• Brocéliande

     



    Le grand cerf te connaît.
    Auteur des voûtes sombres
    Offert à la beauté,
    Dressé dessus les branches
    Il a le regard droit des souverains.
    Il voit plus loin, il voit plus haut que toi.

    - J'ai perdu, as-tu dit ;
    Et toi, tu as gagné.

    Le cerf n'a pas souri :
    Immobile et serein,
    Il voit dans l'invisible.
    Serais-tu l'inconnu des heures de l'oubli ?
    Elle sonne et résonne,
    Cette voix du sommeil.

    Mais il est là, debout ;
    Mais il est là, présent ;
    Et toi, tu vois l'éclair...
    Tu vois le jour passé,
    Tu vois que tu n'es plus.

    Tu vois l'éclair enfui,
    Et qu'il n'y a plus rien...
     



     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Mars 2013 à 12:00
    Un grand sourire tendre à la lecture de ce texte Valentine. J'irais bien prendre le thé en ta compagnie! Hélène*


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :