• Instant cheminée
    Instant posé sur les braises craquantes
    Aux formes rougeoyantes entre cendre et charbon
    Qui fusent d’étincelles

    Instant crépitement
    Bois léché par la flamme et qui meurt lentement
    Epuisé de caresses et lové dans les bras
    Des chenets femmes-sphinx

    Instant détente
    A la chaleur brûlante émanée du brasier
    Dont s’enrobent les bûches accouplées à nos pieds
    Dans leur niche noircie

    Instant d’incandescence
    Où le regard rougi par le feu qu’il reflète
    Peu à peu se dissout dans le vague et s’apprête
    À plonger dans le rêve

     

    1 commentaire
  •  
         Nous avons fait un petit tour vers Noirmoutier... Mais n'ayant pas retrouvé mon appareil photo tant utilisé pour le déménagement de Minéa, je n'ai pris aucune photo et ai dû en retrouver l'équivalent sur le net... Pardon aux auteurs des suivantes qui me rendent bien service.

           Tout d'abord, comme la mer était basse, traversée par le passage du Gois : un vrai bonheur !
     
     

     

          Puis, bain à la plage des Dames, tout en haut de l'île : j'adore cette petite crique familiale tout entourée de verdure...

     

     

     

    1 commentaire
  •  

           Aujourd'hui, c'est un grand jour pour Minéa : elle quitte son petit logement de Tours pour une maison près de Rouen !

      

         N'importe ; même en voiture, quand c'est l'heure du casse-croûte, c'est l'heure !

     

     

      Tiens ? Une aire d'autoroute !

      

     Mais où suis-je maintenant ?? Connais pas cette maison !

     

     

      Et hop ! On rentre chez nous ! (C'est l'entrée par derrière, et au fond, on voit l'entrée par devant, qui donne sur la Seine... Mais un camion cache tout).

      

      Et voici la vue sur la Seine, avec une belle vedette-promenade venue probablement de Rouen...

    Saviez-vous qu'ici, la Seine monte et descend au fil des marées ?? Si loin dans les terres ? C'est vraiment stupéfiant. Allez, je vous en ajoute une photo.

     


    Regardez là-bas, sur l'autre rive, comme elle est descendue...!

      

     

    1 commentaire
  •  
     
     
     Martine Maillard
     
     
     

    1 commentaire




  • Bénédiction

    Pluie bienfaisante

    Sur la terre craquelée

    Gercée

    Presque morte de tant de soleil

    Assoiffée de tant de chaleur

     

    Pluie chaude aux larges gouttes

    Tu épands ta vigueur

    Sur les fleurs séchées

    Sur les tiges figées

    Et les feuilles s’étirent

    Oubliant leurs compagnes

    Déjà tombées

    Et tordues sur le sol

    Comme papier brûlé

     

    C’est la première averse

    Depuis quarante jours

    La souffrance est montée

    Montée jusqu’aux nuages

    Et les a fait pleurer

     

     Martine Maillard

    01-09-09

     


     
     
     

    1 commentaire