• Après-midi de septembre

     

       

     
     
    Vois ! Le faisan doré a filé sous la mousse,
    Entre bruyère et brémailles,
    Là où les rayons chatoient
    À l'orée des grands pins...


     
     
    La fougère blondie s'étale à profusion,
    Et le chemin languit, tranquille, au bleu du ciel.
    Les oiseaux se sont tus,
    Et les toiles d'araignées pâlies,
    Tendues de feuille à feuille,
    S'abandonnent
    Au ronronnement doux des bourdons affairés.
     



    Et toi, tu rebondis de talus en fossés,
    Mon petit chien joyeux !
    Une biche attardée te fait signe en secret ?
    Non, tu cherches de l'eau pour étancher ta soif ;
    Mais la mare cachée,
    Seul le faon la connaît...



           




     
    « CréationSoir »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Octobre 2005 à 12:00
    Cette évocation est vraiment réussie et très bien composée. Les vers du poème et les photos se répondent avec bonheur pour nous plonger au coeur de la forêt. C'est très beau.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :




    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :