• Disparition d'Henri Dutilleux

     

    dutilleux.jpgHenri Dutilleux (Photo : The Télégraph)

     

       Bien que très occupée en ce moment, et de plus affligée d'un ordinateur sur lequel internet refuse de fonctionner (j'en utilise ici un autre...), je ne puis passer sous silence la disparition du plus grand compositeur français du 20e siècle avec Olivier Messiaen : Henri Dutilleux.

       Comme son illustre contemporain, mais très différent dans son style, Henri Dutilleux (en lien la page Wikipedia, voir aussi ici) a traversé le siècle : né à Angers le 22 janvier 1916, il vient de mourir à Paris à l'âge de 97 ans, le 22 mai.

       Un musicien d'une immense modestie et d'une immense exigence, dont la musique à la fois puissante et subtile lui a valu maintes commandes officielles. Distingué par le prix Ernst von Siemens (surnommé le "Nobel de la musique") en 2005, il a écrit deux magnifiques symphonies, parmi lesquelles la 2de, "le Double", met en scène un orchestre réduit qui répond au premier, et d'autres oeuvres instrumentales non moins superbes comme les "Métaboles", "Timbres, Espace, Mouvement", conçu d'après le tableau "La Nuit Etoilée" de Vincent Van Gogh, et "Mystère de l'Instant". On lui doit aussi le merveilleux et mélancolique ballet "Le Loup", dans lequel un basson évoque tristement le hurlement de l'animal dans la nuit, sur une ambiance de cirque (on pense à "Pétrouchka", mais la musique est beaucoup plus intérieure), et deux oeuvres concertantes écrites pour des solistes de renom : "Tout un Monde lointain", concerto pour violoncelle écrit pour Mstislav Rostropovitch (d'après des poèmes de Charles Baudelaire), et "L'Arbre des Songes", concerto pour violon écrit pour Isaac Stern. Enfin il s'est illustré par de la musique de chambre, quelques oeuvres vocales, et des oeuvres pour instruments solistes, notamment une très belle Sonate pour piano dédiée à son épouse Geneviève Joy.

     

    genevieve_joy.jpg Henri Dutilleux et son épouse (TheTelegraph)

     

       Je lui ai déjà consacré un article sur ce blog, à l'occasion de ses 90 ans, ici.

       Pour terminer, voici le premier mouvement de sa symphonie "Le Double" :

     


     Et dans la colonne de droite, vous trouverez un extrait de son ballet "le Loup", histoire d'amour malheureuse qui se termine par la mort de l'animal.

     
     
     

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Mai 2013 à 12:00
    C'est effectivement une très très grande perte pour la musique contemporaine. Très peu de personnes, sur les blogs, ont évoqué cette disparition.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :