•  




    Il est un beau moulin dans un pré verdoyant
    Avec des ailes rouges
    Il est un fier moulin sur le pré tournoyant
    Avec des bras qui bougent


    Jusqu’à sa girouette il joue avec le vent
    Gonflant ses grandes ailes
    Il s’arrête parfois puis repart en levant
    Tout un vol d’hirondelles


    Ce moulin érigé dans ce lieu chatoyant
    C’est Nouan qu’on le nomme
    Et dans l’éclat pâli du soleil rougeoyant
    Il rit d’un air bonhomme

     

    Le moulin de Nouan




                NB : Le moulin de Nouan se situe aux confins de l'Indre et du Cher, entre Ségry et Mareuil sur Arnon, au Sud ouest de Bourges.
           
     
     

    1 commentaire
  •  
         Aujourd'hui, j'ai décidé de vous raconter une petite histoire... Elle m'a bien amusée mais ne manque pas de bon sens. Je pense que vous savez comme moi que les caniches sont, non seulement des chiens très intelligents, mais aussi de redoutables chasseurs.
          Je dédie cette page à "Tintin", vieux caniche chasseur de moutons.



    (voir ici)
     
     

        Une riche vieille dame décide d'aller faire un safari photo en Afrique. Elle emmène son fidèle vieux caniche pour lui tenir compagnie.

         Un jour, le caniche part seul en chasse, et au bout d'un certain temps, s'aperçoit qu'il s'est perdu... Errant au hasard en tentant de retrouver son chemin, il voit un jeune léopard venir vers lui avec l'intention visible de faire de lui son repas.
        Le vieux caniche pense : « Ho ! Ho ! Ça va très mal pour moi ! »
        Alors, remarquant les quelques os d'une carcasse qui traîne sur le sol à proximité, il s'empresse de les mâchouiller, en tournant le dos au léopard qui approche ;
    et dès que celui-ci est sur le point de lui sauter dessus, il s'exclame haut et fort : « Hmmm ! Ce léopard était vraiment excellent ! Je me demande bien s'il y en a d'autres par ici ? »
         En entendant cela, le jeune léopard interrompt son élan, regarde le chien avec effroi, et disparaît en rampant sous les fourrés. « Ouf ! soupire-t-il, il était temps ! Ce vieux caniche a bien failli m'avoir ! »
         Cependant un vieux singe, qui avait observé toute la scène d'une branche d'arbre à proximité, se dit qu'il pourrait mettre à profit ce qu'il sait en négociant avec le léopard pour obtenir sa protection. Il court donc le rattraper mais le vieux caniche, le voyant détaler vers le léopard, réalise que quelque chose doit se tramer.
        Le singe retrouve le léopard, l
    ui propose un accord et lui dévoile le pot aux roses. Furieux d'avoir été trompé, le jeune léopard s'écrie :
       « Vite singe, monte sur mon dos, et tu vas voir ce qui va arriver à ce petit malin ! »
      Bientôt le vieux caniche aperçoit au loin le léopard accourant avec le singe sur son dos.
      Il réfléchit rapidement et au lieu de s'enfuir, s'assied dos à ses agresseurs en faisant semblant une fois de plus de ne pas les avoir vus ; puis juste au moment où ils arrivent à portée de voix, il s'exclame : « Où est donc passé ce fichu singe ? Ça fait une heure que je l'ai envoyé me chercher un autre léopard !! »
     

    (voir ici)

     

         Morale de cette histoire :
       L'âge et la ruse arrivent toujours à triompher de la jeunesse et de la force ! L'astuce et l'esprit viennent avec l'expérience.
     
     

     

     

    1 commentaire
  •  
         Comme je suis actuellement très occupée, et qu'en plus mon ordinateur vieillissant me donne beaucoup de fil à retordre, je vous livre quelques images pour vous faire patienter. Tout en m'excusant de mes visites espacées... À partir de juillet prochain je serai plus disponible ! Et surtout à partir de mi-septembre prochain, car j'espère pouvoir acquérir un meilleur PC.


    Voici une vue de jeux d'enfants dans la Cité Saint-Jean, au centre de Châteauroux.

     

    Et maintenant ma fille la plus jeune cueillant des cerises dans mon jardin.

     

    D'autres images bientôt...

     

     

    1 commentaire
  •  
     
    (Affiche pour la version chorégraphique du "Prélude à l'Après-midi d'un Faune"
     de Debussy, avec Nijinski
    . Voir ici)
     

    Joli faune,
    Tu mets des clochettes dans tes cheveux,
    Tu accroches des cerises à tes oreilles,
    Et tu danses,
    Joli faune rieur.

     

    (Mon cerisier)


    Un banc de pierre t'appelle,
    Et tu roules en-dessous,
    Oublieux des manières,
    Et tu cueilles les grappes
    Au ciel.


    On te dit toujours ivre,
    Mais tu es un enfant,
    Et les cascades de ton rire
    Ricochent sur l'étang
    Où passent sagement
    Les enfants-cygnes.

      

    (Cygnes sur l’Étang au Carpes, Château de Fontainebleau)

      

    Tu joues avec la vie,
    Ivre de ta jeunesse,
    Ivre de chaud soleil...
    Ta tête se renverse
    Pour goûter les fruits rouges
    Qui coulent vers ta gorge.


    Et tu t'appelles Juin !
    Juvénile danseur aux pieds de chèvre,
    Éclatant souvenir des beaux jours du passé...


     

    (Pavillon de l'Amour au centre de l’Étang aux Carpes, Château de Fontainebleau.)

     

    En illustration sonore, voici le début du "Prélude à l'Après-midi d'un Faune"
    de Claude Debussy, d'après un poème de Mallarmé ; avec Lucien Lavaillote, flûte
    et l'Orchestre du Théâtre National de l'Opéra de Paris sous la direction de Manuel Rosenthal.

     

     

    1 commentaire
  •  


     

    Ailleurs
    Semences d'argile
    Pluies de rosée

     

    Ailleurs
    Sève d'étoiles
    Vents délacés

     

    Illimité
    Joie de l'instant
    Feuille lancée

     

    Bondir
    Dans l'infini
    Du soleil d'or

     

    Ombre tapie
    Blonde lumière
    Jaillies d'ici
    Vers l'océan

     


      La Seine à Samois

     

    1 commentaire