•  

          Depuis quelques jours, tout le monde s'applique à envoyer ses voeux, à chercher la meilleure formule, la formule à la fois originale pour avoir l'impression d'en être l'auteur, et à la mode pour bien être en phase avec ce qu'attendent les autres... Mais qu'attendent-ils tous au fond ? Des bonnes paroles, des vœux pieux comme on en fait depuis "toujours", c'est-à-dire depuis que l'on y songe. 

     

    Voeux



           Mais qu'est-ce que des vœux sinon des souhaits, des croyances, des pensées qui comme toutes les pensées s'envolent avec le vent ? Oh oui bien sûr, moi aussi il y a quelques années j'ai été éduquée à un mode de pensée contemporain qui consiste à affirmer que "la pensée est créatrice", et que donc si l'on arrive à se concentrer très très fort, ce sur quoi l'on se concentre va se matérialiser... Ce sont les "miracles" de ceux qui, ayant beaucoup travaillé sur leur énergie, faisaient apparaître une poire lorsqu'ils avaient soif ! Mais vous en avez vu souvent, vous, de ces miracles ? Et au contraire, puisque Mère Teresa elle-même tenait la main des mourants sans pouvoir les empêcher de mourir, et que l'Abbé Pierre lui-même écrivit un livre intitulé "Mon Dieu, pourquoi ?" parce qu'il ne pouvait venir à bout de la misère du monde, je crois qu'il faut cesser de s'illusionner sur "le pouvoir de la pensée".

         Les sages nous disent que le Temps n'existe pas ; que tout est ici et maintenant. Et donc qu'il n'y a ni années, ni comptage des jours, ni comptage des années et que si nous vivons une nuit puis un matin, c'est tout ce qu'il va se passer prochainement ; mais pas plus de "2017" que de beurre en broche. Simplement la Vie, la Vie qui va poursuivre tranquillement son rythme éternel, nous entraînant dans sa course ravie...

    Voeux


          ... Pourtant il y a bien une chose qui existe quoique ce ne soit pas une "chose" à proprement parler : c'est l' Amour.

          Et puisqu'en ce soir particulier on aime à se réunir, à se rassembler, et à s'offrir des vœux qui sont après tout autant de caresses pour l'âme, alors je ne veux pas vous en priver... ! Cette nuit, nous serons si nombreux, si nombreux, à nous embrasser, à nous dire que nous nous aimons, à nous offrir tous les "vœux pieux" possibles, alors pourquoi ne pas le faire puisque cela va nous réunir, nous rassembler tous en un seul Cœur immense, le Cœur immense de la Vie qui se déploie et se bénit elle-même !

     

        Donc mes amis, même s'il n'y a pas de jours, d'années et même si nous vivons dans le rêve, que les bénédictions de l'Amour pleuvent sur vous et vous inondent de la Joie véritable, de cette Joie qui cette nuit fera mille fois le tour de la planète pour exalter le Coeur vibrant de l'Humanité.

     

    Voeux

     

     

     


    14 commentaires
  •  

            Pour deviner le sens de mon précédent article par la seule intuition du ressenti, ou tout simplement pour l'oublier totalement dans la paix et le repos de l'esprit, mettez un casque sur vos oreilles afin de profiter pleinement du son, affichez la vidéo ci-dessous en grand écran, puis fixez le centre de l'image et laissez-vous aller.

     


     

     


    9 commentaires
  •  

             Nous savons tous maintenant que nous sommes les enfants de l'Unique, et donc tous frères et soeurs dans notre aspiration à ce retour vers l'Unité.

             Mais les difficultés et les revers demeurent. La belle "Joie" océanique parfois touchée ne se laisse pas saisir. Le sentiment de notre "particularité" nous oppresse et nous projette vers le supposé malheur des "autres".

            Le merveilleux Nisargadatta Maharaj, à la toute fin de son existence, donnait ces conseils à ses fervents auditeurs. Dans le texte qui suit, "Q" signifie "question" et "M" est la réponse du Maharaj.

     

    Nisargadatta Maharaj

     

    «    [Q] : J'ai lu et étudié "Je Suis". Pourtant je suis toujours insatisfait de mon mode de vie.

         [M] : (...) Vous avez lu avec le mental. Désormais, quand vous lirez ce livre, considérez que vous êtes la conscience universelle et faites votre lecture et votre étude à partir de ce point de vue-là. Lisez le livre en partant du point de vue que vous n'avez ni forme ni couleur, que vous êtes la lumière.

         [Q] : Je n'arriverai plus à lire si je pense ne plus être le corps et le mental.

