• Aile

      
         L'Aile qui emporte, l’Âme qui inspire... L'infiniment grand, l'infiniment petit ; l'infiniment élevé, l'infiniment profond ; l'infiniment extérieur, l'infiniment intérieur ; l’Éternel Masculin, l’Éternel Féminin... Dans l'immensité, c'est le féminin qui ici encore appelle au dépassement de soi, à la conquête d'un nouvel espace et de nouvelles forces.
         
    C'est ainsi que s'exprimait Goethe à la fin du second Faust : "L’Éternel féminin nous tire en avant", alors qu'il avait débuté le premier avec cette affirmation : "Au commencement était le Verbe" - donc le Masculin.
       
    C'est revenir à ce que disait Jean Ferrat derrière Louis Aragon : "La Femme est l'avenir de l'Homme."
           En fait il s'agit d'une nouvelle gestation ; il s'agit de remettre au monde une nouvelle humanité.
     


    (Nuage stellaire dans la Nébuleuse d'Orion)

     

      

               Puisque la vie n'est qu'un bruissement d'aile
               Du premier jusqu'au dernier jour,
               Puisque mûrir c'est n'avoir plus que d'Elle
               En guise d'Amour,

               Je veux périr

               Sans coup férir,
               Je veux transir

               Dans l'œuf qui vire...  

     

              C'est là que fuit l'abîme
              Dont la nichée s'exhume
              Comme une fraîche couvée,
              Dans sa dentelle de larmes arrosée.
      

              Oh ! Que naisse d'un flot limpide
              L'unique fleur du Jour,
              Celle dont le pétale
              Sort de ma peau, de mon ventre et de mes reins !
     

              L'âcre et douce mystérieuse envolée,
              Issue de l'ignorance au lointain fabuleux,
              La seule peine infinie qui vaille
              Qu'un souffle m'ait jamais traversée !

     

     

  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Mars 2009 à 12:00
    Oups, je corrige mon erreur je voulais dire bravo Valentine !!!


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :