•  
     

    Limousin


        Après le lac de Vassivière, que vous connaissez pour certains, voici quelques moutons rencontrés sur la route de Saint-Pardoux-Morterolles (le village natal - selon nos présomptions - de Pascal Sevran).
        Malgré mes exhortations, ils n'ont jamais voulu regarder l'objectif !


    Plan région Vassivière en Limousin


     
        Vous pourrez repérer sur cette carte (en cliquant pour l'agrandir) le site de notre promenade du précédent article. C'est à Auphelle que se situe le départ des vedettes-croisière (sur lesquelles à la belle saison on peut déjeuner).
        En repartant vers le nord, par Royère de Vassivière (où le paysage devient superbe, assez montagnard) nous avons trouvé les moutons photographiés ci-dessus.
     

    1 commentaire
  •  
     
    Vassiviere-0407-03.jpg

    Un chemin creux sous les sapins
    Avec de vieux murets couverts de mousse
    Qui conduisent nulle part
    A ce chalet détruit où veille un feu de scout
    Ou à cette masure qu’un arbre a recouverte

    Au lac de Vassivière


    Le talus éventré ouvre mille repaires
    Où fouiller du regard
    Qu’il fait bon sous les arbres
    Marchant sur les aiguilles dans l’ombre chatoyante
    Quand le ciel éclatant fait scintiller le lac

    Pourtant les feuilles tendres
    Sont encore fripées
    Les arbres sont en fleurs et les oiseaux pépient
    Il fait beaucoup trop chaud
    Pour un jour de printemps

    Au lac de Vassivière


    Mais tout s’épanouit dans la fraîche atmosphère
    Et le vert des collines
    Vibre sur l’eau tranquille
    Faisons comme ces arbres et baignons-nous les pieds
    L’univers est à nous
    Pourquoi ne pas y croire

    Vassiviere-0407-04.jpg
     
     
     

    1 commentaire
  •  

    Le costume du temps



    Comme le disait Charles d'Orléans (1394-1465) :

    Le temps a laissé son manteau
    De vent, de froidure et de pluie,
    Et s'est vêtu de broderie,
    De soleil riant, clair et beau.

    Il n'y a bête ni oiseau
    Qu'en son jargon ne chante ou crie :
    « Le temps a laissé son manteau
    De vent, de froidure et de pluie ! »

    Rivière, fontaine et ruisseau
    Portent, en livrée jolie,
    Gouttes d'argent, d'orfèvrerie;
    Chacun s'habille de nouveau.

    Le temps a laissé son manteau
    De vent, de froidure et de pluie,
    Et s'est vêtu de broderie,
    De soleil luisant, clair et beau.


        La preuve, j'ai vu aujourd'hui un canard nager la brasse papillon... Je n'avais jamais vu ça, franchement j'étais médusée, cela faisait comme un hors-bord sur la rivière, il allait aussi vite que mon chien courant sur la rive à côté. Malheureusement je n'avais pas mon appareil photo ! (C'est toujours comme ça... Le nombre de scoop que j'ai loupés ! Tiens, ce matin, sur le parking du supermarché, il y avait en face de moi un briard au volant d'une grosse Renault aussi foncée que lui,  c'était assez rigolo aussi) .
        A la réflexion, je me demande si ce canard n'essayait pas tout simplement d'effrayer mon chien pour protéger une portée (mais mon chien est plus berger que chasseur, et ne fait de mal qu'aux mouches...)

        En attendant, voici une petite vidéo prise avec lui  (donc pas super, je m'en excuse), qui illustre le rondeau ci-dessus.



     
        Et pour terminer, l'illustration musicale attendue : la mélodie de Claude Debussy, interprétée par Bernard Kruysen avec Noël Lee au Piano.
     

     
     

    1 commentaire
  •  

    Petit canard


    Sur quelle planète suis-je tombé ?
    Quelle eau glauque et profonde,
    Quels mouvants abîmes !

    Comment trouver ma nourriture,
    Où trouver la sécurité ?
    Comment fais-tu pour y arriver,
    Je ne le pourrai jamais !


    Chaton et sa mère


    Ah ! Là enfin on est bien,
    On se sent protégé
     
     

    1 commentaire
  •  

    Pensée du matin



    Dans la vie, ce qui compte le plus,
    Ce n'est pas ce que l'on a accompli,
    Ce n'est pas ce que l'on a exprimé ;
    Mais ce que l'on a ressenti.

    Ce que l'on a accompli
    S'estompe avec le temps ;
    Ce que l'on a exprimé
    Est dispersé au vent.

    Mais ce qui est ressenti
    Est imprégné à notre vie,
    La nourrit et la gonfle
    Pour qu'elle produise toujours et toujours
    De plus en plus de fruits.
     
     
     

    1 commentaire