•     Voici venu le jour des citrouilles et des potirons. Dans les rues sorcières et macchabées vont défiler, coiffés d'araignées ou de crânes verdâtres. La saison s'y prête, avec ses couleurs orangées et ses troncs noircis, avec l'effeuillage des arbres et l'effondrement de la sève.

         C'est le moment de tirer cette carte et de méditer à son sujet.

     

    Dakini-13-Death Transfiguration
    Carte du tarot des Dakinis

     

              Elle m'a toujours évoqué le magnifique poème de Victor Hugo, "Mors" (les Contemplations), dont je me rappelle surtout les 3 premiers et les 2 derniers vers :

     

         «  Je vis cette faucheuse. Elle était dans son champ.
         Elle allait à grands pas moissonnant et fauchant,
         Noir squelette laissant passer le crépuscule. 

         (...)
         Derrière elle, le front baigné de douces flammes,
         Un ange souriant portait la gerbe d'âmes. »

     

       Cet ange, je le vois tout à fait comme un petit enfant, un angelot dont le sourire est presque triomphant. Et la gerbe semble ici indifférenciée : car une fois rassemblées, toutes les âmes lumineuses ne forment plus qu'une seule et même lumière. Si le travail est bien fait, aucune ne manque à l'appel ! On ne peut supposer qu'une seule ait pu être perdue.

        Mais voyons de nouveau la lame du tarot des Dakinis.

        Ce n'est pas un ange, mais le squelette lui-même dont le front est baigné de "douces flammes"... Inutile donc d'effectuer une séparation entre l'Ankou et le monde divin, ni d'y ajouter des humains éplorés. Ce n'est pas la personnification de la Mort dont il s'agit ici, mais la représentation du Chercheur lui-même qui, après s'être dépouillé de tout ce qui le caractérisait (sa forme, ses sensations, ses perceptions...) pour ne garder qu'une ossature, se débarrasse aussi de toute sa mémoire, de tout son passé, de toutes ses connaissances et de tous ses projets. Il s'identifie aux arbres qui perdent leur feuillage et fait place nette autour de lui. Mais ce n'est pas pour errer dans les cimetières comme un résidu de chair décomposée à l'abandon... Non, les chairs décomposées n'errent pas, elles se transforment ; elles nourrissent la terre pour produire d'autres fleurs et d'autres vies.

    Marseille - XIII
    L'équivalent sur le tarot de Marseille

     

         Et si ce personnage, inspiré du tarot de Marseille (comme les 22 premières lames du jeu), ne nous montre pas clairement ce qu'il fauche (un tambour ? Tout ce qui faisait sa gloire et lui permettait de se faire entendre ?) par contre il ajoute qu'un feu l'anime encore, transporté au sommet de son être : prêt peut-être à s'en évader mais du moins, comme le signale la légende sous la carte, à même de transformer le Mort à ce monde en Être de lumière.

         Ce "passage obligé" par le tombeau et l'affrontement de sa propre mort est bien connu de tous les rituels initiatiques. C'est le cycle même de la vie qui nous l'impose. A chaque automne, la nature meurt pour renaître au printemps ; à chaque naissance, fera suite une mort qui n'empêchera pas une autre naissance. Sans hiver, nous ne connaissons pas de printemps et sans nuit nous ne connaissons pas la fraîcheur des matins. La mort est donc même une bénédiction, car elle soulage de tout ce qui est usé, abîmé, corrompu alors que la vie est précisément ce qui use, abîme et corrompt.

          Envisager cette vérité lucidement est une nécessité, que chaque année la nuit d'Halloween vient nous rappeler.

     

     

     


    votre commentaire

  •      Issoudun est un lieu de pèlerinage : en instaurant la Congrégation des Missionnaires du Sacré-Coeur, le Père Jules Chevalier décida d'offrir à Marie un nom nouveau : "Notre-Dame du Sacré-Coeur",  afin d'associer en un seul culte la mère de Jésus et son Fils, nous présentant son coeur (voir ici).

         Une basilique a été édifiée, entourée de monastères équipés de chambres d'hôtes, et son parc est un merveilleux lieu de recueillement, où j'aime à me promener notamment pour visiter sa belle statue de Marie à l'Enfant (que je préfère nettement à celle située dans l'édifice).

         Aujourd'hui le soleil était particulièrement bas, car nous approchons du solstice d'hiver. A midi donc il offrait une lumière oblique mais encore très vive (vous pouvez agrandir ces photos, mais ne soyez pas trop exigeants car je n'avais sur moi que mon téléphone portable, cette fois encore).

    Basilique du Sacré-Coeur d'Issoudun

     

        Pour accéder au parc on contourne la basilique (qui date du XIXe siècle) par la gauche.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
        Sur le côté l'édifice est plus imposant et l'on voit qu'une crypte est aménagée avec des ouvertures sur l'extérieur. Des messes y sont dites de bonne heure le matin.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun


         Derrière la basilique on trouve les locaux du monastère, mais dans la cour, à cause des nombreux pèlerinages, une grande salle a été construite récemment pour servir de réfectoire.

    Le Sacré-Coeur d'Issoudun

     
        On y trouve l'effigie du fondateur, le Père Jules Chevalier. Les cuisines sont au rez-de-chaussée.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
         C'est alors que l'on entre dans le parc, équipé depuis quelques années de grilles électriques pour le fermer à la nuit venue. Il a perdu un peu de son mystère avec cette grosse bâtisse, et surtout avec la superbe rangée d'arbres qui a été abattue récemment.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun


         Après la salle de réfectoire, on quitte l'enceinte de la Congrégation du Sacré-Coeur et on jouxte le collège-lycée privé Saint-Cyr qui en dépendait à l'origine. La superbe allée arborée qui menait à la statue de la Vierge au bout de cette perspective a malheureusement été arrachée... Les racines devaient menacer les bâtiments.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
       Sur la gauche on peut voir la vaste pelouse où se tiennent, en mai et en septembre, les grands rassemblements de prière avec messes en plein air.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

      
        Après celle-ci le parc devient plus sauvage et plus touffu, avec de grands arbres apaisants.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
        En voici quelques vues ; on remarquera sur les côtés des "rocailles", sortes de rochers artificiels environnés de lierre et qui évoquent la vie de la nature et les sources, image féminine et maternelle.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun


         De très hauts arbres côtoient des massifs de résineux, plus sombres et toujours verts.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
        Je parlais de "rocailles", mais il s'agit aussi d'arbres tronqués sculptés dans la pierre, qui contiennent des petites niches, Marie ayant la réputation d'aimer à apparaître dans des grottes...

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
         En voici un exemple, avec le soleil juste derrière...

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

     
        Mais j'oubliais de vous montrer l'approche progressive de la statue qu'on aperçoit au fond.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun


        Je la trouve merveilleuse, avec ces arbres qui l'environnent et la lumière qui l'éclaire toujours par derrière, notamment les matins car elle tourne le dos à l'Est.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Les religieuses et les fidèles la fleurissent, mais il n'y a pas souvent de cierges... Il est vrai qu'il faut les acheter dans la basilique et qu'ils sont chers. Mais j'aime à en faire brûler lorsque je viens.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

           La voici dans l'axe du soleil de ce midi d'octobre.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

               Il y a là un banc pour méditer.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          L'endroit est paisible et harmonieux (sauf lorsqu'on entend les cris des enfants du collège voisin...).

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Continuons notre tour du parc, que j'effectue toujours en m'enfonçant dans les bocages au lieu de suivre la voie goudronnée, car elle mène vers d'autres statues que j'aime moins : l'une de Jésus vraiment triste car on assiste à sa descente de croix, et l'autre de Joseph son père "adoptif".

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Ces arbres sont vraiment hauts, les voir jaillir vers le ciel est un bonheur.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Mais que vois-je ? Un écureuil ! Si j'avais eu un meilleur appareil on l'aurait sans doute mieux vu... En effet par la suite je l'ai retrouvé (lui ou un de ses cousins) dans des branches et ai essayé vainement de la saisir "au vol", mais le téléphone n'a rien saisi du tout... Voyez plutôt (sans les flèches que j'ai ajoutées, on ne verrait rien). 

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

         Continuons.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

         J'ai tenté cette prise de vue en oblique pour que l'on voie à la fois les très hauts arbres de droite, et l'enfilade de cette allée centrale menant au calvaire qui, lors des messes extérieures, sert d'appui au "maître-autel" au bout de la pelouse évoquée plus haut.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

         Dans un recoin, une croix... Marquerait-elle l'endroit où est enseveli le Père Chevalier ?

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

           Sur les côtés on aperçoit des images : ici il s'agit paraît-il de la "4e douleur" (on parle sans doute de Marie) et l'on voit Jésus bébé présenté au temple, et ses parents recevant la prophétie du vieux Siméon (voir ici).

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Retraversons la vaste pelouse et observons les croix qui délimitent l'enceinte sacrée.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Ce sont des images de la Passion, ici Jésus dépouillé de ses vêtements (je n'ai pas voulu photographier des scènes plus pénibles...)

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Me retournant vers la sortie, je suis aveuglée par le soleil à travers lequel apparaît la flèche de la basilique en forme de Cœur resplendissant.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

          Un peu plus loin c'est le clocheton  du monastère qui apparaît.

    Le Parc du Sacré-Coeur d'Issoudun

           Un engin de travaux publics enlaidit le paysage mais dans cet éblouissement de lumière on ne s'en aperçoit pas trop... Serait-ce le symbole dérisoire de la main de l'homme qui cherche à saisir le soleil - tandis que le Coeur porté par la Basilique, lui, rayonne dans la lumière ?

