• Et je choisis de vivre


          Voici un film prétendu "documentaire", et qui pourtant s'inspire d'une histoire cent pour cent vraie : celle d'une toute jeune femme qui, après la naissance de son premier enfant, a vu celui-ci atteint d'une malade mystérieuse - et ce, de nos jours, malgré les prétendues connaissances de la médecine actuelle ! - et l'a vu peu à peu dépérir, malgré ses efforts et ses prières, et mourir à l'âge de douze mois. (Voir ici de qui c'est inspiré).

     

             Comment se remettre d'un tel traumatisme ? La chair de sa chair, tout l'amour de son être, soudain réduit à néant ! Toute sa propre capacité de don de soi, soudain anéantie et gommée comme fumée ! Toute sa foi, toute son espérance soudain niée et condamnée ! Son projet de vie, son aptitude à se renouveler soi-même... Enfin, je n'en finirais pas de tenter de détailler ce que représente un enfant pour une femme.

           Dans les siècles passés, les enfants mouraient souvent en bas âge il est vrai ; mais les femmes y étaient préparées, et comme la contraception n'existait pas, pouvaient y voir un effet bénéfique de l'équilibre naturel, se hâtant de les remplacer. Mais aujourd'hui, avoir un enfant s'apparente à une création à part entière, et la femme qui s'y adonne en toute conscience a en premier chef la sensation de se remettre au monde elle-même.

            Que se passe-t-il donc quand celui-ci s'éteint peu à peu sous ses yeux, sans que rien soit possible pour retenir le processus, même les prières les plus ferventes ? C'est un arrachement si puissant à soi-même que, si vous le surmontez, il peut vous ouvrir les yeux sur ce qu'est véritablement la Vie : un processus incontrôlable et sans cesse renaissant qui vous pousse en avant, toujours en avant, sans se préoccuper des chairs mortes et de tout ce qui tombe et rejoint la terre à chaque instant. Une Force insaisissable qui n'a que faire des formes et des apparences, et qui vous anime malgré vous, à votre insu - ou peut vous quitter à tout moment.

            Pourquoi donc ne pas la célébrer, cette Force si mystérieuse et si puissante ? Le film est sensé s'employer à vous guider en ce sens, vous tous qu'un deuil a éprouvé, ou plusieurs, ou des échecs répétés qui s'apparentent à autant de déchirures vives.

          Allez à cette page, lisez-en le contenu, et si le coeur vous en dit, aidez un peu les producteurs - 10€ suffisent.

    http://www.etjechoisisdevivre.com/

     

    Et je choisis de vivre

     

            Pour finir, j'ajoute que c'est aujourd'hui une fête de la Vierge Marie : on fête Notre Dame de Lourdes.

            Or la première chose que nous savons de Marie n'est-elle pas qu'elle a perdu son premier enfant dans des conditions atroces ? ... Et 33 ans pour un enfant, ce n'est pas vieux aux yeux d'une mère, qui elle-même n'avait que seize ans à sa naissance...

     

    Michel Ange-Pieta

     

    « Machik LabdrönJugement dernier »

  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Février 2017 à 10:27

    Sait-on ce que la vie réserve après vous avoir abattue

    Elever l'enfant, oisillon tombé du nid quand la maman n'est plus et accueillir avec bonheur l'enfant de l'enfant !!!

    Que Sait-on de la force qui est en soi pour reprendre le bâton du chemin qui nous est désigné

    Merci Aloysia de ce partage

    Belle journée

    Bisous

      • Samedi 11 Février 2017 à 11:52

        Que sait-on, oui, Océanique, tout est là... Et si l'on savait que ce que l'on ignore dépasse tout en beauté.... Je t'embrasse de tout mon coeur.

    2
    Samedi 11 Février 2017 à 10:51
    Daniel

    Perdre un enfant, c'est terrible...Une partie de nous s'en va.....La foi peut aider à surmonter une telle épreuve .

      • Samedi 11 Février 2017 à 11:52

        La foi en quoi, Daniel ?

      • Lundi 13 Février 2017 à 09:27
        Daniel

        Dans le divin, dans un monde plus vaste que celui dans lequel nous vivons....