         [M] : Ne vous inquiétez pas de savoir si vous pouvez lire ou non. Faites ce que je vous dis et peu à peu les choses vous seront révélées. Certains sont tout à fait prêts à accepter ce que je dis, alors que d'autres doivent d'abord être battus, et même ainsi ils ne comprennent pas. Mais si vous êtes prêt les choses vous seront révélées. (...)
         Vous devez méditer sur le "je suis" sans vous accrocher au corps et au mental. De même que, bébé, vous buviez au sein de votre mère, de même buvez le "je suis", la connaissance de votre être.
    (...)
         Vous n'arrêtez pas de poser des questions relatives au monde extérieur mais n'essayez pas de découvrir ce que vous êtes. Depuis votre naissance vous avez cru avoir telle ou telle identité. Vous avez d'abord cru être un enfant, puis un adolescent, puis un adulte, puis un homme d'âge mûr, puis un vieillard. Aucune de ces identités n'a eu de permanence. Ce à quoi vous vous accrochez, croyant que c'est "vous", tout cela disparaîtra.
    (...)
         Si vous dites : "j'ai compris", l'objectif n'a pas été atteint. Vous devez arriver à l'état où vous avez cette impression : "je ne comprends rien du tout" ; vous devez dépasser l'étape de la compréhension, aller au-delà d'elle. Vous devez arriver à cette conclusion : les différentes étapes - de l'enfance à la vieillesse - se sont révélées fausses, quel que soit l'objet de votre compréhension et l'identité dans laquelle vous vous êtes affermi. De la même manière tout ce que vous avez cherché à comprendre au cours de votre recherche spirituelle se révélera faux. Il n'y a rien à comprendre. Méditez là-dessus. »

    [Le lendemain]

    «     [Q] : Qu'allons-nous faire aujourd'hui ?

         [M] : Être témoin de cette conscience, cette conscience pernicieuse, trompeuse, qui nous fait croire qu'il y a différentes étapes. C'est très simple. Il y a un certain temps cette conscience n'était pas et elle disparaîtra un jour. Vous, par contre, serez toujours présent, en tant que témoin de cette conscience. Vous, l'Absolu, êtes l'état parfait. Vous n'êtes ni la conscience, ni à l'intérieur de la conscience pleine d'exigences et de désirs.
          Voici une autre manière de comprendre ce point : quelque connaissance que j'aie acquise par les chants sacrés, la dévotion et ainsi de suite, je l'abandonne à la connaissance de Dieu ; je ne suis pas cette connaissance. Je suis hors du parfum de la connaissance ou conscience. J'abandonne l'ensemble de ma connaissance, moi-même et la conscience à Brahma - la conscience manifestée. La création en soi est Brahma, le feu sacrificiel est également Brahma tout comme celui qui fait le sacrifice.
    (...)
         Maintenant, comme avant, des choses se passent dans le monde, à la différence pour nous qu'ayant compris que nous sommes sans nom et sans forme il n'y a plus d'activités. Ce qui se passe dans le monde est de la nature du rêve. La personnalité individuelle s'est évanouie. Celui qui sait cela ne peut plus avoir envie d'améliorer un tel monde. Il ne s'occupe plus de son comportement dans le monde.
         On peut avoir l'intellect le plus brillant qui soit, et grâce à lui réunir le plus d'informations possibles sur le monde : mais le tout est sans utilité, car faux à la base. »

    Sri Nisargadatta Maharaj - Graines de Conscience.

     

    Qui sommes-nous ?

     

          Pour compléter et illustrer ses dires, voici deux passages de l'Évangile selon Thomas, traduit par Jean-Yves Leloup. Entre crochets le numéro des "logion" (chapitres).

     

    «   [27] Jésus disait :
     Si vous ne jeûnez pas au monde,
    Vous ne trouverez pas le Royaume.

     

       [29] Jésus disait :
    Si la chair est venue à l'existence à cause de l'esprit, c'est une merveille,
    mais si l'esprit est venu à l'existence à cause du corps, c'est une merveille de merveille...
    Mais moi, je m'émerveille de ceci :
    Comment cet Être qui Est
    peut-il habiter ce néant ? »

     
     

    Icone de la naissance de Jésus

     

     


    26 commentaires

  •         Bientôt Noël... Et j'ai déjà vécu tant de Noëls !

            Il me semble que pour tout le monde, Noël ramène à l'enfance. À cette enfance heureuse où c'était la nuit la plus magique de toute l'année.   

                Une nuit qui défie le temps, car nous plongeons dans des millénaires du passé pour retrouver l'enfant né dans sa crèche, réchauffé par les bêtes et visité par les bergers. Une nuit qui défie l'espace, car sur son traîneau tiré par des rennes, un mystérieux bienfaiteur réussit à traverser toute la terre en inondant de cadeaux les souliers de tous les enfants !

            Dans nos mémoires, Noël explose comme un feu d'artifice ; mais hélas sa magie a été détruite par le quotidien de nos vies soumises à tant d'impératifs matériels.

     

    Petit montage avec une crèche


            De nos voitures pressées, nous ne voyons plus cette crèche qui autrefois ornait les vitrines, annonçant que tout était neuf, que tout était à nouveau possible, que tout renaissait, constamment, régulièrement, certainement.

            Chaque année j'ai voulu y croire, à ce germe immaculé de la Vie qui surgit du néant de la Nuit, des ténèbres glacées de l'Hiver, pour s'offrir comme Pain, nourriture abondante et chaleureuse... et mes pensées taciturnes continuaient de le recouvrir de leur passage incessant, telles ces voitures filant droit devant elles sans remarquer le joyau qui leur tend les bras.