     


    9 commentaires

  •    Puisque nous célébrons le centenaire de la guerre de 14, les bleuets ne cessent de fleurir...

     

    Bleuets

     
           Je suis allée me promener dans les champs  et parmi les regains de blés, des quantités de bleuets y fleurissaient, avec quelques marguerites.

            J'en ai fait un bouquet...

    Bleuets

     
        Non ! je ne suis pas allée aux champignons !  J'ai écouté les oiseaux chanter. L'atmosphère était vraiment printanière...

     

       Serait-ce un rouge-gorge ?

     

     


    4 commentaires

  •       Sommes-nous vraiment fin octobre ? Ce matin une fauvette chantait à ma fenêtre, comme en mai !

     

     

     


    6 commentaires

  •        La dernière randonnée d'octobre nous mena dans des endroits pourtant proches de la ville que je ne soupçonnais pas. Un lacis de petites routes entre ruisseaux et voie ferrée où des maisons apparaissaient comme au milieu de nulle part...

           C'est qu'en fait je ne m'étais jamais trop souciée de ce qu'il pouvait y avoir vers le village de Thizay ou celui de Jean Varenne. Il faut dire que les natifs de la ville se retrouvaient souvent en pays connu, mais je ne faisais pas partie de ceux-ci.

    Sur la route de Jean Varenne

           Sur la saisie d'écran ci-dessus, tirée de Google earth, vous apercevez grosso modo notre parcours (toutes les images peuvent être agrandies).

    Sur la route de Jean Varenne

     
       Nous commençâmes par longer un quartier populaire nouvellement rénové en maisonnettes individuelles, et bordé de belles pelouses où poussaient à l'envi des coprins chevelus...

    Sur la route de Jean Varenne


          En m'approchant pour saisir celui-ci de plus près, j'en découvris d'autres plus petits...

    Sur la route de Jean Varenne

         Mais ceux-là je ne vous dirai pas ce qu'ils sont... Ah ! L'automne est bien là !

    Sur la route de Jean Varenne

         Nous rejoignîmes la voie ferrée qui va d'Issoudun à Châteauroux - mais qui est aussi la ligne Paris - Toulouse via Limoges et Brive. Nous devions la longer un moment, de plus ou moins près.

    Sur la route de Jean Varenne

          Au début, les bâtisses rencontrées n'étaient guère engageantes ; et pourtant celle-ci était utilisée parce qu'un chien y aboyait derrière une grille : elle servait de chenil.

    Sur la route de Jean Varenne

          Une petite route, avec un arbre ployant sous le gui...

    Sur la route de Jean Varenne

          Bientôt, un ruisseau. On entendait le bruit de l'eau chanter un peu plus haut. En fouillant dans les cartes IGN j'ai fini par trouver qu'il s'agissait de "La Vignolle", qui fait plusieurs bras et que nous allons retrouver plusieurs fois sur notre route. 

    Sur la route de Jean Varenne

         Ici nous le traversons sur une planchette de béton dénuée de bords.

    Sur la route de Jean Varenne

          L'endroit, réputé marécageux, semble sauvage et il est vrai que de la voie ferrée on a toujours de jolies vues.

    Sur la route de Jean Varenne

         Encore un bras de ruisseau dans l'abondante végétation.

    Sur la route de Jean Varenne

         Notre route, devenue sentier, côtoie des cabanes de tôles.

    Sur la route de Jean Varenne

         En voici une autre, au pied de la butée qui maintient la voie ferrée sur un terrain solide.

    Sur la route de Jean Varenne

         Nous longeons de belles demeures bien cachées, ici par une haie de bambous.

    Sur la route de Jean Varenne

         Par endroits, des passages existent à travers les voies... Mais c'est dangereux ! 

    Sur la route de Jean Varenne

          Par ici, la Vignolle bouillonne sous une nouvelle planchette de béton.

    Sur la route de Jean Varenne

         Suivre l'eau qui court est toujours un bonheur... Sauf que là nous en remontons le cours !

    Sur la route de Jean Varenne

         Et voici une superbe maison. C'est le "Petit Villement".

    Sur la route de Jean Varenne

          La maison bénéficie d'un accès direct par passage à niveau vers un chemin qui rejoint la nationale de Châteauroux (RN 151).

    Sur la route de Jean Varenne

         En voici l'entrée principale, juste à l'opposé de l'image ci-dessus.

    Sur la route de Jean Varenne

         Puis, tandis que nous poursuivons notre chemin avec la domaine à gauche et la voie ferrée sur la droite, voici un mur ancien dont les contreforts m'interpellent.

    Sur la route de Jean Varenne

         Sur la droite, un joli puits.

    Sur la route de Jean Varenne

         Puis des moutons que je trouve énormes !! Mais au zoom ils sont flous... Il faut dire que je photographie parfois un peu vite pour ne pas gêner les autres marcheurs qui arrivent derrière moi.

    Sur la route de Jean Varenne

         Nous apercevons "Le grand Villement", qui serait habité paraît-il par un notaire d'Issoudun.

    Sur la route de Jean Varenne

        Voici la route sur laquelle nous marchions...

    Sur la route de Jean Varenne

          Et celle sur la gauche vers laquelle nous allons bifurquer.

    Sur la route de Jean Varenne

         En me retournant, j'aperçois un autre passage à travers la voie ferrée, accès pour cette propriété vers la nationale encore. Oui, nous sommes un des départements comptant le plus de passages à niveau me semble-t-il... Mais ceux-ci sont très rarement usités je pense, et uniquement par des riverains.

    Sur la route de Jean Varenne

         Sur le "chemin de la Charossat", nous traversons des champs de maïs non moissonnés encore, et remplis de coquelicots !! La nature nous recrée le printemps...

    Sur la route de Jean Varenne

         Encore un bras de ruisseau (toujours la Vignolle).

    Sur la route de Jean Varenne

         Puis des rangées d'arbres fruitiers qui me paraissent bien sympathiques.

    Sur la route de Jean Varenne

         Alors qu'au loin se profilent de très grands arbres, aux abords du corps principal du ruisseau.

    Sur la route de Jean Varenne 

         De l'autre côté règne un paysage beaucoup plus bucolique, surtout que le soleil entame une percée qui va nous rappeler le plein été !

    Sur la route de Jean Varenne

         Nous nous dirigeons vers une ferme entourée de tout un petit hameau, nommée "la Sarrauderie". Mais nous n'irons pas jusque là et poursuivrons notre traversée vers le sud.

    Sur la route de Jean Varenne

            Un clin d’œil vers la Sarrauderie avant de reprendre vers la gauche.

    Sur la route de Jean Varenne

         Et nous voici en pleine champagne berrichonne ! Les champs à perte du vue. Et, le soleil se trouvant déjà bien à l'ouest, j'aperçois au loin Issoudun parfaitement éclairé. Mais les photos que vous voyez ici ont été zoomées et recadrées plusieurs fois, car nous étions à plus de 3 km à vol d'oiseau de la ville. On aperçoit ici à gauche la Tour Blanche (du nom de la Reine Blanche de Castille qui y vécut un temps), à droite l'église Saint-Cyr, et au milieu le clocher de la basilique du Sacré Cœur, siège de nombreux pèlerinages à Marie.

    Sur la route de Jean Varenne

         Plus vers la droite, le château d'eau municipal fraîchement repeint.

    Sur la route de Jean Varenne

          Tout à fait sur la gauche, apparaissent les anciennes malteries qui gagneraient à être ravalées, faisant partie des "monuments historiques" de la ville...

    Sur la route de Jean Varenne

        Encore plus de zoom !

    Sur la route de Jean Varenne

         Ayant atteint la route de Vouillon (la D19), nous la traversons pour gagner un petit chemin en contrebas, que nous empruntons vers notre gauche pour nous engager dans le sens du retour.

    Sur la route de Jean Varenne

          Seulement il va falloir traverser une zone très broussailleuse paraît-il.

    Sur la route de Jean Varenne

         Comme personne n'y passe jamais, il y a des branchages enchevêtrés en tous sens, et des ronces énormes !

    Sur la route de Jean Varenne

         Sur la droite, on me signale des pommes un peu partout : et même dans un arbre !

    Sur la route de Jean Varenne

         Heureusement, "Popaul" (75 ans) avait prévu le coup et apporté sa serpette.

    Sur la route de Jean Varenne

          Il y a encore un ruisseau sur notre droite.

    Sur la route de Jean Varenne

         Mais là c'est plutôt un bras de la Théols, dont nous nous rapprochons en descendant vers le sud.

    Sur la route de Jean Varenne

         Nouvelle traversée de champs dont j'apprécie les petits bosquets, laissés au centre et bien taillés probablement pour laisser les animaux sauvages s'y nicher et pouvoir ensuite les chasser... !

    Sur la route de Jean Varenne

         Beaucoup commencent à traîner des pieds, mais les filles du devant sont toujours aussi alertes. Vous voyez que le château d'eau se rapproche ! La ville n'est pas loin et les nombreux arbres appartiennent au bassin inondable de la Théols.

    Sur la route de Jean Varenne

         Aux abords de la ville, un beau cheval.

    Sur la route de Jean Varenne

         C'est avec lui que nous nous quitterons... !

         Jusqu'à une prochaine belle balade.

     

     

     


    2 commentaires