la feuille

    sans pour autant racornir

    oublier de reverdir

    comme une fin on cueille

    dans les sillons et les veines

    il y a des histoires de reines

    la souplesse vient elle à manquer

    il faut bien s'adapter

    et assouplir les téguments

    crissante et craquante

    elle peut encore s'aplanir

    dans l'herbier qui lui offre

    le repos bien mérité

    14
    Dimanche 18 Octobre 2015 à 15:45

    Court, brutal. Une lourde densité  dans ces mots là

      • Dimanche 18 Octobre 2015 à 16:06

        Oui. Comme l'état de sidération dans lequel on se retrouve...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :