• Billard et fugues

     
         Vous avez entendu parler de la loi du karma ?

         Toute action entraîne une réaction. Et même une série de réactions en chaîne. Qui peut à terme créer "toute une histoire".     

     

      Vous pouvez l'expérimenter et comprendre aussi que toutes vos pensées entraînent elles-mêmes des effets, car tout acte que vous entreprenez a d'abord été conçu dans votre esprit et demeure donc le fruit de votre pensée.

          Par exemple, vous effleurez "par erreur" le talon de votre fer à repasser (mais il n'y a pas de hasard) : vous vous êtes donc brûlé ; vous ressentez alors la brûlure (mais vous ne l'avez pas sentie tout de suite, pourquoi ? Parce qu'il faut d'abord que cela devienne une pensée) ; vous criez ; vous allez mettre votre main sous l'eau froide ; vous cherchez un baume apaisant ; votre main rougit ; vous constatez la lésion ; cela fait une cloque ; cela pèle ; cela vous fait mal ; vous mettez un pansement ; puis cela gratte ; cela guérit ; puis il n'y a plus rien.

        Déjà, pour une petite chose comme ça, il y a beaucoup de conséquences... et cela dure plusieurs jours !

        Autre possibilité. Vous vous réveillez un matin du mauvais pied : il fait gris et il pleut ; vous grognez et la personne qui partage votre vie est mécontente et vous en fait le reproche ; vous sortez et trouvez les automobilistes peu complaisants ; les feux passent au rouge ; il  y a des embouteillages ; tout vous paraît bouché ; vous pensez que "c'est une mauvaise journée"... Et puis ça passe. Mais vous pourriez aussi avoir un accrochage en voiture ; ou vous disputer vraiment avec votre conjoint ; cela dépend du degré de tristesse de votre pensée initiale. Quand on est énervé la quantité de réactions négatives possibles est incroyable.

       Revenons à plus simple. Vous vous engagez dans une association : on  vous accueille avec gratitude ; on vous donne des tâches ; vous entrez dans l'engrenage... Il faut faire des permanences ; il faut aller ici, puis là ; et plus vous en faites, plus on vous en demande ; et plus cela va, plus vous en avez assez, mais vous ne savez plus comment vous en sortir ; il va falloir apprendre à dire non... Vous faites des efforts ; vous lâchez un peu mais pas tout ; vous demandez que l'on vous excuse mais on vous "court après" ; vous pensez que vous ne vous en sortirez jamais... Et puis pourtant un jour c'est fini ! Vous ne savez même pas comment vous avez fait, il n'y a plus rien. 

        Vous achetez une voiture ; ce n'est pas une pensée, c'est une action. Cependant, avant d'agir vous avez conçu ce projet, ce projet a abouti, donc rien ne prouve que vous n'avez pas tout créé : le vendeur et la voiture avec. Donc, maintenant vous avez une voiture ; elle vous sert quelque temps ; plusieurs années... Puis elle a des problèmes ; vous la soignez ; mais un jour, pof ! elle disparaît. Soit elle a une panne irréparable ; soit un accident la défigure de façon rédhibitoire ; soit vous en êtes fatigué et vous en voulez une autre. Alors vous la rayez de la carte, et vous en cherchez une autre. Vous passez à une autre idée, un autre univers, une autre histoire...

        Et c'est ainsi que, de pensée en pensée, d'action en action, vous créez toute votre vie avec toutes les réactions qui s'ensuivent.

       C'est exactement comme lorsque, dans un jeu de billard électronique, vous lancez une boule avec la tirette de droite, puis essayez de la piloter de votre mieux en poussant le billard dans tous les sens, mais la voyez ricocher puis ricocher encore, filant dans les zones les plus ignorées en créant des réactions de plus en plus complexes si bien qu'au bout du compte vous n'êtes plus du tout conscient d'en être à l'origine, jusqu'à soudain vous échapper et flop ! tomber dans le néant. 

           Mais sans même le savoir, avant même d'en avoir pris conscience, vous avez déjà tiré la boule suivante.

        

     


         ... Sur cette note humoristique, voici donc comment j'analyse mes pensées, schématiquement :

    Ssssssbling ! geling, geling, dreling, dreling, klingeling geling, trilili, trilili, triiililili, gling geling gling, klang klang, pouf, paf, ploc.

          Et :   dzzing ! la suivante !

     

          Et c'est comme ça depuis toujours : imaginez, quand vous étiez petit, vous vous êtes défini comme une certaine personnalité, avec certains souhaits et certaines capacités, et toute votre vie s'en est découlée. Pas forcément comme vous le souhaitiez, car il y a les pensées inconscientes, c'est pour cela que la psychanalyse existe ; mais en étudiant bien la question, on a compris que l'on était toujours l'auteur de son "scénario de vie".

         Mais alors... qui dit "loi du karma"... dit aussi "réincarnation" ? Et dans ce cas, c'est votre pensée qui vous a reconduit dans cette vie depuis la précédente ? Et vous êtes alors au-delà de celui que vous pensez être aujourd'hui ! Votre pensée préexiste à votre vie actuelle, et donc vous dépasse ; et vous êtes donc en train de préparer les graines d'une autre vie ultérieure !

         Ce qui veut dire... que depuis le big bang, qui est lui même une grosse bille lancée dans un billard énorme, tout est action-réaction, et tout est le produit de votre pensée  !!

     

    Billard et fugues(Ci-dessus, l'instant zéro ou la singularité initiale, image tirée du site de Hubert Reeves ici)

     

            Mais si le monde est le produit de ma pensée, alors c'est mon mental qui estDieu ? Et dans ce cas, comme le reconnaît en riant Shri Ranjit Maharaj, maître del'Advaïta Vedanta lui-même disciple de Siddharameshvar Maharaj :
     

       " Qu'est devenu Dieu maintenant, le savez-vous ? Inversez les lettres et vous voyez qu'il s'est transformé en chien (il parlait en anglais lors de cet entretien réalisé aux USA, ce qui donne GOD = DOG). Que fait le chien ? Langue pendante, il convoite et poursuit les choses inlassablement. Vous en tant que conscience, vous en voulez toujours plus... "

    (Je ne parle que de vous, Entretiens avec Ranjit Maharaj,
    Les Deux Océans, Paris 2014)

     

     

           Alors, dans cette course éternelle à une satisfaction sans cesse refusée ou incomplète, il y a parfois des "ratages".... Exactement ce que Daniel appelle des Grains de Sable : c'est-à-dire quelque chose qui coince et qui empêche l'engrenage de se dérouler comme prévu.

          C'est une surprise subite ; parfois bonne, parfois mauvaise, mais jamais anodine. En effet ces événements dérangeants et inattendus sont l'irruption de l'irrationnel dans notre vie : chargés de messages, de plus en plus véhéments si vous ne les décryptez pas, ils viennent vous rappeler qui vous êtes, et vous exhortent à ne pas vous fourvoyer éternellement.

         Au milieu de la jungle de vos pensées mécaniques esclaves du monde qu'elles ont créé, votre Moi supérieur se rappelle à vous, par intermittences.

     

          Connaissez-vous le film "Alice ou la dernière fugue" de Claude Chabrol ? (Vous le trouvez ici, intégralement, sur youtube et je vous invite vivement à le visionner si vous en avez le temps !).

          Un film extraordinaire pour illustrer ce propos... En effet Alice, dont le nom a été choisi à dessein en relation avec l'héroïne de Lewis Carroll, vit sa dernière fugue car en fuyant la maison qu'elle partage avec son mari au soir d'une dispute, elle manque un virage en pleine nuit et va s'écraser contre un arbre. Le problème est qu'elle ne sait pas qu'elle est morte, et qu'elle se voit sortir de son véhicule accidenté et sonner à la porte d'une villa où elle demande assistance pour la nuit. Elle y est gentiment reçue par des messieurs dont elle ignore qu'ils sont des "démons" ; fort bienveillants du reste, ils déclinent bien sûr toute possibilité de téléphoner à des proches ou à une assurance quelle qu'elle soit et Alice doit se résoudre à attendre sur place l'évolution de sa situation.

     

    Billard et fugues

     

           Malgré une atmosphère ambiguë, qui joue sur le rapprochement incongru de cette jeune femme très séduisante avec deux hommes assez âgés et n'appartient qu'aux fantasmes de Claude Chabrol, on assiste de façon captivante à l'errance de l'héroïne à travers ses propres pensées... Cherchant à fuir ces lieux, elle trouve toujours un mur qui l'en empêche ; reprenant sa voiture miraculeusement réparée, elle tourne et tourne désespérément dans le secteur pour toujours revenir au même endroit, devant la grille de la villa où l'attendent ses hôtes.

          Et chaque nuit, à l'heure précise où son accident s'est produit, tout se met à bouger autour d'elle ; des bruits étranges retentissent et elle se sent attirée, comme aspirée vers un mystérieux sous-sol qui l'effraie ... Durant la troisième nuit elle se résoudra enfin à céder à cet appel impérieux vers l'au-delà qui lui est destiné.

       Ce film trace avec un art consommé le fonctionnement de la conscience et nous montre symboliquement comment une faille dans les rouages ordinaires de notre vie illusoire va nous permettre de prendre conscience enfin de la Réalité.

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Janvier 2015 à 11:15

    Commentaires d'origine :

    durgalola
    Il y a 1 mois 

    merci pour ta visite sur mon blog. L'important est de vivre chaque instant consciemment ; Dans mon article, je prends le fait de donner, recevoir, donner, recevoir comme le jeu de la vie - c'est une danse et si nous dansons, nous vivrons mieux et notre terre aussi. Un moment donner, puis recevoir, n'aura plus de sens, juste cela sera. 

    Notre vie est un champ d'expériences simples et multiples. Nous sommes 'seuls" et "ensemble" et notre attitude, la mienne, celle de l'autre, se combinera ... multiplicité et diversité. 

    Bonne soirée

    Aloysia-Martine
    Il y a 1 mois 

    Merci, chère Durgalola, de cet éclairage sur une vie considérée comme lieu d'échanges ! C'est en effet l'objet de tout blogging, quoi qu'il en soit. Je te souhaite un très agréable dimanche.

    Jamadrou
    Il y a 1 mois 

    Le destin ne serait que le fruit de hasards perçus ou non perçus.

     Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois 

    Hasards ? Pas du tout ! Tout est "volonté"... ;) Bisous, ma chère Jamadrou.

    danae
    Il y a 1 mois 

    Bonjour Aloysia, c'est très intéressant tout ce que tu écris là et donne à beaucoup réfléchir. La loi de cause à effets, je connais bien. Les pensées qui se succèdent je connais aussi et effectivement ces pensées peuvent disparaître toutes seules ou bien mener à une action qui dans le temps va s'achever aussi, alors onpeut se demander si c'était une réalité ou pas ? Et puis tes drelins m'ont amusée et aussi le god transformé en dog. Je sais maintenant pourquoi le pandit rit dans son discours en anglais que je n'avais pas compris !!! Merci ma chère Aloysia

    Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois

    Ce problème des pensées est à la base de tout, et on n'a jamais fini (ou du moins on "pense" n'avoir jamais fini, c'est logique !!) de se battre avec. Au début je me battais avec mes perceptions ; puis avec mes sensations ; puis avec mes émotions ; j'arrive aux pensées, c'est déjà ça... Le Maître rit oui, il dit que c'est tout simple et il plaisante pour détendre ses étudiants ; mais pour être persuadé, convaincu que tout n'est qu'un rêve, cela demande beaucoup d'application... ! Ce qui est sympa c'est que depuis quelque temps il me vient des idées amusantes, et je me suis tordue de rire avec celle-là. Cela dédramatise et tout à coup c'est comme une bulle qui éclate !

    Florinette
    Il y a 1 mois 

    Merci beaucoup pour cet article qui m'a fait repenser au livre de Sylvie Nach qui explique également très bien les conséquences de nos actions/réactions sur nos vies et que je conseille en passant :

    http://leslecturesdeflorinette.over-blog.com/2014/12/ces-armes-qui-nous-ont-tues-sylvie-nach.html

    Bon dimanche Martine !

    Daniel
    Il y a 1 mois

    Ah, les pensées ! Ce sont elles qui créent notre monde mais pas le monde ! Elles nous encombrent, nous empêchent de vivre le présent, nous dispersent, nous rendent esclaves de scénarii qui ne se réaliseront peut être jamais, enfin nous illusionnent totalement !

    Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois

    Nous empêchent de vivre la Réalité, la Présence en vérité. Bises, mon cher Daniel !

    fontaine
    Il y a 1 mois 

    Plein de bonnes choses à toi et aux tiens !

    Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois 

    Merci Fontaine ! A toi également.

    Plumes d Anges
    Il y a 1 mois 

    IL ME SEMBLE qu'il y a d'un côté l'esprit et de l'autre la pensée; Je suis celui qui pense, si je suis centrée, je suis moi et j'observe... Mille expériences sont à vivre sur cette terre, et ce sont elles qui importent car c'est à travers elles que nous redécouvrons qui nous sommes... Vaste programme et grand voyage ! 

    Très belles fêtes de fin d'année à toi, bises étoilées. brigitte

    Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois

    Bonsoir Brigitte . Oui, il y a les pensées, et l'observateur. Si l'on procède par étapes on fait le tri dans ses pensées pour accéder au penseur. Mais le penseur, l'observateur n'est autre que l'ego ! Vivre beaucoup d'expériences n'a qu'une conséquence : découvrir à quel point elles sont illusoires et sans réalité profonde. Alors on peut passer à autre chose... Et là c'est un vaste programme ! Belle fin d'année à toi également. Je migre à nouveau, Je pensais qu'overblog redeviendrait utilisable mais il est vraiment désespérant. Enfin disons que je reste "à cheval" entre ce site et "instants secrets" sur eklablog jusqu'à ce que j'aie totalement récupéré tout sur le même... (j'en ai modifié le design :http://instants-secrets.eklablog.com/)

    Ariaga
    Il y a 1 mois 

    Un texte très intéressant que je reviendrai lire plus attentivement pendant ma pause de fin d'année. Amitiés.

    Aloysia-Martine 
    Il y a 1 mois 

    Merci, Ariaga, ton intérêt m'honore.

    Je viens de te répondre de façon circonstanciée mais au moment de valider mon texte tout a sauté et c'est ma réponse à Brigitte qui a été dupliquée... Heureusement j'ai pu aller l'effacer dans l'administration.

     

    Ceci pour dire que malgré ma nostalgie (j'ai commencé ce blog en mai 2005) pour tout ce qu'il contient et le design longuement médité, je me vois dans l'obligation de l'arrêter et de reprendre mon ancrage sur eklablog, au site mis en lien ici avec mon nom. Je pense qu'ils sont victimes de leur succès, sur OB, car on ne peut plus héberger d'images, ni de fichiers, ni de musiques ; tout ce qui y était déjà est supprimé ou inaccessible ;on n'a presque plus de commande de traitement de texte ; c'est devenu une sorte de '"jeu de lego" superbasique. J'ai certainement quelque chose à comprendre ! Passe de bonnes fêtes.

    J'ajoute que si tu ne connais pas "Alice ou la dernière fugue" j'aimerais avoir ton sentiment dessus... Ce "rêve" qui se déploie sur trois journées tandis qu'un violent stress intervient chaque fois à la minute même du drame me paraît aujourd'hui un élément capital dans la recherche de "l'entre deux pensées".

    witney
    Il y a 1 mois 

    les pensées voila le problème si pb il y a, on remonte à la base, ensuite on peut se demander : qui pense ? 

    et là c'est intéressant aussi, est ce que le but n'est pas de penser moins ? et laisser ainsi plus de place à notre vrai Moi ? d'être vigilant à ces choses qui passent tout simplement sans les alimenter ?

    Joyeux Noel; bises

    Aloysia-Martine
    Il y a 1 mois 

    Bien sûr Witney. C'est tout à fait ça ! Passe un bon N oël.

    witney
    Il y a 1 mois 

    Merci j'espère que tu as passé de bonnes fêtes dans l'esprit de Noel..Bon dimanche même si le froid arrive..

    Aloysia-Martine
    Il y a 29 jours 

    Et ce n'est pas fini ! Bisous, Witney.

     

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :