•          Ce matin je me suis promenée du côté de Lizeray , une de ces communes, avec Saint-Aoustrille et Saint-Valentin (super connu, surtout des Chinois !) implantées par ces immenses antennes dont je vous ai déjà parlé ici.

           J'étais attendue dans une ancienne ferme, où tout d'abord je me plus à observer la basse-cour... En effet, une poule était entourée de ses poussins à qui elle enseignait comment se nourrir, mais dès que j'approchai avec mon petit compact, elle les entraîna bien vite au loin. J'ai eu juste le temps de filmer leur fuite.


        Puis mes regards se portèrent sur les deux chats qui, bien posés sur le capot d'une voiture, semblaient y observer les reflets des arbres alentour.

    Du côté de Lizeray (Indre)


          Bientôt, je me retrouvai dans un champ d'antennes et, désireuse d'en approcher une, parvins jusqu'au pied de celle-ci (les photos suivantes, particulièrement spectaculaires, peuvent être agrandies en 1024 px de large ; par contre, pour revenir au texte, cliquez sur la flèche de retour en arrière en haut à gauche de votre écran).

    Du côté de Lizeray (Indre)


          D'ici on ne voit pas bien, mais c'était le fleuve d'ondes "Volga" ! Impressionnant... d'autant que le temps quelque peu menaçant leur conférait une puissance bien plus séduisante que celle des pauvres anges déchus du film Noé, malheureuses machines à faire du spectacle (voir ici) ! 

    Du côté de Lizeray (Indre)


           Voici l'entrée grossie (mais cet extrait d'image ne s'agrandit pas).

           Plus tard, photographiant le ciel dont les moutonnements étaient superbes dans cette zone totalement plate à 360°, je captai simultanément d'autres alignements de "géants" d'acier.

    Du côté de Lizeray (Indre)

     
         Vue vers le nord.

    Du côté de Lizeray (Indre)


          Vue vers l'ouest.

    Du côté de Lizeray (Indre)

     
         Vue vers le sud. Comme vous pouvez le constater, toutes ces antennes se ressemblent ; et ressemblent à la première que nous avions détaillée dans le précédent article.

    Du côté de Lizeray (Indre)


           Et vers l'est, que voyons-nous ? Juste devant, une antenne toute hérissée qui n'est pas du tout comme les autres !!

    Du côté de Lizeray (Indre)


         Intriguée, j'emprunte un chemin pour l'approcher.

    Du côté de Lizeray (Indre)


         En voici une vue arrière...

    Du côté de Lizeray (Indre)


          Plus je m'en approche et plus elle me plaît. 

    Du côté de Lizeray (Indre)

     
       Fabuleux !! (Affichez-la en grand surtout). Et là je rencontre un chasseur (qui ne chasse pas) et qui m'en donne le nom - ce qui m'évitera d'aller jusqu'à son pied. Savez-vous comment elle s'appelle ? 

    Le Gange !

          Eh oui, cette merveille est le Fleuve Sacré...

          Voyez que j'évoque ces mastodontes comme s'il s'agissait d’œuvres d'art ! Certains sculpteurs n'en réussissent pas de si splendides, à mon avis.

          Cependant ce n'était pas l'avis du chasseur... Il se plaignit des désagréments causés aux autochtones par ces fleuves d'ondes précisément, qui paraît-il font que dans les maisons les micro-ondes se mettent en route tout seuls en pleine nuit... ou que la cuisinière se met à émettre de la musique !! 

          J'adorerais cela !  Nous voici en pleine fantasmagorie ! Les perceptions se mélangent, les yeux entendent et les oreilles voient, féerie des vibrations qui nous entourent !!

     

     


    13 commentaires
  •     
         Paris le samedi, quelle horreur ! Je ne sais si c'était dû particulièrement au quartier que je traversais (du Forum des Halles à l'île Saint-Louis, pour retourner gare d'Austerlitz) mais j'étais prise en permanence dans une cohue indescriptible... J'ai tout de même tenté quelques clichés avec un petit compact dont l'objectif, vous le verrez, présente quelques taches.

        (Vous pourrez agrandir mes photos en cliquant dessus)


    Paris le samedi soir

        Prise dans la foule j'ai beaucoup moins bien saisi la Tour Saint Jacques que notre amie Dominique, à qui je vous invite à rendre visite si sa découverte vous intéresse.

    Paris le samedi soir

          Je me suis donc accoudée au muret (tant qu'il n'était pas encombré de bouquinistes !) pour photographier le chevet de Notre-Dame. Mais j'ai dû encore largement retoucher cette photo pour faire oublier les immondes stands de travaux qui la dénaturent (vous les verrez sur la vidéo plus bas, et les apercevez sur la photographie ci-dessous).

    Paris le samedi soir

         Du milieu du Pont de la Tournelle, une vue classique et bien jolie. Mais il faisait déjà bien sombre, le ciel s'étant chargé de nuages...

    Paris le samedi soir

        Une fois parvenu sur le quai du même nom (la statue de Sainte Geneviève est tout à fait à gauche ici) la Seine offre cette rencontre entre bateaux traditionnels et vedettes touristiques.

    Paris le samedi soir

         Je passe maintenant à côté du Jardin des Plantes et suis attirée par la vision des grandes autruches. Hélas ! Faute d'une luminosité suffisante toutes mes photos seront floues.

    Paris le samedi soir

         Vers 17 heures, les cloches de Notre-Dame ont retenti longuement, tandis que j'étais encore sur l'Île Saint-Louis ; j'ai essayé de les enregistrer en filmant, car le son des cloches est une splendeur. Voici le résultat.

     

     


    12 commentaires
  •  

    Désert

     

    J’écrase
    De mon pas pesant
    Des mondes de sable


    Agitant les bras
    Je tranche
    D’une épée acérée
    Des pans d’espace


    Girouette égarée
    Je tourne
    De ci de là
    Au gré des vents


    Le corps
    Se tend comme un voile
    Puis retombe


    L’esprit
    Perce la nuit comme un phare
    Sans rien voir


    J’agrippe une corde dénouée


    J’ai cassé ma poupée

     

     

     


    votre commentaire

  •       Ce dimanche matin  nous avions prévu une marche en faveur d'associations de la ville, voyez plutôt :

    Marche ALAVI-AVI

          Il était question de cavaliers et même d'une voiture à cheval, puisque deux Centres équestres participaient ! Mais la pluie - la bruine plutôt - et l'humidité très présente ont eu raison des cavaliers tandis que la voiture venait d'être accidentée...

     

    Marche gallo-romaine


        Nous nous retrouvâmes donc, malgré une bonne publicité, une petite poignée seulement à nous engager à travers les gouttes.

    Balade gallo-romaine


          A la place de chevaux, un chien ; et avec le gilet jaune, un guide expérimenté sur le passé gallo-romain d'Issoudun. 

    Balade Gallo-romaine


        Au départ du centre équestre, nous empruntâmes une petite route filant à travers champs qui avait été reconnue pour être la voie romaine reliant Issoudun à Levroux (appelé alors Gabatum - voir ici - Issoudun se nommait naturellement "Issoldunum") .

        Notre guide (le président des "Amis du Vieil Issoudun") nous expliqua que si aucun vestige n'en demeurait, il était par contre évident qu'elle existait à cause du plan cadastral permettant de différencier les sols appartenant aux diverses communes :

          «  En Berry, disait-il, il n'y a pas de fleuve, ni de montagnes, ni de forêts permettant de délimiter des secteurs, aussi furent-ils définis à l'époque romaine par les routes tracées ; ainsi, en observant les frontières de territoires des communes, nous en déduisons le passage de la voie romaine. »

    Sous la pluie...


         Aveuglés par les gouttes nous marchons bravement tandis qu'il poursuivait :

         «   Imaginez-vous toute cette campagne totalement recouverte par les vignes ! Les romains avaient tout planté de vignes, et celles-ci se maintinrent jusqu'à l'épidémie de phylloxéra de la fin du XIXe siècle. Comme Issoudun fut anglais durant un certain temps, le vin était en grande partie transporté par des barges sur la Théols jusqu'à divers fleuves et canaux pour aboutir à Bordeaux, d'où il était expédié vers la Grande Bretagne. »

    Sous la pluie...


          Et comme il était plaisantin il ajouta, en réponse sans doute à une question posée :

         «   Non, il n'y avait pas par ici vraiment de lieu où l'on puisse retrouver un trésor enfoui ; et si vous trouvez une pièce romaine par-ci, par-là en terre, ce sera sans doute parce qu'un quelconque marchand se sera arrêté, pris d'une envie pressante, et aura perdu une pièce de sa besace au passage...  »

         Néanmoins il nous apprit qu'à la ferme fortifiée de Tourailles, un peu plus haut, avaient été construits autrefois des silos enterrés, ce qui est rarissime.

    Sous la pluie... balade gallo-romaine

          Nous tournâmes enfin le dos à la pluie et à l'ouest pour revenir vers un des grands émetteurs radio de Saint-Aoustrille (voir ici et ). 

    Emetteurs Alliss


         Ayant déjà repéré qu'ils étaient regroupés en secteurs portant des noms de continents et portaient tous le nom d'un fleuve du continent concerné, je me suis précipitée derrière celui-ci pour découvrir de quel "fleuve" il s'agissait ...

    Alliss Tigre


         Celui-ci s'appelait le Tigre ! Donc nous étions en Asie ! Et quelle énormité... Il paraît que sa face entière fait la superficie de deux terrains de football.

    Sous la pluie...


          Mais les autres avaient avancé, et déjà ramassé toutes les noix tombées au pied de cet arbre solitaire.

    Sous la pluie... chasseurs


         La chasse était bel et bien ouverte ! Heureusement ces chasseurs semblaient peu agressifs.

    Chasseurs

     
        Bientôt, un promeneur tranquille apparut sous mes pieds...

    Sous la pluie... un escargot


        Un Romain ? S'esclaffèrent mes camarades... Il était bien chez lui, le pauvre, et cependant nous préférâmes le prendre délicatement pour le reposer dans l'herbe un peu plus loin.

    Sous la pluie... cavaliers

     
        Ce n'est qu'à notre retour au Centre équestre que nous en vîmes sortir des cavaliers, qui avaient boudé notre promenade et profitaient d'une légère amélioration pour s'engager sur la route.

    Sous la pluie...


       Enfin arrivés, nous eûmes droit à une collation réconfortante et bien méritée !

     

     


    6 commentaires

  •        Il y en a qui ne s'en font pas... 

     

    Relax !


        Mon chien Mulder prend parfois des poses... Et s'il nous voit rire, il n'hésite pas à insister pour notre plus grand plaisir !

     

     

     


    4 commentaires