• Demeure

     

    Demeure

     

     

    Au Temple inouï qui est ma Demeure
    je suis venue et j’ai frappé


    Aussitôt disparurent mon passé ma mémoire
    et tous mes souvenirs si ce n’est
    la Mémoire des étoiles


    Au Temple inouï qui est ma Demeure
    je suis venue et suis entrée


    Aussitôt s’effacèrent mes projets mes désirs
    et toute aspiration si ce n’est
    la promesse d’un Royaume


    Au Temple inouï qui est ma Demeure
    je suis entrée et j’ai perçu


    Que Vertige est son nom
    et que tout ce que je pouvais ressentir en moi-même
    se noyait dans le flux infini de Son Souffle

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Avril à 15:46

    Bonjour Aloysia,

    J'apprécie vraiment ta poésie où le "moi je" disparaît complètement une fois l'entrée dans le Temple. Magnifique. Bises

      • Mercredi 19 Avril à 15:51

        Il ne me semble pas tout à fait disparu, mais enfin je te remercie de ton appréciation et te fais de gros bisous.

    2
    Mercredi 19 Avril à 17:13
    durgalola

    le flux infini de son Souffle ; cela va droit au coeur, à l'âme. 

    Bises Aloysia.

      • Mercredi 19 Avril à 17:55

        Du cœur au cœur... C'est là que tout n'est plus qu'Un... Affections, chère Andrée.

    3
    Mercredi 19 Avril à 18:38

    Aloysia, ce Vertige: illusion de déplacement dans l'espace, ressemble peut-être à ce que l'On ressent lors d'une résurection?

      • Mercredi 19 Avril à 21:25

        sarcastic Alors là, Jamadrou, tu me poses une colle !! N'ayant jamais eu l'occasion de ressusciter, je ne peux pas te répondre... Quant au "Vertige", ce n'est pas non plus une "illusion de déplacement dans l'espace" (aurais-tu recopié une définition du dictionnaire ?) Cela fait comme une sensation d'apesanteur, comme s'il n'y avait plus de gravité et qu'on devenait comme une bulle... ou comme lorsque la balançoire redescend.

    4
    Mercredi 19 Avril à 18:51

    Ce temple a beaucoup de pouvoir 

    Ce doit  être difficile de se démunir de son passé , sa mémoire 

    ça me serait impossible pour moi qui suis comme tu le sais athée 

    Mais cela dit ce poème est douceur et je respecte et j'ai même lu plusieurs fois 

    Je te souhaite une excellente soirée 

    @ Bientôt 

     

      • Mercredi 19 Avril à 21:28

        Tu es quelqu'un de très respectueux, Rose, et c'est tout à ton honneur. Mais il n'y a rien de difficile là-dedans. Quand on oublie, on oublie. Mais si l'on ne peut oublier, il n'y a pas d'oubli  et on reste couvert d'affiches comme un mur de métro.

    5
    Jeudi 20 Avril à 10:29
    Daniel

    Plus trop de souvenirs, un passé de plus en plus flou.....J'ai la mémoire qui flanche....Et c'est très bien !!

      • Jeudi 20 Avril à 11:48

        Oui, le vieillissement nous aide ! Vieillir c'est aussi se détacher progressivement... Comme le Vie est bien faite !

    6
    Vendredi 21 Avril à 11:22

    Quel beau poème !

    Se détacher peu à peu de la vie terrestre... 

    Et notre dernière demeure nous attend...

    Bisous Aloysia

      • Vendredi 21 Avril à 14:41

        Non, Kimcat ; notre Première et Unique demeure. Simplement retirer ce qui voile nos yeux.

    7
    Vendredi 21 Avril à 14:46

    Oui notre Première et Unique demeure... Je la vois bien dans ce sens là. Nous retournons de là où nous venons !

    Bises

      • Vendredi 21 Avril à 14:50

        glasses   Ah ! Bises fraternelles, chère Kimcat.

    8
    marlou
    Mardi 25 Avril à 13:37

    Que c'est beau Aloysia, tes mots font voyager !

      • Mardi 25 Avril à 14:03

        Merci, Marlou. De ta part, ce compliment me touche particulièrement.

    9
    Dimanche 30 Avril à 08:26

    J'aime cette idée de pénétrer vierge de nous-mêmes dans l'ultime demeure et s'en remettre ainsi à ce qui doit de notre âme advenir. Un très joli texte!

      • Dimanche 30 Avril à 16:12

        Merci Alezandro.

    10
    Dimanche 30 Avril à 12:29

    J'aime ces vertiges où l'on oublie tout et où l'on retrouve l'essentiel de la vie comme une toute petite bulle légère!

    J'ai lu "Vertge" de Jamadrou et je la rejoins dans son allusion aux derviches tourneurs

    "vertige de cette danse: une symbolique des planètes dans le système solaire en orbite autour du soleil, évasion vertigineuse pour ce recentrer et essayer d'atteindre la perfection.."

     

      • Dimanche 30 Avril à 16:12

        Oui la danse est vraiment un principe central dans l'expression de la Vie...

    11
    Vendredi 9 Juin à 23:22

    Nous remplissons notre coupe à ce vertige là... et participons à cette étonnante fluidité où aucun repère ne peut rester en place. J'aime bien ce poème, Aloysia !

    12
    Lundi 18 Septembre à 11:10

    Un grand texte inspiré qui me conforte dans ma quête. Merci.

    Amitiés

    Alain

      • Lundi 18 Septembre à 13:54

        Merci Alain.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :