• Fatalité




     

     

    Tu dis
    Je ne m'approcherai plus des murs de ma cellule
    Et tu les tâtes

     

    Tu dis
    Je ne respirerai plus cette fleur qui me tue
    Et tu la respires

     

    Tu dis
    Je resterai au jardin clos de mon bonheur
    Et tu pars dans la neige

     

    Tu dis
    Je déjouerai mon destin
    Et il t'emporte

     

    Tu dis
    Je le saisirai et le fixerai face à face
    Et tu vacilles sous son regard

     

    Tu dis
    La vie ne vaut pas d'être vécue
    Et tu la vis

     

     

     

  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Juin 2009 à 12:00
    Je dis : nous sommes pétris de nombreuses contradictions ! Amitiés.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :