• Au musée : les arts océaniens



    Un extrait de "Rainforest", de Robert Rich

     
        - Je disais bien qu'on entendait quelques bruits... Mais quels sont ces oiseaux? Ouh ! Là, mais c'est le secret de la Licorne, avec le Capitaine Haddock ! Mille millions de mille sabords, un toucan !
        - Mais non, imbécile, c'est un calao...! (voir la note d'Alain Brianchon ci-dessous en commentaire). Quel manque de culture, tout de même : marin d'eau douce !



    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens

     
        Nous sommes en pleine Polynésie, au Nord de l'Australie, dans le pays qu'évangélisent les Missionnaires du Sacré-Coeur : la Papouasie Nouvelle-Guinée...

     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens


        Voici une pirogue (en maquette), admirablement conçue avec son flotteur  pour naviguer sur le Golfe ; et ci-dessous une autre beaucoup plus originale adaptée à la navigation en rivière (vous pouvez l'agrandir).

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens

     
        Et maintenant quelques trophées d'animaux comme de coquillages. Admirez comme dans ce pays les tortues géantes  dévorent les alligators ! (Vous pouvez agrandir).

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens 
     


        Du coquillage ci-dessous, on avait fait un bénitier.
      
     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens

     
        Mais maintenant, partons à la recherche des guerriers ! Très peu vêtus mais coquets, ils se protégeaient de pagnes obtenus en battant l'écorce du mûrier, du ficus, de l'arbre à pain ou du palétuvier : les Tapas - magnifiquement décorés.

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens 
     


        En-dessous vous apercevez des os qui peuvent servir de menus outils autant que de monnaie d'échange ou d'objets précieux, à côté de petits sacs en fibres végétales appelés Bilums qu'on utilisait couramment pour transporter la cueillette ou les trophées récupérés dans les bois.

        Je n'ai pas photographié les arcs, flèches et différentes sagaies qui me paraissaient moins parlantes que ce qui vient maintenant, le clou du spectacle : cette merveilleuse collection de masques destinés à l'évocation des ancêtres, réservée aux seuls hommes initiés.

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens 
    Commençons par celui-ci derrière lequel trône encore un grand tapa...
      
     

     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens 
    Celui-ci lui fait face, avec sa moustache patibulaire.
      
     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens
    Puis celui-ci, franchement surréaliste !
      
     

     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens
       E
    t enfin celui-là avec son bec d'oiseau menaçant, et derrière lui les Rhombes, instruments de bois sculpté qu'on accrochait à des lianes pour les faire tourner et produire un vrombissement censé évoquer le cri des défunts... (Cliquez sur l'image pour agrandir).

     


        Terminons en beauté avec les statuettes confectionnées en hommage aux morts, qui recèlent des objets leur ayant été proches.
         

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens
    Ce masque  Malangan originaire de Nouvelle Irlande faisait partie de la collection privée
    de deux artistes locaux, Fred Deux et Cécile Reims, qui en ont fait donation au Musée. 
     
     

    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens
    Mais ceux-ci, rapportés par les missionnaires, sont sans conteste les plus belles pièces du musée.

     


    Musée Saint-Roch-Issoudun-Les arts océaniens  
    Ils sont hallucinants, n'est-ce pas ?

     

     
     
     

  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Juin 2007 à 12:00
    Bravo pour le blog, plein de délicatesse.Juste une petite note. Il n'y a pas de toucan en Papouasie, et l'oiseau représenté est un calao.Merci pour la touche de fraîcheur.


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :