•  
         Comme promis, je me suis rendue en d'autres points de la ville où figuraient des décorations particulières.
         Voici d'abord une image de "tir à l'arc", qui se justifie par la proximité du beffroi évoquant le 15e siècle et par la nécessité de couper le parterre en deux à cause d'un passage piéton (vous apercevez quelques marches).
           
     

     

         Le mur de gauche appartient au Beffroi, le bâtiment derrière la cible est la poste. Nous sommes en plein Centre Ville.

         Voici maintenant un aperçu de la fête foraine qui bat son plein devant la Basilique. (On aperçoit juste quelques corbeilles qui volent au-dessus des arbres, sinon seul le son nous aurait alertés : hurlements de joie, musique ! À droite, une échoppe de guimauve et diverses sucreries).

     

     

          Dans la cour de l'ancien Hôtel  de Ville, qui était un bâtiment XVIIe construit sur les remparts sur le site de l'ancien château, au pied de la Tour Blanche, un bel échiquier évoquant l'époque de Blanche de Castille, qui donna son nom à la  Tour. (L'Hôtel de Ville occupe toujours cette place, mais il s'est considérablement agrandi et s'ouvre maintenant de l'autre côté, avec une façade toute moderne).

     

     

          J'ai tenté une vue à contre-jour, qui semblait donner du relief aux pièces et qui montre le mur de l'ancien rempart de la citadelle médiévale sur laquelle nous nous trouvons. Les arbres que l'on voit sont de hauts platanes plantés en contrebas, la dénivellation fait une hauteur d'environ trois étages.

     

     

         Et maintenant, deux vues du Rond-Point situé au nord de la ville, en direction des vignobles de Reuilly et de Quincy : la décoration est centrée sur le vin.

     

     

     

         Oui, les bouleaux ont encore des feuilles vertes, mais pas les érables de la Place du sacré-Coeur : comme je le disais en commentaire à Marlou, cela dépend des essences d'arbres !

         Toutes ces photos, vous pouvez les revoir tranquillement et sous forme de diaporama avec d'autres de la ville dans mon nouvel album photos intitulé "Issoudun".

     

     

    1 commentaire
  •  
         Comme je vous l'ai déjà montré dans cette rubrique, la ville d'Issoudun se pare de belles décorations florales au moment de la Toussaint. (Voir ici, ici et ).
         Lors des précédents articles j'habitais en ville et cueillais facilement les images. Maintenant j'habite à l'extérieur et ne suis pas tombée au meilleur moment pour photographier ces petits chefs d'oeuvre : le soleil est généralement mal placé !
    Mais vous pourrez cependant apprécier l'inventivité de nos horticulteurs.
          Les photos peuvent être agrandies.
          Cet article, sur le site de la ville d'Issoudun, permet d'apprécier le travail fourni. Je tâcherai d'aller voir les autres réalisations et de vous en faire profiter.




    Devant la gare, un chouette petit train, avec son feu vert et des fleurs dans sa cheminée.


    La loco vue de plus près.


    La loco et son wagonnet de charbon.


    Et à l'autre bout, une sorte de wagon façon conquête de l'Ouest.


    Du côté du musée, nous approchons de l'esplanade et apercevons
    le clocher de la chapelle de l'Hospice Saint-Roch.


    Sur l'esplanade, une "andainneuse", qui sert à rassembler l'herbe fauchée.

    Autre vue plus rapprochée.


    La jolie Tour de l'horloge avec son reste de remparts, bien exposée elle.



    Enfin, à la sortie de la ville, cette évocation des éoliennes dont la communauté de communes
     vient de se doter en abondance (tout à fait à contre jour, hélas)
     

    Autre vue mieux exposée mais laissant voir le supermarché, avec il est vrai
    de jolis arbres, et derrière eux le site désaffecté mais classé des Malteries Franco-Suisses.
     

     
     

    1 commentaire
  •  



    Lorsque descend le soir
    On entend les mésanges
    S’appeler ci et là
    Par petits cris complices
    Et le merle sifflote
    Sa mélodie rêveuse

     

    Dans la pénombre tiède
    La lune se déploie
    Dans un halo laiteux
    Sur le ciel bleu profond
    Et je me crois soudain
    Revenue au printemps



     


    1 commentaire

  • Champignons




    La pluie est tombée
    Les champignons ont poussé
    La forêt s’étire
    Toute pleine de rais de soleil entre les troncs feuillus
    Je marche entre les bruyères
    Et vois des chapeaux qui me narguent
    Oh le bel olivâtre
    Et ce beau blanc cireux
    Et ces bruns mouchetés
    Décidément les amanites
    Règnent ici comme des cloportes
    Mon petit chien les snobe et passe son chemin
    Je les renverse avec ma canne
    Parfois quelques bolets douteux ou délaissés
    Gisent piteusement en travers du sentier
    Les ramasseurs sont là agglutinés plus loin dans un secteur de choix
    Mais je méprise tout je n’ai pas de panier


    Et puis le sous-bois change
    Il devient plus herbu
    Les moucherons s’agitent
    Le sol est défoncé
    Et je me prends le nez dans des fils d’araignée
    Mais sous mes pas que vois-je
    Cachées entre les herbes des corolles ocre pâle
    De si beaux champignons que je dois m’arrêter
    Je saisis dans mes mains leur joli pied charnu
    Et caresse leurs bords ourlés comme en festons
    Allons mes petits gars
    Vous trois je vous emmène
    On va voir qui vous êtes

    Ce sont des pieds de mouton
    Un mets délicieux
    Le verdict est tombé
    Ce soir nous mangerons
    De l’omelette
     
     
     

    1 commentaire


  •  

    Tendues vers l’azur
    Branches gorgées de soleil
    Vous étiez si blondes

     


    Sous le ciel noirci
    Tiges fières au vent mauvais
    Vous vous déparez

     

     

    Feuilles téméraires
    Les plus hautes les premières
    Vous voici tombées

     

     

     

    1 commentaire