      • Lundi 13 Février 2017 à 09:40

        Le mot "foi" évoque toujours en moi des relents d'église et de bondieuseries... Mais tu l'as pris dans son sens le plus noble, alors c'est la pure vérité en effet. wink2

    3
    Samedi 11 Février 2017 à 12:48

    Un très beau futur film pour aider à surmonter cette douleur de la perte d'un enfant, épreuve la plus terrible qui soit dans une vie. Bon week-end Aloysia, merci 

      • Samedi 11 Février 2017 à 13:34

        Surtout que plus une épreuve est puissante, plus elle porte en soi de promesse d'éveil.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    blandine
    Samedi 11 Février 2017 à 14:08

    Perdre un enfant dans sa première année, le perdre a 33 ans, ou le voir grandir et tomber  malade à l'adolescence. Le supporter, l'aider, le consoler toute sa longue  vie . La douleur est la même . Des sursauts d'espoir, des périodes de noirceur et le soleil qui se lève tous les matins. La VIE. 

      • Samedi 11 Février 2017 à 20:10

        Exactement Blandine, LA VIE ! money

    5
    Ariaga
    Samedi 11 Février 2017 à 17:32

    J'ai été lire le texte d'Armelle. C'est émouvant et aussi plein de positif.

      • Samedi 11 Février 2017 à 20:11

        Oui, vraiment ! Elle m'a beaucoup aidée c'est  pourquoi j'en parle.

    6
    Samedi 11 Février 2017 à 18:33

    oui je sais ce que c'est , ma petite cousine est décédée à l'âge de 9 mois suite à un vaccin j'avais moins de 10 ans à l'époque  j'y pense encore et j'ai mal autant , on oublie jamais malgré les années , mon oncle et ma tante ne s'en sont jamais remis 

    Bon dimanche à toi et les tiens 

    @ bientôt 

      • Samedi 11 Février 2017 à 20:12

        J'ai aussi une cousine éloignée qui a perdu successivement deux enfants en bas âge !! On a toujours été terrassés en pensant à elle mais elle a réussi à en avoir deux autres qui ont fait son bonheur.

    7
    Samedi 11 Février 2017 à 18:56

    Terrible de perdre son enfant.

    J'ai lu le beau texte d'Armelle.

    Merci Aloysia pour ce partage.

    Bisous

    Béa kimcat

      • Samedi 11 Février 2017 à 20:12

        Bisous Béa.

    8
    Samedi 11 Février 2017 à 20:46
    Durgalola
    D.abord je reponds à ta question. Montage fait avec le logiciel photoshop elements. Bises.
      • Samedi 11 Février 2017 à 21:33

        Ah ! Bravo !

    9
    Samedi 11 Février 2017 à 20:51
    Durgalola
    J'ai vu un excellent film cette semaine sur arte : alabama rt monroe, histoire d'amour d'un couple et de leur fille victime d'un cancer à moins de 10 ans.
    Un tel projet de film est à promouvoir c'est certain. Bises
      • Samedi 11 Février 2017 à 21:35

        Ce sont des films-témoignages dont on a besoin pour avancer. Une manière de s'entraider, de se donner la main...

    10
    gazou
    Lundi 13 Février 2017 à 21:08

    J'aimerais bien voir ce film

      • Lundi 13 Février 2017 à 21:48

        Je serai prévenue quand il sortira puisque je l'ai sponsorisé. Je pourrai alors te le signaler. Bonne soirée, chère Gazou.

    11
    Mardi 14 Février 2017 à 23:26

    Crois-tu vraiment que la douleur des mères perdant leur enfant ait pu un jour être moins légère ? Je ne le crois pas. Mais la rudesse de leur vie ajoutait de nouvelles souffrances à celle-là, la leur faisant "oublier". Souvent je pense à ce courage de nos ancêtres, ce courage incroyable auquel nous devons d'être en vie, aujourd'hui, nous les "modernes" si douillets.

      • Mercredi 15 Février 2017 à 09:52

        Non, elle n'était pas plus légère ; il n'y a qu'à voir Andromaque de Racine ; ou  le livret de Mme Colomb pour Les Béatitudes de César Franck dans la partie "Heureux ceux qui pleurent", où il est question de la mort d'un enfant...

    12
    Jeudi 16 Février 2017 à 07:52

    J'en connais un cas. C'est très douloureux, on voit le mal s'avancer, et on ne peut rien faire...Dix ans ont passé depuis. Je vois toujours les parents. 

      • Jeudi 16 Février 2017 à 09:08

        C'est très dur...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :