• Dans les forêts



    Dessin de Léon Bakst pour le costume de scène de Nijinski dans
     Le prélude à l'après-midi d'un Faune de Claude Debussy  

     
    Je viendrai jusqu’à toi mon beau sylvain sauvage
    Je retiendrai ta course au profond du fourré
    Et j’apprivoiserai ta force si charmante
    Et ta bouche qui joue au milieu des feuillages

    Et tu sommeilleras longtemps entre mes bras
    Je vivrai de l’averse à la saison des pluies
    Tu seras mon oubli mon exil mon ivresse
    Le temps s’écoulera sans ternir nos regards

    Je vivrai si longtemps que nous n’aurons plus d’âge
    Tu cueilleras pour moi des fleurs imaginaires
    Nous pleurerons auprès de la fontaine ardente
    Où nous serons vainqueurs et noyés tour à tour

    Et la Nuit fermera nos yeux comme l’Amour
    Nous nous endormirons tout frissonnants de joie
    Blottis l’un contre l’autre ainsi que des enfants
    Et bien paisiblement nous attendrons l’Aurore


    Écouter ici  le Prélude à l'après-midi d'un Faune de Debussy
    ("preludio a la siesta de un fauno")



     

  • Commentaires

    1
    Dimanche 25 Septembre 2005 à 12:00
    elle a rêvé, elle a beaucoup rêvé et elle pensait que ce n'était qu'un rêve, et, ce n'était pas son rêve, car il était là blotti tout contre elle et à l'aurore il lui a dit tout ce qu'elle avait voulu entendre, et, il est revenu il est toujours revenu parce qu'il ne l'avait jamais quittée. clem.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :