• Approche


           C'est étonnant comme est la vie humaine.

           On est jeté dedans sans savoir comment et aussitôt, plongé dans un bain fabuleux de sensations, on cherche à l'explorer. Dès le premier éveil de la conscience on est projeté dans une quête effrénée : celle de la Lumière, de l'Amour, de la Compréhension.  


    Approche



          On court à la recherche de la Joie ; on fait tout pour être aimé, pour plaire, et les blessures s'accumulent car on cherche à être apprécié et en même temps à "s'éclater", à exprimer tout ce qui émerge de soi ; à se réaliser.

            Dès la première lueur de conscience, la quête du sens de la vie s'est déclenchée : si l'on nous dit que l'Absolu c'est Dieu, on cherche Dieu ; si l'on nous dit que le but de toute existence  c'est de devenir le meilleur dans tel ou tel domaine, on fonce. Et à force de se brûler à l'échec on approfondit, on approfondit toujours plus sa recherche : les voies sont multiples et ont toujours existé, chaque siècle en foisonne.

           Notre vie, notre petite existence humaine prend peu à peu l'aspect de cette piste d'aérodrome sur laquelle, tels des avions aux moteurs vrombissants nous filons, plus vite, toujours plus vite, vers notre envol assuré. Pour certains le décollage est plus précoce que pour d'autres : nous les voyons un jour planer et ils nous sourient de leur ciel éclatant... Ce sont les "saints", les "éveillés", les "réalisés". 

            Pour d'autres, l'envol ne se précise pas. Certains même abandonnent toute quête et demeurent raisonnablement dans ce qu'ils ont pu glaner de leur course initiale : fleurs des champs pour un bouquet-trophée, bonheur d'instants fugaces qu'on encadre et conserve précieusement sur l'étagère des souvenirs. Et ils regardent d'un œil désabusé ceux qui cherchent encore, se contorsionnant comme des funambules au-dessus d'un précipice.

    *   *   *

     
         Après bien des années, voici ce que j'ai remarqué : le But convoité est là devant, posé tout simplement à portée de regard comme le Petit Prince devant le Renard. Mais nous ne sommes pas "apprivoisés"... (1)


           Comme le Renard à chaque visite du Petit Prince nous prenons conscience de Lui par épisodes réguliers : nous nous perdons toujours dans le labyrinthe de nos rêves coutumiers mais si nous tenons vraiment à Lui nous Le retrouvons symboliquement "chaque jour à la même heure" (c'est-à-dire à des intervalles réguliers qui ne dépendent bien sûr pas de nous mais de Lui seul).


             Nous nous asseyons, nous contemplons Son Silence incommensurable et nous ne disons rien.


            Mais à chaque fois, nous découvrons qu'Il est un peu plus près...

     

          

     (Magnifique musique de Craig Pruess et John Altman,
    accompagnée de superbes images à regarder bien sûr en grand écran)

     


      (1) Voir ici la scène du Petit Prince de Saint-Exupéry où le Renard explique ce que signifie "apprivoiser".

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Décembre 2016 à 23:53

    Pas facile d’écrire ce que je pense !

    Amities

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 09:58

        Pas facile ? Mais si tu le penses, il n'y a qu'à l'écrire à moins d'avoir comme moi un doigt en compote...

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 11:12

            Je ne cours après rien,j'avance pas à pas et si je recule parfois de 2 ,j' avance ensuite de 3 pas!

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 13:39

        Bravo capitaineecho, tu as raison !! Mais je suppose que c'est une attitude acquise avec l'âge... Et j'évoquais notre tendance spontanée lorsque nous arrivons au monde... 

    2
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 09:28
    Daniel

    Dans l'existence il n'y a pas de but à atteindre , simplement un chemin à suivre. Et c'est déjà pas mal ! Chemin difficile, escarpé au bord du précipice pour les uns, chemin bordé de fleurs pour les autres. A chacun son destin.

    Quand le conscience grandit, l'ego s'efface.

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 09:59

        C'est joliment dit, Daniel !

    3
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 11:08

    Coucou Aloysia, tu compares notre vie qui passe trop vite à un avion et moi à un train, mais le résultat est le même , on court toujours après quelque chose !!! Bises

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 13:42

        Du train ce n'est pas mal : on peut regarder le paysage et se laisser transporter ! glasses

    4
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 21:39
    durgalola

    je suis de plus en plus persuadée de l'importance de notre vie sur terre (c'est la nécessité absolue avant la rencontre après notre mort terrestre). Bises et merci pour ce texte.

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 22:33
        Si nous vivons ces expériences c'est forcément nécessaire. Mais la volonté nous échappe. Nous ne sommes qu'exécutants. ..
    5
    Jeudi 8 Décembre 2016 à 10:23

    1) j'aime beaucoup ce passage où le renard explique ce que signifie apprivoiser

    je m'en étais un jour servi pour parler de la solitude (un clic ici)

    2) j'ai lu sur ce blog: clic ici  un commentaire de "Mémoire du silence" qui dit ceci:

    " Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eût un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

    Lorsque les dieux furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci: "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre."

    Mais Brahma répondit: "Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera."

    Alors les dieux dirent: "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

    Mais Brahma répondit à nouveau: "Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

    Déconcertés, les dieux proposèrent: "Il ne reste plus que le ciel, oui, cachons la divinité de l'homme sur la Lune."

    Mais, Brahma répondit encore: "Non, un jour, l'homme parcourra le ciel, ira sur la Lune et la trouvera."

    Les dieux conclurent: "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

    Alors Brahma dit: "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme: nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher."

    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, exploré la lune et le ciel à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui."

      • Jeudi 8 Décembre 2016 à 12:15

        Oui, je connais cette merveilleuse légende, merci Jamadrou.

        Pour "le Petit Prince", je passe mon temps à y trouver des significations cachées. Le sens initial n'est plus le bon, notamment au sujet de la Rose, et maintenant au sujet du Renard, car c'est nous qui sommes le Renard et refusons l'Amour proposé par le "Prince" sous le prétexte minable que "nous ne sommes pas apprivoisé"... Cependant le Prince est d'une patience sans égale - et peut-être même que cela Lui plaît ??... 

    6
    Jeudi 8 Décembre 2016 à 17:54

    Tant de choses à dire, mais comment je suis nouveau ici, je préfère d'abord lire un peu plus.
    BA

      • Jeudi 8 Décembre 2016 à 20:33

        Discret Binh An, tu es le bienvenu, quant à lire plus, je ne sais jamais s'il y aura quelque chose de nouveau à lire ici...  sarcastic

      • Vendredi 9 Décembre 2016 à 14:42

        Je t'ai mis dans mes liens. Pas bien compris l'histoire Google+. J'ai du cliquer sans comprendre. C'est mieux de se connecter via blogspot. Comment sortir de Google+?

      • Vendredi 9 Décembre 2016 à 14:53

        Ben oui... Tu ne peux pas m'atteindre par google+ sauf si tu cliques sur un article publié mais je les ai mis en cercle restreint. Aujourd'hui (je ne sais pas si ça va durer ?) ta plate-forme n'autorisait les commentaires que pour les personnes déjà identifiées, j'ai eu beau recommencer je n'ai jamais eu l'autorisation de mettre mon pseudo et mon site, ou quand je l'ai fait ça a été refusé à la publication. je me suis déjà inscrite deux fois sur canalblog pour pouvoir y mettre des commentaires mais là je ne sais pas ce que je pourrais faire ; et si l'on s'inscrit sur une autre plate-forme de toute façon ça ne donne pas l'adresse du site... 

    7
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 17:04

    Rien ne sert de courir... Après quoi d'ailleurs... II faut suivre son chemin de vie c'est tout. J'apprécie ton approche avec ce Petit Prince et ce Renard qui m'enchantent toujours autant.

    Quelle magnifique musique !

    Je suis de retour depuis hier soir après avoir passé plusieurs jours, avec le beau temps, chez ma fille et mon gendre  à Guéret.

    Je vais les revoir bientôt... à Noël en région parisienne ainsi que mon fils, sa compagne, mes parents et peut-être mon frère et sa petite famille (sans oublier mon ex-mari !)

    Bisous Aloysia et bonne fin de semaine

    Béa kimcat

      • Vendredi 9 Décembre 2016 à 18:34

        En Creuse ! ça par exemple ! Je suis passée souvent par Guéret. Ensuite la RP ce sera plus animé. merci de ta visite, Kimcat... Tu nous a gardés en haleine tout ce temps avec des tas d'articles ! Bisous.

      • Vendredi 9 Décembre 2016 à 19:13

        Eh oui Guéret pas si loin de chez toi...

        J'avais programmé des articles...

        Bises du soir

    8
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 21:14
    durgalola

    ta réponse me questionne ... je vais laisser mûrir en moi. Bises

      • Samedi 10 Décembre 2016 à 16:41

        En prolongement de ma réponse :

        Laissez les activités prendre place, elles n’affectent pas le pur Soi. L’erreur est que les gens pensent qu’ils sont les acteurs. C’est le pouvoir supérieur qui fait toute chose, les gens ne sont que des instruments. S’ils acceptent cette position, ils seront

        débarrassés de tout problème, sinon ils vont se les attirer. Les bas-reliefs sculptés dans les tours des temples suggèrent que les personnages font un effort colossal pour les soutenir alors qu’elles reposent sur le sol qui les supporte en même temps qu’il supporte
        les bas-reliefs. Le personnage est une partie de la tour, mais on veut faire croire qu’il supporte le poids de la tour, n’est-ce pas amusant ? C’est la même chose pour une personne qui croit que c’est elle qui agit (qu’elle est l’acteur)."

        Ramana Maharshi, Immortelle conscience, propos recueillis par Paul BRUNTON.

    9
    Lundi 12 Décembre 2016 à 16:22
    Durgalola
    Le texte est intéressant et l'éclaire davantage. En lisant qu'en nous acteur au fond on se croit créateur aussi. Ah l'ego ! Bises
    10
    Lundi 12 Décembre 2016 à 16:25
    Durgalola
    Écrire avec le téléphone dénature les mots alors je reprends .. le texte est intéressant et éclairant.on se croit acteur donc ... Créateur... Là on a tout faux. Bises
      • Lundi 12 Décembre 2016 à 22:18

        En effet, je comprends mieux ce que tu viens d'écrire... Oui, le téléphone a tendance à nous imposer ses propres mots ce qui est parfois catastrophique ! On se croit acteur ; en fait on s'approprie toutes les pensées qui passent et tous les mouvements perçus... tout cela est "le mental", et je me suis plue à représenter cet ensemble par le personnage du Renard. Quant au petit Prince il représente ici le Soi véritable auquel nous aspirons.

    11
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 12:17

    Le voyage est interieur, la verite existe en soi...Merci pour cette page merveilleuse

    Aloysia

      • Mercredi 14 Décembre 2016 à 12:25

        Merci, Marlou, pour ta visite qui éclaire ce Coeur intime qui est en nous.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :