• Automne


     

     
    L'air sent le bois et la fumée
    Les marrons roulent sous nos pieds
    L'enchantement a commencé
    L'automne approche à pas feutrés
    Le ciel scintille au grand soleil
    Et les feuillages s'apâlissent
    Dans un son mat les glands s'affaissent
    Quand une brise les caresse
     
    Peu à peu s'étend le silence
    Rompu par l'aboiement d'un chien
    Perdu par un chasseur lointain
    L'imposante paroi de bûches
    Rêve de clairs crépitements
    Dans ta cheminée qui l'attend
     
    Viens et marchons dans la forêt
    La biche fauve est là tout près
    Voici la mare où elle boit
    Chaque nuit quand nul ne la voit
     
     

     
     
     
     

  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Décembre 2006 à 12:00
    Un passage aux archives aujourd’hui regardé les anciens articles, je poste sur celui la j’aime bien ce poéme, l'air de l'autonne se promené dans les sous bois j'adorais j'avais le chant des oiseaux et le silence ne penser a rien seulement regardé le beau paysage ,Je te souhaite de passé une bonne soirée... bisous ……………….rose


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :