• Ellana, Pierre Bottero et la Poésie Marchombre (2)


           Cet article fait suite à celui-ci et plus anciennement, à celui-là.


             Pour Pierre Bottero, les Marchombres, êtres aussi fluides que des ombres, sont comme les poètes, car ils dépassent les limites traditionnelles pour atteindre à une liberté supra-humaine - jusqu'à, pour les meilleurs d'entre eux, chevaucher le vent. C'était le cas pour la légendaire Ellundril Chariakin, surnommée "chevaucheuse de brume".
           Aussi s'expriment-ils en poésie, et voici maintenant les textes que j'ai pu glaner ici et là dans ce domaine.



    Neige sur flamme
    Roseau dans le vent
    Marchombre

    (Ellundril Chariakin)


    Souffle d'une lame dans la nuit
    Danger qui rôde
    Comme une onde de plaisir


    (Ellundril Chariakin)
    Extraits tirés  du second volume de "la Quête d'Ewilan" :
    Les Frontières de Glace

     

     

    Ombre de lune,
    Esquive de plume,
    Amour absolu.


    (Ellundril Chariakin)

    Extrait tiré  du 3e volume de "la Quête d'Ewilan" :
    L'île du Destin



     Certitudes qui frissonnent
    Cœurs qui résonnent
    Curiosité

     
    (Ellundril Chariakin)
    Extrait tiré  du 3e volume des "Mondes d'Ewilan" :
    Les Tentacules du Mal




    Elan infini, devenu humain,
    Emoi devant le parfait équilibre,
    Larme.
     
    Poème écrit par Ellana lorsque pour la première fois
    elle découvre la merveilleuse cité d'Al Jeit

    Texte tiré du volume 1 du "Pacte des Marchombres", Ellana.

     _____________________________

       
          Et maintenant, pour que vous voyiez comment surgit cette poésie, je vous livre un extrait de ce 1er volume, aux pages 314-315 (pour écourter, j'ai ajouté certains éléments, en italique).

           - Il n'y a qu'une personne à laquelle j'ai envie et besoin de me mesurer, et ce n'est pas Nillem. (déclara Ellana)
          - Qui alors ? (lui demanda Jilano)
          - Moi.

          ( ...)
          - Devenir la meilleure au monde ne te semble pas un objectif suffisant ? s'étonna Nillem.
          - Non, parce qu'il est accessible et marque donc une fin, alors que la voie des Marchombres est infinie. Si, en revanche, je cherche à devenir meilleure que moi-même, je ne m'arrêterai jamais.
          Jilano prit la parole, une flamme douce dans ses yeux bleu pâle :
         - J'ai pourtant l'impression lorsque je t'entraîne que tu tentes de m'égaler. Peut-être même de me surpasser...
          - Non, répondit Ellana avec ferveur. Ce n'est pas vrai. Pas vous ! Vous me guidez sur la voie et je vous suis. Vous croyez en moi et je progresse. Je...je...
          Sa voix se brisa.
          Ce qu'elle ressentait se situait au-delà des mots, si fort, si vrai qu'elle rageait de ne pas pouvoir l'exprimer.
          Ce fut Sayanel qui lui tendit un stylet. Elle le saisit avec un regard reconnaissant et, sans réfléchir, traça trois lignes sur le bois de la table :

    Force lumineuse et bienveillante
    Gratitude infinie pour celui qui guide
    Respect.

      

         p. 344 : Ellana et Nillem sont seuls dans le désert. Nillem écrit dans le sable sa première poésie :

     

    Crête de sable à perte de vue
    Regards entrelacés
    Eternité

     

         (Ellana lui répond) .

          Son propre poème jaillit sans qu'elle ait besoin de réfléchir.

    Sculpture d'ocre dans le désert
    Partage épuré
    Ephémère


         Comme pour lui donner raison, un souffle de vent chaud balaya la dune, effaçant les lettres et les mots. 


         p. 414

    La vie est une question.
    La voie du marchombre est tout à la fois
    La réponse du savant et celle du poète.

    (Ellundril Chariakin)

     

           En supplément à son livre, Pierre Bottero ajoute plusieurs textes en annexe, parmi lesquels celui-ci  (p. 417) :

       Dix rêves pour un Marchombre

     

    · Se glisser derrière l'ombre de la lune
    · Rêver le vent
    · Chevaucher la brume
    · Découvrir la frontière absolue
    · La franchir
    · D'une phrase, lier la Terre aux étoiles
    · Danser sur ce lien.
    · Capter la lumière.
    · Vivre l'ombre

    · Tendre vers l'Harmonie. Toujours.

     

         Et celui-là - avec encore des interventions de moi, en italique (p. 423-426) :

     

      Voyage 

         Ellundrin Chariakin, la marchombre légendaire pour ses exceptionnelles capacités, vient de poser sa main sur le cou d'un dragon redoutable, sans rien lui voler, mais en lui laissant simplement un message...

           Ecrit en lettres flamboyantes sur le mur qui lui fait face :

    Beauté du geste libre
    Supériorité de l'esprit sur la force
    Rire.

          (...)

     

          ...Souffle imperceptible, elle se glisse dans le dos de l'homme assis à sa table de travail. Elle regarde par-dessus son épaule sans qu'une seule seconde il se doute de sa présence. Un bref sourire étire ses lèvres quand elle lit les mots qu'il vient d'écrire sur son ordinateur.
           Il est si loin de la vérité.
          Il arrête de taper sur son clavier, comme si la conscience de son incapacité à traduire l'âme marchombre se frayait enfin un passage dans son esprit. Il ferme les yeux un instant. Soupire.
          Deux mains se posent alors sur ses tempes, si délicates qu'il ne les sent pas, si douces que la tension en lui soudain reflue. Il recommence à écrire...
          (...)
          ...Une brise légère fait tourner les pages du livre abandonné sur la table. Une silhouette vêtue de cuir souple s'en éloigne d'une démarche fluide et, sans émettre le moindre bruit, se fond entre les arbres.

     

    Limites sans cesse repoussées
    Plaisir infini
    Ecriture.

     

            Le premier volume (« Ellana ») se ferme sur ces mots.

     

           Dans le 3e volume (« La Prophétie »), elle se charge à son tour de la formation du jeune Salim, et voici le 1er texte de son protégé :

     

    Racines et frondaisons du monde
    Comme celles de l'ouverture et de l'harmonie
    En soi

     

     

          ... Il y aurait encore tant de choses à dire ! Mais je m'arrête ici pour l'instant, et vous laisse le plaisir de les découvrir.

     

     

  • Commentaires

    1
    akiro
    Mardi 12 Mai 2009 à 12:00
    des livres reflétants une imagination, une plume poètique des plus sublime. Des livres à lire et à relire...


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :