•  

    Fleurs de cerisier

     
     
    Je me souviens d'une autre année
    C'était l'aube d'un jour d'avril
    J'ai chanté ma joie bien-aimée
    Chanté l'amour à voix virile
    Au moment d'amour de l'année



    C'est le printemps viens-t'en Pâquette
    Te promener au bois joli
    Les poules dans la cour caquètent
    L'aube au ciel fait de roses plis
    L'amour chemine à ta conquête

    Mars et Vénus sont revenus
    Ils s'embrassent à bouches folles
    Devant des sites ingénus
    Où sous les roses qui feuillolent
    De beaux dieux roses dansent nus

    Viens ma tendresse est la régente
    De la floraison qui paraît
    La nature est belle et touchante
    Pan sifflote dans la forêt
    Les grenouilles humides chantent
    (- - -)

    Guillaume Apollinaire, extrait de "La  Chanson du Mal Aimé".

     

     
    Écoutez-en ci-dessus l'interprétation qu'en a donnée Jacques Castérède, avec Camille Maurane (baryton), Jean Négroni (récitant), ainsi que l'orchestre et les choeurs de Radio-France (l'ORTF à l'époque) sous la direction de Pierre-Michel Leconte.

    Jacques Castérède

    Jacques Castérède (né en 1926)

     
     

    1 commentaire
  •  

     

    Joyeuses Pâques !

     

    Beaucoup de bonheur à tous...

     
     
     

    1 commentaire
  •  

     

    Baptême

     

     

    J’ai passé les rideaux translucides des sources,
    J’ai écarté les pans obliques des cascades,
    Et j’ai porté mon ciel jusqu’à l’humble fontaine
    Glissant comme une ondée du coquillage blond.

    Une nymphe y dormait sur un lit de feuillages :
    Son sourire égaré en était le trésor,
    Ses cheveux reflétaient l’écume des rivages...
    Dans sa main étoilée sommeillait l’oiseau d’or.

    J’ai posé mon offrande entre ses émeraudes
    Et rafraîchi mon front à sa rosée d’avril.
    L’averse scintillait… Etais-je vive ou morte ?
    Je rêvais à genoux la naissance du monde.

     

    Extrait du "Rossignol d'Argent"
    © Les éditions Saint-Germain-des-Prés

     


    1 commentaire
  •  
        Ce soir, encore une citation d'un de mes poètes préférés (si ce n'est de "mon" poète préféré)... : Apollinaire, un extrait de sa "Chanson du Mal Aimé", qui est un des sommets de la poésie française.
        Ce n'est pas à Léo Ferré, cette fois, que je l'associe ; car si Léo dans sa jeunesse a remarquablement interprété le Pont Mirabeau, et si ensuite ses interprétations de Baudelaire, Verlaine, Rimbaud et Aragon sont des chefs d'oeuvre, par contre dans sa dernière période il a très mal réussi (à mon sens!) "Le Bateau Ivre" et "La Chanson du Mal Aimé". Il a donné trop de valeur à chaque mot, chaque note, a compliqué l'orchestration, ce qui alourdit le texte et le détourne de sa finalité première.
        Non, dans sa forme mi-déclamée, mi-chantée, c'est Jacques Castérède, musicien français trop peu connu de notre siècle, qui l'a le mieux mise en valeur dans les années 60 : et bienheureuses sont les personnes qui possèdent un enregistrement de ce merveilleux concert avec Jean Negroni, récitant plein de fougue, et Camille Maurane, baryton élégiaque, plus un délicieux choeur de femmes, et - trouvaille insigne - un accordéon très chantant, qui fait rêver les cours de Paris sur un rythme de valse mélancolique...

     
     

    Les sept épées

     

    LES SEPT ÉPÉES
     
     
     

    La première est toute d'argent
    Et son nom tremblant c'est Pâline
    Sa lame un ciel d'hiver neigeant
    Son destin sanglant gibeline
    Vulcain mourut en la forgeant

    La seconde nommée Noubosse
    Est un bel arc-en-ciel joyeux
    Les dieux s'en servent à leurs noces
    Elle a tué trente Bé-Rieux
    Et fut douée par Carabosse

    La troisième bleu féminin
    N'en est pas moins un chibriape
    Appelé Lul de Faltenin
    Et que porte sur une nappe
    L'Hermès Ernest devenu nain

    La quatrième Malourène
    Est un fleuve vert et doré
    C'est le soir quand les riveraines
    Y baignent leurs corps adorés
    Et des chants de rameurs s'y traînent

    La cinquième Sainte-Fabeau
    C'est la plus belle des quenouilles
    C'est un cyprès sur un tombeau
    Où les quatre vents s'agenouillent
    Et chaque nuit c'est un flambeau

    La sixième métal de gloire
    C'est l'ami aux si douces mains
    Dont chaque matin nous sépare
    Adieu voilà votre chemin
    Les coqs s'épuisaient en fanfares

    Et la septième s'exténue
    Une femme une rose morte
    Merci que le dernier venu
    Sur mon amour ferme la porte
    Je ne vous ai jamais connue

    Guillaume Apollinaire
    Extrait de "La Chanson du Mal Aimé"

        Admirez la richesse verbale, admirez l'inventivité extraordinaire, admirez la beauté des rimes et l'évolution progressive du ton, depuis l'éclatant jusqu'au nostalgique... Cet extrait, quoique ayant son unité propre, a sa raison d'être au sein de l'ensemble et ne mérite pas à vrai dire d'en être séparé. Vous pouvez lire la totalité de l'oeuvre ici.
        On y sent l'errance du poète qui, au gré de ses souvenirs et divagations, éprouve parfois le besoin de créer quelques strophes de fantaisie, comme des parenthèses dans une toile de fond désespérée afin d'exorciser sa peine. Pour souligner cette diversité et rythmer l'oeuvre, Jacques Castérède fait alterner la voix chantée et la voix parlée de manière très expressive ; et la magnifique strophe  "
     Voie lactée, ô soeur lumineuse"qui revient périodiquement comme une incantation pour chasser les mauvais rêves (ici juste après l'extrait cité), il la confie à un suave choeur de femmes, comme descendu du ciel... Puissiez-vous l'entendre un jour.
        Jacques Castérède fête cette année ses 80 ans.
      
     
     

    1 commentaire
  •  

    Les immortelles

     
    Photo Julie Gauthier

     
     
    Couronnes esquissées
    Toutes de blanc et d’or
    (Sur les fleurs effacées
    Sur la pierre qui dort)

    Elles glissent lassées
    Sur les rives sans bords
    Des étoiles glacées
    Et prennent leur essor

    - J’ai pu toucher une aile !
    Mes doigts en sont brûlés –
    Un fouillis d’étincelles

    Et les cieux aveuglés
    Leur rendent l’éternelle
    Image des reflets

     
    Le Rossignol d’Argent
    © Editions Saint-Germain-des-Prés - 1974
     
     

    1 commentaire