           Pourquoi nous acharnons-nous à ne voir du monde que l'écorce, qu'une surface désolée ? En pénétrant dans le cœur des choses la magie reparaît, et Noël est ce cœur, lové au tréfonds de l'obscurité et du dépouillement, au moment du solstice d'hiver où la nature semble anéantie et la nuit infinie : il nous montre l'étincelle de l'Étoile qui ressurgit, il nous montre la présence de la Graine qui germe pour un nouveau cycle de floraison et d'épanouissement. 

           Nous cherchons la Joie, nous voulons la partager et nous voulons y croire, faisant encore de Noël une fête de la Foi ! Foi en cette certitude que la Vie dépasse à jamais toute mort éventuelle, car déjà les jours rallongent, déjà le Soleil revient, déjà s'amorce la promesse de nouvelles germinations. Quelle que soit notre religion, quelles que soient nos croyances, tout autour de nous la crie, cette certitude : la Vie rayonne ! La Vie demeure ! La Vie vainc tous les obstacles et toutes les souffrances !

           Il n'y a pas besoin de grand chose : au désert (là où se taisent les pensées obstinées, aveugles automobiles...) une étable qui sert d'abri, des animaux qui réchauffent, quelques êtres simples et généreux qui apportent ce qu'ils ont pour aider... voilà ce que figure cette crèche, image symbolique de notre Cœur conscient,  où dans la grotte intime se cachent les forces vibrantes de la Vie.

     

    Naissance

     

     


    14 commentaires
  •  
          J'étais à Berlin il y a juste six mois... Et je n'en ai pas fait de rapport sur ce blog si ce n'est cet article : "Voyage" qui est plutôt, comme les articles actuels de ce blog, une méditation.

           L'article d'aujourd'hui corrige cette absence en revenant sur la ville elle-même ; les liens ajoutés renvoient au site de présentation intitulé "Berlin en ligne".

     

          Je suis justement passée devant l'Église du Souvenir, dont voici un aperçu fortement zoomé depuis la fenêtre de notre hôtel situé quelques rues plus loin :

     

    L'église du Souvenir


                 Le clocher en est resté éventré en souvenir des bombardements de 1944.

            Nous avons émergé du métro juste en face d'elle, mais me trouvant à accompagner des personnes ayant du mal à marcher je n'ai pas pris de photo de l'endroit immédiat ; par contre un gentil chauffeur de taxi d'origine turque (comme il y en a énormément en Allemagne !) a accepté de prendre ces dames pour seulement 2km et 5€ de course jusqu'à l'hôtel tout proche. Les Allemands ont du coeur, les Turcs aussi.

         Aujourd'hui je ne garde que des souvenirs délicieux de ce séjour qui se situait juste avant l'euro de football et nous a valu de ne pouvoir approcher de la Porte de Brandebourg derrière laquelle était disposée une "fan-zone" (hautement sécurisée, bien sûr).

     

    La Porte de Brandebourg


         Cependant il est peut-être important de rappeler que la Place sur laquelle je me trouvais, la plus importante sans doute de Berlin, s'appelle "Place de Paris" !

     

    Place de Paris


          Je me suis demandé si ce coup mortel porté à l'humanité juste devant l’Église du Souvenir n'était pas un signe du ciel nous demandant de cesser de nous tourner vers le passé, sans cesse. En effet, à quoi bon rappeler les crimes du passé ? Cela n'empêche pas de nouveaux crimes de se produire.

           Berlin est une ville entièrement reconstruite, à part quelques édifices comme cette église. Cela lui permet d'être claire et aérée, plus lumineuse peut-être par toutes les vitres des bâtiments neufs qui la composent.

     

    La Chancellerie Fédérale
    La Chancellerie Fédérale


           Cette fois encore, frères ennemis dans le passé comme nous le fûmes plus tôt avec les Anglais, nous nous tenons la main en regardant ensemble vers l'avenir...


    --------------------------

     
        Voici quelques cartes postales rapportées en souvenir, que j'ai scannées puis modifiées avec photofiltre.

    Carte postale modifiée par mes soins
    Le Reichstag (assemblée nationale) avec sa belle coupole contemporaine,
    carte postale sur laquelle j'ai rajouté le texte et le blinkie (puis signé en bas).

     

    Carte postale modifiée par mes soins
    Autre carte postale modifiée. Elle représente l'ancien poste de douane pour
    traverser le mur depuis le secteur russe vers le secteur américain, avec derrière
    sur la gauche l'entrée du "Musée du Mur".
    En filigrane on voit la porte de Brandebourg (qui en réalité n'est pas là du tout),
    à gauche le dôme tournant du célèbre "Sony Center" devant lequel j'ai moi-même
    ajouté un personnage déguisé en ours de Berlin que j'avais photographié sur place.
    À droite vous voyez un métro qui sort d'une des gares ferroviaires (ils sont tous
    jaunes, comme les taxis) et dessous la "colonne de la victoire" auprès de laquelle
    j'ai moi-même ajouté un texte avec en bas ma signature.

     


    27 commentaires